Conte d'été IMDb

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Ripailloux 17/02/2013 20:58:33
Non mais je vois ce que tu veux dire, je défends pas une idée globale mais mon propre ressenti seulement.
Je dis pas que la mise en scène de Rohmer est un mauvais choix, elle ne me touche juste pas.
-MacGuffin- 17/02/2013 21:35:51
L'absence d'artifice dans la mise en scène (puisque c'est bien de ça qu'il s'agit : la lumière, la texture de l'image te paraissent trop naturelles, pas assez travaillées) sert avant tout l'attention que Rohmer porte aux paysages. Ils ne sont pas juste là en toile de fond pour servir de décors, mais font parti intégrante de l'oeuvre. Rohmer les filme comme un documentariste. Certains plans, certains mouvements d'appareils, voire des scènes entières échappent totalement au récit, et Rohmer filme le paysage et ses personnages de la même manière que le faisaient les frères Lumière dans leurs courts : comme un ethnologue. L'exemple le plus frappant c'est l'interview du marin : une trouée strictement documentaire en plein milieu de la fiction, qui n'a - a priori - rien à voir avec le récit en lui-même, et que je trouve superbe. D'ailleurs Rohmer donne toujours une grande importance à la topographie des lieux, à leurs noms, il questionne sans arrêt le paysage français (cf, entre autres, le monologue de Luchini dans L'Arbre, Le Maire..., ou la façon dont est filmée Cegy Pontoise dans L'Ami de mon amie). Son cinéma est un parfait et passionnant mélange entre fiction et documentaire.
-MacGuffin- 17/02/2013 21:37:08
Et si il y a bien un cinéaste que je qualifierais de "raffiner" dans sa mise en scène, c'est bien Rohmer. Mais bon, ça c'est totalement subjectif :)
-MacGuffin- 17/02/2013 21:37:49
* "raffiné" !
Ripailloux 17/02/2013 21:57:47
Ah je suis d'accord avec toi sur un truc, le passage de l'interview du marin j'ai trouvé ça juste.

Pour le reste en effet ça se tient, ça me fait pas kiffer le film mais c'est un regard intéressant, après ce parti pris si particulier me plaira ptet plus sur une autre histoire. Il est vrai que j'ai eu du mal à être touché par celle-là, alors que ça aborde des choses qui me paraissaient justes. Bref, après un autre Rohmer on verra. ^^
Garbage 01/10/2013 22:31:22
@Harmonia désolé je viens de lire ton message, un an plus tard. :(
Formellement bien que le décor soit beau (l'été, Dinard, tout ça) je n'ai pas été aussi conquis que dans un Rayon Vert par exemple, ou même Pauline à la plage.
Mais le plus décevant c'est le fond, que ce soit au niveau des dialogues, ou au niveau des personnages (et notamment la destinée du héros), par rapport à de nombreux Rohmer c'est en deça de ce qu'il a pu nous montrer. Le héros qui piétine, qui n'avance pas, ne parvient pas à choisir, pour moi le Rayon Vert reste la référence (décuplé par la prestation quasi-impro de Rivière).
Et même là les figures féminines, qui d'ordinaire chez Rohmer sont aussi charismatiques que passionnantes, ne m'ont pas passionné... C'est général quoi, mais après j'ai conscience que pour Rohmer c'est une alchimie, et pouf ça peut tomber sur un film comme un autre, il n'y a pas de règles prédéfinies.
Mordechaye 04/06/2014 20:05:38
Je tiens à préciser que c'est mon premier Rohmer et que du coup il y a peut être des choses que je n'ai pas compris ou saisi pleinement dans la démarche du réalisateur.

Ce "Conte d'été" est une petite merveille sur bien des points. D'abord c'est un film hybride ou la mise en scène de Rohmer, très épurée, s'efface pour laisser vivre la Bretagne et les personnages qui passent devant la caméra. Quelque part c'est un film qui transpire le vrai de par les situations racontées (je dois avouer que ce que traverse Gaspard m'a touché plus que de raison,je me suis complètement reconnu),de par les personnages et de par aussi l'aspect quasi documentaire de certaines scènes comme la digression sur le marin qui est d'une justesse assez incroyable.

J'ai cru comprendre que ce film faisait partie des "contes moraux" tournés par le réalisateur mais pourtant j'avoue que j'ai du mal à voir si Rohmer prêche une quelconque morale. Gaspard n'est pas jugé, il est laissé libre de ses choix et de ses mouvements et c'est de lui même qu'il fuit une fois encore, qu'il disparaît sans punition symbolique. A ce titre, j'ai trouvé les déplacements des personnages très lourds de sens. Ils sont toujours en mouvement, marchent ou courent comme s'ils fuyaient quelque chose, une décision, un instant,.... J'ai aussi apprécié cette tension des corps qui s'exprime dans tout le film,notamment entre Gaspard et Margot qui gravitent l'un autour de l'autre lors des très belles scènes sur la plage par exemple,qui se comprennent presque (mais qui sait, Gaspard est tellement autre), qui se rapprochent et qui finissent par se séparer inlassablement. Il y a dans l'oeuvre un magnétisme que j'ai rarement vu aussi présent dans un film, une tension sexuelle constante qui habite les personnages et qui n'est jamais vulgaire, simplement très poétique et touchante.
resolution 04/06/2014 20:10:30
C'est pas un conte moral :doute:
Mordechaye 04/06/2014 20:12:34
Et bah voila,l'affaire est réglée alors :hap: .
blazcowicz 04/06/2014 20:14:16
Ah ben même situation que moi, tu découvres avec celui-là et tu mets 9, bravo :hap: