Mektoub My Love : Canto Uno

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Clyde 03/05/2018 01:46:06
C'est la seule critique qui revient constamment sur le film, sauf que celui-ci est principalement filmé du point de vue du jeune Amin, et les plans incessants sur les fesses féminines, notamment celles d'Ophélie, retranscrivent généralement ses fantasmes, voir même la recherche de beauté de celui-ci. En effet, le personnage d'Amin plus en retrait, plus introverti, est constamment dans l'observation et le regard sur ce qui l'entoure, ce qui rejoint d'ailleurs totalement sa passion pour la photographie. C'est aussi un film sur la jeunesse, l'été, la drague, l'insouciance, donc normal que ça transpire le désir, que Kechiche filme les corps en mouvements d'une telle manière. Et puis, il a quand même été très largement plébiscité par la presse française (pas moins de 16 "journaux" lui ayant attribués 5/5 à en croire le détail des critiques via allociné).
Dirty_Flichty 03/05/2018 01:52:26
"la presse, on l'encule !" - Madlaine
(mes hommages à Mordechaye)
HenriIV 17/05/2018 12:54:36
La bande-annonce me faisait un peu peur, laissant imaginer un film vulgaire, un peu macho et voyeur. Ce que le film n'est en réalité absolument pas, et que je trouve grandiose dans sa manière de traiter notamment une chose : le regard énigmatique d'un protagoniste secret et discret sur une femme qu'il n'a jamais cessé platoniquement d'aimer, une femme qui l'a devancé dans la perte de l'innocence et dans la course du désir. En cela, la scène presque finale de la boite de nuit, succédant brutalement à une séquence quasi christique de mise à bas de la brebis, où l'on arrive à un point de saturation face à ces corps qui, inlassablement, se déchainent et se tortillent sans pudeur, nous confère une véritable empathie pour Amin, personnage fascinant coincé entre ces deux séquences, hanté par l'amour de la pureté d'une vierge qui n'est plus, et ne s'élançant jamais dans les torrents du désir. Film très humain, pas que sur des corps donc, et la saturation, qui m'a par moments franchement lassé, prend tout son sens et force dans l'ensemble l'admiration. Un film très ample et exigeant qui ne cesse de se bonifier dans mon esprit, et dont les dialogues, a priori futiles et banaux, ne cessent de croitre en vérité.
kaelin 05/08/2018 15:54:07
Epouvantable.

2h55 de rien, avec des dialogues insipides ("Comme t'es belle", "Fais-moi un bisou" et compagnie), des personnages sans aucune épaisseur (l'Ophélie est aussi crédible en fermière que moi en boucher), une réalisation indigente (en caricaturant à peine: caméra tremblotante en mouvement perpétuel, champ-contrechamp, un coup sur le visage du gars, un coup sur le popotin de la meuf)...

Que l'imagerie du porno ait infiltré les médias (ciné, jeux vidéo), c'est constaté depuis un bye, mais à ce niveau qu'il l'assume clairement ou en en fasse carrément un, au lieu de cette imposture du point de vue, parce que là c'est vraiment du gavage de boules, twerkés ou pas, et uniquement féminins (le corps de son perso principal, il n'en a rien à cirer, mais les fesses de son héroïne ont droit à 500 gros plans).

Reste la beauté d'une mise-bas (qu'il parvient à gâcher avec un accompagnement musical) ou l'écoute de morceaux trance comme Lost in love.Message édité
Mordechaye 05/08/2018 17:04:54
Ah oui mais vu tes notes aux autres Kechiche je me demande un peu pourquoi tu persistes :hap: .
kaelin 05/08/2018 20:06:30
J'avais mis deux 6,5 sur trois films.
Mais là n'est pas la question. Ce film a bénéficié d'une presse dithyrambique (mais fut un méga-flop) et un certain nombre de personnes autour de moi l'ont adoré (il était d'ailleurs très haut dans le top CL).
J'ai donc voulu me faire une opinion par moi-même. Même si le réal est un de mes critères principaux de choix de films, il est loin d'être le seul et ne détermine pas mon appréciation.
leprodiss 05/08/2018 20:25:48
Que le film soit vu à travers un personnage masculin et fou de désir, soit, mais elle est où la dialectique ? Comme tu dis Kaelin, il n'y a jamais de contrepoint, c'est que du cul de meufs (ah non y a des boobs !!).

Bref, si le Canto Due sort et qu'il dure trois heures, j'irai quand même pour descendre la moyenne de tous ces fans libidineux, mais je me mettrai au fond de la salle pour pouvoir aller sur mon portable :hap:
Zoomat 05/08/2018 20:33:43
On dira ce qu'on voudra, mais on voit bien ici que les cinelougiens sont des gens très intègres. :hap:
leprodiss 05/08/2018 20:45:04
J'ai mis une bonne note à Spring Breakers :ok: :hap:
Mordechaye 05/08/2018 22:06:28
Pourquoi y aurait-il besoin de contrepoint au juste ? Ce n'est pas parce que la focalisation est faite depuis le point de vue d'Amin que le film oublie de caractériser ses personnages féminins :( .