La fille de Ryan IMDb

Ryan's Daughter
Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Zsasz 30/09/2013 23:03:20
Comme pour la porte du paradis, vu au ciné je m'attendais à un chef d'oeuvre mais j'ai été bien déçu.
Tout d'abord j'ai trouvé le film misérabiliste tout les acteurs sont moches (même mitchum est loin d'avoir la classe de la nuit du chasseur) ou boiteux ou insupportables, avec un personnage qui combine les trois qui ne sert à rien mais qui est là tout au long du film (il est dans la galerie), et puis il y a cette fille absolument insupportable (la grosse aux yeux bleus) qui me donne envie de rentrer dans le film pour lui mettre une dizaine de claque sur ses joues de la taille des fesses d'un éléphant.
L'actrice principal a un comportement incompréhensible et tira la gueule tout au long du film, elle est amoureuse de mitchum mais tire la gueule à leur mariage et dès les premiers jours de la vie conjugale puis quand elle se met à le tromper avec le soldat on voit qu'elle l'aime mais même quand ils sont tous les deux, pour faire l'amour ou quoi que ce soit elle tire la gueule encore et toujours c'est lourd à la fin.
Le seul moment qui m'a fait entrevoir l'immensité qu'aurait pu être ce film c'est quand toute la ville va récupérer les cargaisons d'armes au bord de la mer avec cette tempête cette scène est magistrale mais le reste est vraiment fade.
Malgré ça je me suis pas fait chier malgré les 3H30 du film et c'est un bon point.
Zsasz 30/09/2013 23:05:34
Toujours ce bug du spoiler:
Le seul moment qui m'a fait entrevoir l'immensité qu'aurait pu être ce film c'est quand ils vont chercher la cargaison d'armes au bord de la plage avec la tempête j'avais vraiment une impression d'immensité que j'ai cherché tout le film même si à côté le reste est bien fade
CaptainGregg 06/09/2016 16:59:36
Après la découverte du coffret de cinq films de David Lean paru chez Carlotta « les premiers chefs-d’œuvre », j’avais très envie de poursuivre l’exploration de la carrière du cinéaste anglais. Je n’avais pourtant guère apprécié le Docteur Jivago et ne suis jamais allé au bout de Lawrence d’Arabie, à qui je dois une seconde chance. Après avoir revu Le Pont de la rivière Kwai, pas bouleversant mais solide, il me fallait aborder La Fille de Ryan, ressorti au cinéma, et qui me tentait comme une promesse de beauté.
Sa vision m’a totalement subjugué et confirmé pour moi l’immense talent d’un metteur en scène sous estimé (j’avais oublié le remarquable Le Mur du Son ), visuellement inspiré et au sommet de son art. Les images de la cote irlandaise, ses falaises, sa mer agitée, ses vastes campagnes sont d’une beauté inoubliable et les scènes époustouflantes sur la plage confinent presque à l’abstraction dans le sens où les personnages sont très souvent filmés au cœur d’une nature gigantesque qui les avale presque et les rend minuscules. Ces scène de plage entre Sarah Miles dans sa robe jaune, et l’officier (Christopher Jones) sont d’une beauté confinant à l’onirisme et vous marquent à jamais. On se croirait dans un tableau de Turner. D’autres scènes d’anthologie marquent ce film somptueux qui parvient à la fusion des passions et des éléments, du romantisme et de l’épique dans une symbiose parfaite. Visuellement sublime, La Fille De Ryan est un chef d’œuvre absolu et David Lean un extraordinaire metteur en scène.
Moorhuhn 16/12/2017 10:23:01
Quel privilège de découvrir ce film au cinéma, chaque plan est un tableau sublimé par la superbe photographie de Freddie Young :coeur:

J'ai trouvé le film touchant et absolument passionnant. Ça brasse beaucoup de thèmes que j'affectionne comme le désir et son incompatibilité avec les moeurs d'une société bouleversée par les conflits.

L'écriture d'ensemble est formidable et je suis forcément en grand désaccord avec les propos de Zsasz juste au-dessus. Tous les personnages sont dramatiques mais de là à dire que ça sombre dans le misérabilisme parce qu'ils sont moches ou insupportables, c'est quand même fort de café. Je ne pense pas qu'on s'éloigne radicalement de la réalité de l'Irlande profonde de l'époque :hap:

Et le comportement de Rose est loin d'être illogique. C'est une fille perdue dès le départ car elle n'est pas à sa place dans cet endroit. Le seul homme qui lui a permis de s'évader jusque là, c'est bien le personnage de Robert Mitchum par le biais de son éducation très éloignée des hommes rustres de ce petit village isolé. Mais elle cherche aussi le désir sexuel et l'aventure comme en témoigne sa conversation avec le prêtre. Elle veut devenir quelqu'un d'autre mais elle ne trouve pas cela dans son mariage avec Shagnessy car, comme lui-même l'a dit, il est différent des hommes des récits qu'il a pu lui enseigner dans le passé. Cette folie, elle la trouvera dans sa relation avec l'officier anglais. Mais comme nous le savons, passion et raison ne font pas forcément bon ménage et c'est ce qui la rumine intérieurement. Mais nous n'avons pas du voir le même film car elle ne tire pas tellement la gueule quand elle est avec son officier :hap: Message édité
Terry 01/12/2019 14:12:10
Ce soir sur Arte pour les intéressés !Message édité
Waho 11/04/2020 17:05:37

Désolé mais l'avis de ZsasZ m'a bien fait rire. Je crois qu''il comprend encore moins le désir des femmes que Robert Mitchum sur le coup :hap:


Indice : 

le soir de la nuit de noces il donne trois coup de reins et s'endort et sinon préfère écouter son Beethoven plutôt que de lui accorder le moindre intérêt sexuel. Un peu problématique pour une jeune demoiselle en pleine santéMessage édité
Ineusleau 11/04/2020 17:26:40

Il a peut-être changé d'avis depuis. Et puis je trouve ça dommage de dire que le personnage du boiteux ne sert à rien. Alors qu'il sert de miroir au double boîteux et représente un peu l'idiot du village au coeur bon (et qui a gardé son innocence d'enfant).


Après faut que je revois le film..