Le Voleur de bicyclette IMDb

Ladri di biciclette
Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Kore 13/09/2011 14:15:02
Meme si celle de l'acteur d'Antonio est excellente, la prestation de l'acteur qui joue le gamin est juste impressionnante :ouch:
Reymisteriod2 13/09/2011 14:20:39
J'aurais pas cru que ça te plairait Fry ! :bave:
Kore 13/09/2011 14:34:53
Je pensais la mëme chose. Comme quoi :p)
Reymisteriod2 13/09/2011 14:41:00
Tu vas peut-ëtre (:hap: ) enfin t'intéresser au cinéma Italien ! :bave:
Kore 13/09/2011 14:43:38
Ben j'ai décidé de m'y mettre :p)

Je me suis procuré il y a quelques jours Rocco et ses frères. Je visionnerais Le Guépard d'abord quand même :)
Je sens que ca va me plaire.
Anda 13/09/2011 16:12:39
ë :rire:

Bien joué le coup, Rey :hap:

Content aussi :coeur:
Lucid-Dreams 13/09/2011 16:14:43
Antonioni ! Antonioni ! Antonioni !


:hap:
jeff162 17/06/2012 22:25:41
C'est un bon film, certes. C'est touchant, les acteurs sont justes, etc. Mais pourtant, il manque quelque chose. Je sais pas quoi, mais il manque quelque chose.
Garbage 24/05/2013 14:22:58
Oeuvre phare du néo-réalisme, très beau, très dur, c'est plus qu'un film c'est une ambiance, dans l'Italie d'après-guerre.
Rastignac 25/11/2014 16:04:20
Ce serait le film qui aurait incité le jeune Ettore Scola à s'intéresser au cinéma :d)

« Un matin, allant à pied à l'école, je traversais la piazza Vittorio pour me rendre au lycée Umberto Ier qui est à côté de la basilique de Sainte-Marie Majeure et je vis un spectacle exceptionnel: la place était occupée militairement par des troupes inconnues, pleine d'armes étranges, des projecteurs avec des grosses lampes, des camions, des voitures. Je ne suis pas allé au lycée et je suis resté là à regarder: j'ai vu Vittorio De Sica qui tournait Le Voleur de bicyclette, la scène à l'aube avec les balayeurs qui se rencontrent et qui partent à la recherche de la bicyclette. Il y avait Lamberto Maggiorani, Gino Saltamerenda, un acteur de composition célèbre pour sa corpulence. Je ne sais pas si c'est là qu'est né mon amour pour le cinéma - cependant ce jour-là j'ai ressenti quelque chose de fulgurant. »

Entretien avec Ettore Scola pour Cités-Cinés, 1987.