Vivre sa vie IMDb

Vivre sa vie: Film en douze tableaux
Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Fuz 17/11/2011 06:56:57
J'ai passé la nuit a essayer de comprendre la blague. :hap:
blazcowicz 17/11/2011 07:46:07
Ah ok c'est vraiment nul :rire:
Lucid-Dreams 17/11/2011 08:12:22
Je trouve ça très bon. :hap:
marcosocho 17/11/2011 08:58:42
Moi aussi je viens de comprendre. J'ai mis 8 heures :(
Kino 17/11/2011 11:13:00
Marcoscho : top 1 :peur:
Nel 17/11/2011 19:58:46
Non merci :hap:
Fuz 17/11/2011 20:03:56
Ca donne terriblement envie :sni:f
marcosocho 17/11/2011 22:08:14
En fait j'ai un (tout petit) peu moins adoré cette scène. Mais c'est pour ça que j'ai mis "Le reste du film :bave: " parce chaque tableau est excellent.

Par contre, je n'aime pas tout ton top, tu sais. J'ai détesté le mépris (pas taper) par exemple.
En fait certains de tes films sont des perles (mais pas tous)

M'enfin, je t'aime aussi :coeur: :hap:
Moorhuhn 17/11/2011 22:22:27
Non tu fais bien de mépriser le Mépris marco :hap:
Kino 22/12/2011 02:38:23
Godard s'oriente donc résolument vers la tragédie avec ce film, quoique les films que j'ai vu de lui aient toujours cultivé une ambivalence tragicomique. Ici, on est vraiment dans le naturalisme à tendance godardienne. D'ailleurs, le cinéaste parvient souvent à capter une certaine beauté, une certaine grâce (la scène au cinéma, la scène du débat philosophique, et surtout la scène finale). L'esthétique est très belle, légèrement pompeuse mais vraiment réussie.
Disons que mes réserves concernent essentiellement Anna Karina, qu'étonnamment et même si je dois reconnaître qu'elle joue bien dans le film, m'agace à chaque apparition et j'ai plus du mal à m'attacher son personnage (quoique, je le répète, les instants de beauté soient là).
Y a aussi, défaut récurrent chez Godard, je trouve, le faible versant psychologique de l'oeuvre. Godard ne fait qu'effleurer la psychologie de ses personnages, enfin c'est mon sentiment.

Dans le genre, je préfère le Mamma Roma de Pasolini, plus sincère dans son traitement, même si celui-là m'a vraiment plu.