Mommy

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
DayTripper 24/10/2014 22:24:00
De belles choses, qui se concentrent notamment dans la construction de la relation entre la mère et son fils (relation qui démontre que Dolan peut toucher en restant dans les émotions les plus simples) mais qui peinent à se faire voir derrière des scènes pas vraiment crédibles et beaucoup de lourdeurs, et pas aidées par une histoire au schéma très classique et qu'on cerne très vite.
Bref, ça a ses qualités, mais c'est pas bien folichon. Parfois même bien démonstratif et présomptueux, et assez long.
Un petit peu (beaucoup) plus de simplicité n'aurait clairement pas fait de mal.
Gantz_Graf 27/10/2014 14:28:19
Faut pas se mentir, c'est du très grand cinéma. On frôle le chef d'oeuvre.
MacGuffin 27/10/2014 21:56:41
Noisette
"qui s'offusque aux réactions de Godard sur son film au point de lui répondre un pitoyable mensonge"

Tu fais référence à quoi ?
MacGuffin 27/10/2014 21:59:50
Sinon j'aimerais bien que tu expliques ce qui, dans ce film, fait de Dolan un réalisateur "foncièrement nombriliste" dont le "cinéma suinte l'égo" : quelles scènes, quelles séquences, quels choix de Dolan te font dire ça, présisément ?
Parce que là, j'ai un peu l'impression que tu essayes à tout prix de faire correspondre l'image que tu as du personnage public "Xavier Dolan" à son film "Mommy", comme si il fallait absolument qu'il y ait un rapport entre les deux et que l'un s'expliquait forcément par l'autre. Mais peut être que je me trompe.
Kino 27/10/2014 22:11:41
Pour moi, cette manière de tout faire marcher à l'affect et au chantage émotionnel dit déjà long sur le nombrilisme du bonhomme, et je ne parle pas de la suresthétisation clipesque du film. Sinon, j'ai une séquence abjecte en tête pour répondre à ta question qui m'a vraiment ouvert les yeux après la tentative de suicide de Steve, tu as un ralenti absolument gerbant sur les deux mères qui tiennent le gosse ensanglanté dans leurs bras, ça en dit beaucoup sur Dolan qui suresthétise gratuitement cette séquence grave pour rappeler que c'est lui qui filme, lui et ses ralentis aléatoires
MacGuffin 27/10/2014 22:34:50
Que le film fasse du chantage à l'émotion ou soit sur-esthétisé, ça peut se défendre (même si je suis pas du tout d'accord en l'occurrence), mais je ne vois quand même pas le rapport avec le prétendu nombrilisme de Dolan. On va faire la liste des réalisateurs très "esthétiques" (pas sûr que ça veuille dire grand chose, d'ailleurs) : Gus Van Sant ? Wong Kar Wai ? De Palma ? Wes Anderson ? Est-ce qu'ils sont tous nombrilistes eux aussi ?

Et les ralentis, je t'aurais suivi pour ses précédents films, notamment Les Amours Imaginaires, où les ralentis ne servaient pas le récit mais fonctionnaient plus comme des mini-clips où Dolan se faisait un peu plaisir tout seul (les ralentis sur Bang Bang de Dalida).
Ici au contraire, je trouve qu'ils sont toujours utilisé à des moments cruciaux, que ce soient des moments d'euphorie ( quand l'écran devient large), de bonheur simple (le selfie) ou des passages les plus tragiques (la scène dont tu parles, la fin), etc.
MacGuffin 27/10/2014 22:36:55
Et c'est quoi le pitoyable mensonge au fait ? :hap:
Kino 27/10/2014 23:16:49
C'est différent, WKW et GVS ont je pense déjà beaucoup plus de maîtrise formelle que Dolan et transcendent l'esthétisme par la grâce (un peu comme le fait un Alexandre Sokourov à sa manière). Chez Dolan, je trouve ça déjà pas joli et vain, très gratuit, ça ne développe pas grand chose parce que la grammaire cinématographique me semble pauvre.

Pour le mensonge, en fait y a quelques années Dolan avait fait un top 10 avec Pierrot le fou numéro 1. Et après les réactions de Godard, il s'est lâché dans une interview en disant qu'il n'affectionnait pas Godard à ce point là et que l'on ne verrait jamais citer un Godard dans ses films préférés :hap:
MacGuffin 27/10/2014 23:51:10
Ah oui, en effet, c'est cocasse :hap:
Tchitchoball 28/10/2014 12:56:58
Je me retrouve bouche bée. J'ai littéralement adoré et pourtant je ne porte pas Xavier Dolan dans mon coeur spécialement. Force est de constater que c'est un génie à surveiller très attentivement.