Under the Skin

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Plume 02/07/2014 02:10:32
Bof bof, des qualités formelles indéniables mais pour moi c'est un film de publicitaire. Under the skin souffre d'un symbolisme lourdingue, et on a comme l'impression que le mec qui a fait le film cherche à se rendre hermétique histoire donner à son truc une sorte de caution arty. Des plans intéressants (dans la nature notamment), mais l'aspect contemplatif du film n'est pas cultivé, on préfère le fuir par un montage bien trop cut et faire des fondus avec scarlett qui dort dans la forêt m'voyez. C'est vain, formaliste et on ne ressent rien.
Et à titre personnel je n'aime pas les film qui se donnent des airs d'allégorie pour justifier le peu de choses intéressantes qu'ils ont à développer.
Kino 04/07/2014 18:50:05
Il y a des airs de Shining là-dedans : dans la précision kubrickienne de la mise en scène, dans les cadrages rigoureux et dans la photographie délavée du film qui lui donne ce cachet froid. Oui, c'est froid, très froid, trop froid pour réellement convaincre. Le parti-pris est séduisant, défendable mais il manque du sens là-dedans surtout avec ce sujet qui aurait pu confiner à un excès de grivoiserie mal placée (tout particulièrement avec Scarlett dans le rôle-titre). Finalement, Glazer évite ce travers pour tomber dans l'extrême opposé. Son film est trop sec et rugueux, il manque de sensualité et d'émotion. A partir de là, difficile de croire à l'attrait du personnage de Johansson dès lors que l'actrice peine à éveiller le désir chez son propre spectateur. Je me demande ce qu'aurait donné un cinéaste comme Paul Verhoeven aux commandes, on aurait pu sûrement y retrouver cet appel de la chair qui fait défaut ici. Pourtant, le film s'aventure quand même sur ce terrain organique sur plusieurs séquences cronenbergiennes notamment ce final à la fois très beau et littéralement viscéral. Bon point: le langage de Glazer est singulier, autonome et le cinéaste ne se trahit jamais, lance des fausses pistes pour mieux les détourner, immisce la moralité dans sa narration (fameuse séquence avec le "freak", une des plus réussies du film) pour mieux la diluer. Donc, on a là un film conceptuel, autre, assez puissant parfois, mais peut-être trop bouclé dans sa tonalité et dans sa distanciation.
veloutou 23/07/2014 01:55:46
+ 1 pour Scarlett
Tchitchoball 11/08/2014 22:48:01
La seule chose que j'ai retenu de ce film c'est que l'Ecosse est extrêmement humide ! :hap:
max9 08/09/2014 16:26:14
Pfff, que dire. Se prendre pr Kubrick avec le postulat de "La Mutante" (j'en ris encore), avec un formalisme éculé (les plans fixes de 1000 ans, les cadres moches et bizarres, les sautes d'axes, les surimpressions, la BO, les je-suis-mon perso pdt 1000 ans de dos ou en trav' latéral) , vide de sens (si ce n'est une certaine condescendance vis-à-vis de la masse populaire), et de beauté graphique (je trolle, mais hormis quelques beaux cadrages, le film est loin de m'avoir troué graphiquement). Froid à en filer des frissons à Mr Freeze (c'est quoi c'te métaphore de merde), le film se classe ds la catégorie "trop underground arty t'as vu comme j'suis profond que tu peux même pas comprendre mon film que t'es venu juste le voir pck on t'a dit que j'avais Scarlett à oil-pé dedans".
menator17 19/01/2015 22:03:49
Un final réussi, fuir la vf.
Siry 17/02/2015 15:47:52
L'une de mes dernières grosses grosses claques, surtout parce que le film aborde l'humanité de façon très vraie pour moi, elle y est traitée ici comme une espèce animale comme les autres, ce qui est trop rare > lien
Kino 17/02/2015 15:56:53
"les plans fixes de 1000 ans"

What ? Y a pas un plan qui dure plus de 5 secondes ...
OfficierGrant 15/04/2021 19:12:16

J'ai adoré jusqu'à la déambulation sur la route. Après c'est devenu trop répétitif, trop lent pour rien. Un peu plus condensé et j'étais conquis.

Dimitri 26/07/2021 17:26:30

Galerie sensiblement modifiée (avec l'aimable autorisation de 📢Madlaine )