Fitzcarraldo

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Goldi 26/12/2011 19:46:20
Comme je l'attendais celle-là :rire:
Jack 26/12/2011 19:47:49
T'avais qu'à mettre une meilleure note :ok: :hap:
Goldi 26/12/2011 20:01:50
:rire:

Pour une première approche 7 est une bonne note :ok:

Avec toutes les remarques dithyrambiques que j'ai pu entendre sur le film j'ai probablement trop espéré.


J'y reviendrai dessus avec plaisir et comme souvent, le temps fera les choses. Hormis pour Cobra Verde, je ne jamais tapé bien haut à la première vision d'un Herzog.

Mais encore une fois 7 = bon film donc je ne vois pas où est le problème :hap:
stebbins 04/09/2013 18:21:56
Sacré film que voilà ! Enfin un nouveau visionnage me fait revoir le film légèrement à la baisse, trop linéaire pur véritablement surprendre. Mais l'aspect docu-fictif est passionnant et l'?il exorbité de Kinski valent plus qu'un simple détour. Et la mise scène... démente !
Mieux que Aguirre sur mon échelle personnelle.
Rastignac 01/08/2014 04:45:50
DVDclassik - Les conditions de tournage

Herzog. Un mec qui a des couilles. :bave:
jejeninjaki 18/11/2014 12:02:27
Impressionnant le tournage pour ce film :ouch:
Lt-Schaffer 02/12/2014 01:44:33
Encore un film qui confirme que 1982 est l'une des plus grandes années du Cinéma. Fitzcarraldo s'inscrit dans tout ce que j'aime : de l'aventure aux tréfonds du monde connu sur fond de Richard Wagner. Et plus généralement, c'est bien là un aspect qui me fascine dans le cinéma de Werner Herzog : prendre une caméra et aller filmer des choses improbables ou impressionnantes dans des paysages mystiques et inconnus. Et il le fait remarquablement bien, Fitzcarraldo est un film de passionné qui veut sublimer ce que sa caméra capte. On ne peut pas faire plus simple comme histoire ou comme enjeu, et pourtant Herzog travaille ses personnages et son environnement, travaille son action pour proposer une virée fluviale une fois de plus hors-du-commun. On se croirait vraiment dans un périple d'un autre temps à la Joseph Conrad, où l'aventure burine l'humain comme en témoigne le visage magnétique de l'hypnotique Klaus Kinski. Immense film.