L'heure de la sortie IMDb

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Goldi 13/01/2019 16:36:11
Après Irréprochable, Sébastien Marnier remet le couvert et nous sert un film hautement anxiogène, étouffant. Ambiance dissonante et propos cru bien que très frontal.
Tchitchoball 14/01/2019 18:47:14
Ouai, il me fait clairement envie celui-là dans les dernières sorties françaises.
blazcowicz 14/01/2019 18:56:59
La BA m'a mis une petite claque, c'est rare pour un film français.
lutece89 18/01/2019 21:03:13
Remarquable. J'ai pris une claque devant le film pour ma part (je m'étais préservé de toute BA et critiques). Il m'a fait penser à plusieurs films que j'adore : Take Shelter bien sûr, Les Combattants pour cette ambiance étrange et Koyaanisqatsi dans ces images documentaires, cette frénésie humaine, allant jusqu'à exposer des vidéos de L214
Un film qui ose prendre des chemins inattendus, soutenu par une bande originale qui m'a envoûté, signée Zombie Zombie.Message édité
Lornyk 22/01/2019 00:10:13
Le film Français de l'année. Comment ça on est qu'en Janvier?
Quel spectacle surprenant traitant à merveille de son sujet. J'ai été captivé du début à la fin.
Je vous recommande fortement de visionner ce film en salle tant qu'il en est encore temps, il y a un travail sonore remarquable.
Saturne 23/05/2019 19:48:50
Grosse claque !

Maîtrisé de bout en bout, le film nous mène par le bout du nez et on ne sait pas toujours bien où il veut nous emmener d'ailleurs. Laurent Lafitte est terriblement convaincant dans le rôle de ce professeur qui perd progressivement la boule au point que l'on ne sache plus très bien s'il est la proie ou le prédateur... Par ailleurs, le film est assez radical et couillu dans son propos collapsologue et dans sa manière d'aborder sans grands détours la théorie de l'effondrement.

Ah oui, et les films réalisés par les étudiants ont l'air foutrement bien !
Ripailloux 28/06/2019 03:21:31
Vraiment une belle réussite. Un film déroutant de bout en bout et qui se dévoile progressivement jusqu'à un final franchement marquant.
tadanobu 16/11/2019 15:40:18
Mouais, tout ça pour ça ? Techniquement c'est pas mal. Lafitte est bon, la musique, la fin, le scenario qui brouille les pistes pendant un moment... difficile de saquer le film.

Enfin, sur le principe, j'ai envie de détester. C'est quoi le message ? "Le monde va mal" ? Pas besoin de mettre en scène des ados intellos et dépressifs pour s'en rendre compte. Et puis le syndrome Seild (100% de pessimisme, aucune lueur d'espoir, une vision du monde avec des oeillères...), je déteste. Je préfère Kiarostami, Ozu et consorts qui nous montrent que, même quand tout va mal, il y a toujours un peu de place pour l'amour, que même dans l'adversité on peut parvenir à réaliser de grandes choses, qu'on peut tirer de grands bénéfices de petites choses. Un discours un peu optimiste quoi, pas celui d'un suicidaire névrosé.
Saturne 17/11/2019 13:57:34
Je comprend ton point de vue, et Dieu sait que j'adore Ozu, mais ici Marnier embrasse pleinement la théorie de l'effondrement. Il est donc logique que le film soit à l'image fidèle de sa thématique : pessimiste. Il aurait été malhonnête et "facile" d'y ajouter une lueur d'espoir ou que sais-je. Au moins, on peut dire que le cinéaste a été couillu et jusqu'au-boutiste. Son film, je le vois comme un espèce de film catastrophe contemporain et subtil. Limite un film de genre. Et, en résumé, je ne suis pas certain que le cinéaste soit un pessimiste dans l'âme. Il a juste réalisé ici un film sur un sujet pessimiste.

Mais je peux concevoir que ces thématiques puissent déranger ou déplaire à des natures (un peu plus) optimistes.

PS : c'est quoi le syndrome Seild ? J'ai rien trouvé sur Google.
tadanobu 17/11/2019 14:12:31
Je suis d'accord. C'est pour ça que je dis bien qu'il est difficile de faire des reproches au film, juste qu'à titre personnel je n'aime pas du tout.

Je voulais écrire le syndrome Seidl, comme Ulrich Seidl. Je m'étais fait les mêmes réflexions devant Paradis : Amour et je n'ai jamais voulu regarder d'autre Seidl depuis.