Suggestions
Chaque jour, un membre du site met en avant un film peu connu
 
Le discours d'acceptation glorieux de Nicolas Chauvin Court
Par mos3n
Court métrage génialement absurde sur la non-existence du Chauvin(isme) où l'on croise Napoléon, Lionel Messi, les Daft Punk, Macron, Rochefort, et j'en passe... au bout, une réflexion profondément actuelle sur la "conscience raciale" (sic) de la France et sa psychohistoire.
 
It Must Be Heaven
Par Siry
Le nouveau film d'Elia Suleiman où il est toujours à la recherche d'un espace où se sentir chez soi. Comme un héros de Michael Mann il regarde l'horizon plat comme une page blanche d'une vie possible, motif déjà annoncé dans ses précédents films. Ici, Elia est à la recherche d'un producteur et je ne pensais pas écrire ça un jour, mais l'une des scènes les pus hilarantes vues ces dernières années est avec Vincent Maraval.
Sortie ce mercredi, allez-y, il y a les flics les plus drôles depuis Hot Fuzz, et voyez les autres films de l'extraordinaire Elia Suleiman.
 
Padre padrone
Un film des frères Paolo et Vittorio Taviani qui retranscrit très bien l éducation à la dure dans la campagne, le poids des responsabilités familiales de père en fils. Et aussi, ça se focalise sur le conflit entre les dialectes des régions et la langue officiel du pays, où tout est à réapprendre, tellement c est différent.
 
The Answers Court
Par banana
Tu meurs. Mais tu réalises que maintenant tu peux avoir les réponses à toutes les questions que tu t'es toujours posé sur ta vie, tous les petits mystères irrésolus.
Concept simple mais efficace. Drôle et touchant.
Cyniques s'abstenir.
(sous-titrés en français)
 
La politique de l'autruche Court
Ce court métrage de fin d’études, visible sur Arte et réalisé par un frenchie répondant au doux nom de Houhou, est déjà auréolé de plusieurs prix, remarqué par Guillermo Del Toro et éligible aux Oscars 2020. Il s’agit d’une métaphore politique quelque peu pessimiste mais pertinente faisant échos aux problématiques sociétales actuelles par le biais d’une voix off sous forme de poème. Remarquable et prometteur !
 
Ten Meter Tower Court
Une piscine, un plongeoir. Entre les deux, dix mètres de vide. Et le réalisateur demande à toutes les personnes présentes si elles seraient capables de sauter. Jeunes ou vieux ? Hommes ou femmes ? Racailles ou bourgeois ? Vous pensez savoir qui osera le plus ? Vérifiez par vous-même dans ce court-métrage.
 
La Belle de Saïgon
Comédie légère de 1932 (donc pré-code) réunissant deux géants de l'époque Clark Gable et Jean Harlow, extraordinaires de complicité dans ce film. L'histoire est celle d'un triangle amoureux et d'un adultère dans un décor de plantation coloniale de Cochinchine. Sur l'affiche au moment de sa sortie une bulle précisant : "He treated 'em rough - and they loved it !" Foncez le voir !
 
Noreen Court
Par banana
La famille Gleeson, dont le génial Brendan Gleeson, est réunie pour cette comédie policière irlandaise qui fait penser au travail des frères McDonagh.
Deux policiers répondent à un appel dans la campagne irlandaise. Frank est jeune et a le coeur brisé. Con est un quinqua fatigué. Ils sont tous les deux seuls. Ils sont tous les deux idiots. (pas de sous-titres par contre)
 
Manoman Court
Par banana
Un timide maladif participe à une thérapie du cri primal et apprend à libérer la bête qui est en lui.
Une comédie noire, étrange et à l'animation techniquement impressionnante. Un vrai bon petit OFNI.
 
Leaving on the 15th Spring
Par Ein
Un Slice of life jolie comme tout où des jeunes (filles) de 15 ans qui vivent sur une île bien isolée de l'archipel doivent quitter leur foyer pour intégrer un lycée sur la préfecture la plus proche (les lycées étant absents sur l'île).
Ça cause de choix important à faire, de souvenirs à laisser derrière soit, de passage à l'âge adulte, à son indépendance le tout baigner de tradition musicale où les jeunes filles sont enseignées très tôt au Shamisen pour pour jouer devant le village entier le jour de leur départ : émotion garantie.
 
Shiny Court
Quatre petites minutes groovy d'une animation inspirée et méticuleuse. Ça donne la pêche et ça prend moins de temps qu'une grosse commission. A mater sur Viméo la prochaine fois que vous serez sur le trône.
 
Corridors of Blood
Au XIXe siècle, un vieux chirurgien humaniste essaie de créer l’anesthésie afin d'épargner souffrances et folie à ses patients. Devant l'incrédulité de ses confrères pour qui la douleur est une fatalité inévitable, il n'a pas d'autre choix que de tester ses expériences sur lui-même quitte à faire de mauvaises rencontres...

Excellent film, porté par un Boris Karloff majestueux. Avec son ambiance oscillant entre Charles Dickens et Robert Louis Stevenson grâce à de superbes décors et costumes, ses acteurs talentueux, et son équipe de tournage rompue à l'exercice, ce Corridors of Blood est une excellente surprise pour ma part.
Et c'est toujours quelque chose de voir les deux plus célèbres créatures de Frankenstein sur le même plan^^
 
Les baisers
Sous ses airs de nouvelle vague française (avant l’heure), le tout premier film du très prolifique Masumura est une belle et simple ode à l’amour et à la liberté tout plein de fraîcheur et de poésie.
 
Amour rue de Lappe
De café en café, tout au long de la rue de Lappe, Denis Gheerbrant, dans la veine du cinéma direct, nous invite à faire la connaissance des habitués. D'origines culturelles très diverses, ils nous entretiennent des enjeux de leurs vies et de leurs préoccupations. Le désir, voire le besoin de s'expliquer de ces amis "créé" par la caméra s'impose sans que jamais on ressente la volonté du cinéaste d'imposer ses opinions ou d'animer artificiellement une situation. Le film nous touche par la générosité et la qualité des contacts humains.
 
The Sound of Insects: Record of a Mummy
Film expérimental de type docufiction dans lequel un homme s’isole en forêt pour s’y laisser mourir (de faim) et raconter les effets de son dépérissement dans un journal intime. Expérience sensorielle et métaphysique garantie.
 
Qui a tué le chat ?
Il gatto est ce qu'on pourrait appeler une comédie noire. C'est aussi un thriller burlesque qui emprunte autant à Hitchcock qu'au giallo pour dépeindre en un peu moins de deux heures une société italienne en état de décomposition avancée. C'est souvent très drôle et assez corrosif, et puis il y a Galabru doublé en italien.
 
Mountain Plain Mountain Court
Par mos3n
Tiercé dans l'ordre pour le duo de réalisateurs Daniel Jacoby et Yu Araki qui décrivent à merveille toute l'intensité des courses hippiques japonaises dans un court-métrage épique alternant entre phases documentaires et délires expérimentaux. Après ça, vous ne verrez plus jamais le PMU du coin de la même manière.
 
L'Épée de Kamui
Ce Rin Tarô se lâche avec une très grande ingéniosité visuelle sur les trois premiers quart d'heure, puis ensuite, les charges formelles va et viennent avec un récit au rythme moins déchaîné (car le héros traverse pas mal d'endroits et dégomme pas mal d'ennemi). Une pépite. Attention à regarder le montage de 2h10 et la version la plus accessible est un pan&scan.
 
Safe
Rarement le mal-être et les névroses modernes n’ont été aussi bien captés qu’ici, par la caméra d’un Todd Haynes entre mélancolie et désenchantement. Julianne Moore y joue si bien la paranoïa qu’on partage complètement ses peurs à priori insensées… On pense un peu à Mulholland Drive, un peu à Bug et un peu à Koyaanisqatsi.
 
Splendida Moarte Accident Court
Aussi appelé The Blissful Accidental of Death, ce court en stop-motion propose des péripéties voltigeuses à travers un train en marche, où l’espace se déforme et se retransforme. C’est très plaisant comme voyage dans l’imaginaire. Et il y a une plastique très bienvenue.
 
Next Court
Un bijou de l'animateur de marionnettes stop-motion, Barry Purves (si réputé que Tim Burton l'avait déjà approché au début du projet de Mars Attacks). Il s'agit d'une pure démonstration visuelles de chaque histoires de Shakespeare en deux trois secondes d'interprétation. Et sans vraiment connaître l'homme, c'est plaisant de voir tout cet amour déborder à l'écran.
 
Sacrifices of War
Par Dante
Centré sur les exactions que les japonais commettaient en Chine lors de la guerre des années 30, le film touche tout particulièrement dans la relation entre le personnage de Christian Bale et les petites filles du monastère assiégié. Beau et diablement émouvant.
 
Hedwig and the Angry Inch
Par Elwyn
A la croisée d’ABBA et du Rocky Horror Picture Show, il y a Hedwig, un jeune transsexuel de l’Est de Berlin. Il y a aussi The Angry Inch, son groupe de rock dont le nom évoque les parties génitales mutilées de sa vedette. Quelques perruques, des passages en animation, de bonnes chansons, et beaucoup de poésie.
 
Black Mask
Avec un trio de personnages principaux que je trouve vraiment idéal, Black Mask donne un super mélange d'actions et de relations. Jouissif comme on l'aime. Et un méchant qui étonnamment en jette au fur et à mesure des combats.
 
Vertiges
Bolognini est un très bon cinéaste, et Vertiges l'une de ses oeuvres les plus abouties. La réflexion sur la folie, contextualisée dans l'Italie fasciste, est poussée très loin, à travers une mise en scène efficace et de solides dialogues ! Mastroianni y excelle.
 
Rêves d'Androïde
Grosso modo, une sorte de Pinocchio dans un univers assez proche de Nausicaä de la vallée des vent. Le récit a quelques séquences désarticulées à l'image du héros, et beaucoup de personnages souffrent de l'absence d'un parent.
 
The Defender
Jet Li en garde du corps vient depuis la Chine (RPC) pour protéger l'épouse d'un riche hong-kongais.
Entre la romance et les coups de feu, on blablate un peu sur la rétrocession de 1997 qui approche.
 
Le Jardin d'été
Par Zoomat
Très jolie fable sur l'enfance, les rapports générationnels, voire même le passé militariste flou du Japon. Visuellement et en terme d'ambiance c'est une friandise mais pour moi ça vaut surtout pour la prestation de Mikuni Rentaro, acteur bouleversant à la fin de carrière bourrée de pépites de ce type.
 
Mademoiselle Vendredi
C'est un film qui annonce quelque part l'arrivée de la comédie classique à l'italienne ; on y retrouve tous les codes propre au genre (pour les amateurs de Risi, Comencini, Monicelli entre autres). Mais à côté de ça, il y a une tendresse remarquable, une histoire d'amour saisissante. Quand De Sica épure son cinéma, il fait des films absolument géniaux, où la critique sociale rejoint finalement la pureté de la romance. La simplicité de l'oeuvre permet au film d'être aussi touchant qu'intelligent.
 
Tempête sur anorak Court
14 novembre 2016, la Bretagne est aux portes du futur. Profitant d'un gros coup de vent pour mesurer le quotient de vibration des marges quantiques, deux scientifiques locaux se font voler une invention révolutionnaire.
 
Film d'amour et d'anarchie
Un très beau film où la conviction politique affronte l'amour. C'est un film plutôt tendre, notamment par son personnage principal bien construit, et le propos est tout à fait intéressant, tout en nuance. Lina Wertmüller se pose surtout la question suivante : à partir de quand l'on peut dire que notre idéologie est une conviction politique ? Intéressant, bien traité et bien joué, une petite perle du cinéma italien !
 
Campaign
Par Zoomat
Documentaire fascinant sur la campagne électorale d'un candidat du PLD (premier parti du Japon) pour le conseil municipal de la ville de Kawaski. Sans expérience ni beaucoup de charisme, mais avec un certain capital sympathie, Mr Yamauchi doit prouver sa valeur aussi bien aux électeurs qu'à ses "sensei" à la longue carrière politique.
 
Fresh
Par banana
Super film avec des acteurs au top qui a le mérite de ne pas être "Une intime conviction" avec Marina Foïs.
Je l'ai vu avant le déluge donc c'est flou mais j'avais trouvé cette histoire de jeune dealer doué aux échecs franchement excellente (même que Ebert y avait donné ses fameuses 4 étoiles - pour les connaisseurs)
 
Une intime conviction
Film de procès passé inaperçu ici, c'est pourtant un des bons trucs français de ce début d'année. Superbement interprété par Foïs et Gourmet dans des rôles taillés pour eux, l'histoire raconte le déroulement en appel du procès Viguier (avec des éléments fictionnels assumés), d'après un fait divers des années 2000. Si on n'est pas forcément au niveau de "Jusqu'à la garde", ce premier film a le mérite de savamment entretenir le suspens autour de l'affaire, et de faire douter le spectateur comme le public fictif du film sur la culpabilité de Jacques Viguier. Une réussite, assurément.
 
The Supermarket Woman
Par Zoomat
Terrain connu pour les amateurs de Juzo Itami : une comédie délectable, autour de la guerre entre une supérette de quartier et sa féroce compétition, pleine de légèreté et de douceurs, qui ne perd pas ses marques autour d'une belle romance et à l'esthétique léchée et originale. Juste un très bon moment à passer.
 
L’Attaque de la malle-poste
Huis-clos qui tire davantage vers le film noir que le western,l'histoire de Rawhide ressemble un peu à celle de The Tall T. Boetticher d'accord, mais en plus sec, et dans un univers en n&b où les alliances sont dictées par la nécessité et où les cadres contribuent à l'isolement de chacun dans son espace . Ne reste plus qu'à assister à un remarquable jeu de dupes auquel se prête le tandem Tyrone Power/Susan Hayward avec bonne volonté, maniant le vrai et le faux pour se tirer du traquenard dans lequel ils se trouvent.
 
Croc-Blanc
Un sympathique film de règlement de compte dans une petite ville minière, et en parallèle une histoire de chien héroïque. Fulci met en application son savoir-faire pour filmer ce chien qui se bat contre un ours, avec des personnages sympas et en restant cohérent dans les thèmes. Pas un chef d’œuvre, sans grands défauts, mais une réelle leçon de son savoir-faire dans une histoire simple.
 
Poulet rôti Court
Vous l'attendiez, il est là ! Lémurien de Velours au dernier festival du court-métrage malgache en stop-motion du Havre, Poulet Rôti rappel au monde entier le génie des enfants malgaches.

Sortie déjà confirmée chez Noir Out en bonus dans le coffret collector de la trilogie Baraingo.
 
Sound and Fury
Votre enfant né sourd, mais un implant lui permet potentiellement d'entendre correctement. Demandez-vous à ce qu'il soit opéré ?

Dans le monde des valides, la réponse semble évidente. Mais c'est justement la plongée dans le monde de la surdité et l'opposition entre les deux modes de vie qui rend ce documentaire absolument passionnant. On réalise alors que la réponse dépasse le simple cadre du handicap et pose des questions essentielles sur le fonctionnement d'une famille, d'une communauté, d'une culture et de notre société.
 
Bonne année Court
Bonne année 2019 à tous !

Que celle nouvelle année soit riche en découvertes cinématographiques, des prochains Kev Adams aux meilleures sorties Blaq Out.
 
Sous le glacier
Twin Peaks - Episode 0

L'agent spécial Sigurðsson Cooper doit quitter son fils Dale pour enquêter sur les événements mystérieux se déroulant dans le comté du Glacier. Entre les rencontres des nombreux habitants qui semblent tous avoir quelque chose à cacher et la multiplication progressive des manifestations surnaturelles, l'agent Cooper parviendra-t-il a découvrir si un corps se cache réellement sous le glacier. De l'humour pince-sans-rire aux éléments plus inquiétants, retrouver aussi les envolées jazzy et la musique électronique.

La comparaison est peut-être un tantinet exagérée, mais difficile de ne pas voir en ce film (tiré d'un livre), sorti plus de 10 ans avant la série, une source d'inspiration majeure pour la série culte de Lynch.
 
Comfort Stations Court
Par mos3n
Objet.Visuel.Non.Identifié, "Comfort Stations" est une sorte de remix érotique de Microcosmos sous acide. Tourné en 16mm, le film alterne superbement montage rapide/lent, plans larges/rapprochés, couleur psyché/noir&blanc granuleux pendant 26min. À noter que le montage sonore est également un mix puisqu'il reprend tour à tour les différentes reprises d'In Dreams de Roy Orbison.
 
Hello, Dolly!
Par Elwyn
Alors que sa carrière touche à sa fin, Gene Kelly signe avec Hello, Dolly! ce qui sera l’une de ses dernières contributions au milieu du cinéma. Un départ grandiose, avec des scènes dignes de l’Âge d’or des comédies musicales, des musiques cultes et une Barbra Streisand triomphante.
 
S.O.B.
1981, Fin du Nouvel Hollywood. Blake Edwards décide de régler ses comptes avec tout le monde et réalise une satire sanglante où personne n'est épargné mais toujours avec la grande tendresse qui caractérise ses films.
 
Les amoureux sont seuls au monde
Louis Jouvet sur des dialogues d'Henri Jeanson, une comédie dramatique douce et enchanteresse où il est question d'amour passionnée, de flirt adolescent et de dévotion à l'être aimé. C'est beau et chantant (même si c'est surtout le chant du piano que l'on entend), et on peut même choisir sa fin !
 
Salambò
Démesuré, épique, intelligent, Salambò pourrait être le symbole du cinéma populaire éternel, avec des décors et des costumes qui peuvent en remontrer à tous les Star Wars de la création. Un bel exemple du foisonnant cinéma italien période muette.
 
Tsukiji Wonderland
Avec chaque jour plus de 3.000 tonnes vendues et 42.000 intervenants, le marché au poisson de Tsukiji est le plus grand du monde. Mais malgré l'incroyable qualité des produits et leur grande variété, ce qui fait la véritable spécificité du lieu est avant tout l'état d'esprit, le dévouement et l'expertise des marchands. Du petit poissonnier local au chef étoilé, tous ne jurent que par les conseils de leurs fournisseurs qui font de ce marché "la Mecque des cuisiniers". Une plongée passionnante au coeur d'un emblème de Tokyo, menée par réalisation particulièrement soignée que ne sera pas sans rappeler Jiro Dreams of Sushi.
 
AlphaGo
Malgré des règles très simples, le jeu de go est celui qui propose la profondeur de jeu la plus grande. Même les ordinateurs les plus puissants ne peuvent calculer toutes les combinaisons possibles. Après Kasparov et IBM, on retrouve Lee Sedol et Google dans le second affrontement de Man VS Machine. AlphaGo tente une nouvelle approche au problème avec le Deep Learning, technique permettant à la machine d'apprendre seule et qui pourrait faire passer l'intelligence artificielle à un tout autre niveau...

Documentaire disponible sur TPB avec sous-titres.
 
La Terre de la grande promesse
Par Zoomat
Bon allez y'en a marre des sumos, je vous propose à la place une fresque crépusculaire d'Andrzej Wajda sur les dérives du faste capitaliste. Les trois héros, aussi pathétiques que magnifiques, semblent prêts aux exactions les plus absurdes pour obtenir leur propre usine...
 
Tu seras Sumo
Ce documentaire suit pendant 8 mois un jeune garçon un peu chétif qui décide à la sortie du lycée de s'engager dans une école de sumo. Prise de poids, entrainement, vie en groupe, tournois... le quotidien d'un aspirant sumo et de sa promotion.
Longs
50
Films
281
Notes
7.06
Moyenne
Vous
0
Longs