Jean Cocteau KG

Commentaires
Goldi 07/06/2011 11:40:15
Ses films ont une plastique qui transpire la noblesse du poète. Un véritable émerveillement :coeur:
Sasory 07/06/2011 11:42:49
Il faut absolument que je trouve Orphée et la belle et la bête. :bave:
Goldi 07/06/2011 11:47:33
Ce ne sont pourtant pas les plus durs à trouver! J'avais commencé son oeuvre par ces deux-là justement :fete:
Sasory 07/06/2011 11:58:16
Je sais que la belle est la bête est dispo a ma médiathèque mais ce n'est pas le cas de Orphée.
20thCenturyBoy 08/12/2011 11:03:19
Et je passe en tête. :cool:
Cocteau. :coeur:
Goldi 15/04/2013 12:19:21
Pour tout ce qu'il représente, pour toutes ses oeuvres, j'ai presque envie de le foutre dans mon top réal. Je relis ses poèmes en ce moment, je n'ai pas de mot :coeur:

L'Artiste touche-à-tout.
Lt-Schaffer 05/11/2013 00:39:15
Je me permets de poster le petit article de la retro que nous lui consacrons sur Cineheroes. Rien de massivement copieux, ça n'est pas un portrait exhaustif, juste un petit texte introductif auquel suivront quatre critiques durant le mois.

Je ne doute pas que certains d'entre vous en connaissent probablement plus que moi sur Cocteau, mais de toute façon je compte bien en profiter pour approfondir l'auteur également ! En espérant que cela vous plaise tout de même.

:globe: JEAN COCTEAU, "LE MAGNIFIQUE" :globe:

Il y a un demi-siècle ans nous quittait Jean Cocteau, cinéaste français mais aussi notamment poète, dramaturge et dessinateur. Pour se remémorer cet artiste, la Cinémathèque française lui a consacré une exposition tout en dévoilant la version restaurée de son chef-d??uvre, La Belle et la Bête. L?occasion pour nous de revenir sur ce génie démentiel des arts afin de le faire découvrir aux plus néophytes ou encore de raviver une fois de plus la flamme de ceux qui le connaissent bien.

C?est évidemment Jean Cocteau cinéaste qui nous intéresse présentement, néanmoins ces quelques lignes seront également l?occasion de constater qu?on ne peut pas parler du cinéma de Cocteau sans parler de tout ce qu?il a fait d?autre dans sa vie. Nous nous pencherons sur quatre de ses films au cours du mois : Le Sang d?un poète, La Belle et la Bête, l?Aigle à deux têtes et Orphée. Ce modeste et synthétique article n?est qu?un aperçu de l?importance que Jean Cocteau a pu avoir dans le monde artistique, une invitation à en découvrir encore plus.

Ce poète-cinéaste n?aura eu de cesse au cours de sa carrière de faire évoluer les différents courants artistiques auquel il a participé, grâce à toutes les fabuleuses connaissances qu?il s?était constitué (de Marcel Proust à Edith Piaf). Paradoxalement, à plus d?une reprise, il a refusé d?être catégorisé et rattaché au cercle des surréalistes tels Buñuel. C?est une défense qui se comprend parfois dans son ?uvre cinématographique, étrange mais magnifique, qui esquisse le surréalisme tout en empruntant au réalisme cinématographique. Son lyrisme s?inscrit aux côtés de Jean Renoir, son avant-gardisme échappe au temps.

Il s?interroge régulièrement sur la condition de l?artiste et sur les affres de la création. C?est ce qui est d?ailleurs au centre du sujet d?une de ses premières ?uvres cinématographique, Le Sang d?un poète, en 1930. Cocteau y expérimente des dispositifs de mise en scène osés et techniques qui lui serviront le long de sa carrière. Héritant de Georges Méliès sur plusieurs thèmes, notamment dans la quête de l?infini, des étoiles, Cocteau voit dans le cinéma un média d?une puissance colossale lui permettant de synthétiser les arts dans lesquels il excelle.

Son ?uvre la plus connue, La Belle et la Bête, sortie en 1946, est née de deux passions : celle entre Cocteau et Jean Marais (la Bête), celle entre Marcel Pagnol et Josette Day (la Belle) qui la conseillera à Cocteau pour le rôle. C?est alors la synthèse de tout ce qui peut se faire de mieux dans le cinéma : l?alliance du classicisme du conte de fées avec la puissance expérimentale et avant-gardiste du cinéma de son réalisateur. ?uvre incontournable dans le cinéma, il serait sage de la découvrir avant que la version signée Christopher Gans débarque sur nos écrans !

Jean Cocteau étend son univers cinématographique lorsqu?il réalise en 1948 l?Aigle à deux têtes, fresque historique, romantique mais aussi tragique, toujours portée par Jean Marais. Cocteau s?engage avec virtuosité dans les arcanes du pouvoir d?une Autriche fantasmée. Après avoir sorti la même année un drame plus inégal, Les Parents terrible, Cocteau envisage une nouvelle folie cinématographique : le célèbre Orphée, sorti en 1950. Ce film synthétise alors tout le savoir cinématographique de Cocteau, notamment ses effets techniques expérimentaux dans Le Sang d?un poète. Reprenant le mythe éponyme, Orphée évoque ce qu?il y a de plus cher à Cocteau : la passion, la poésie, l?artiste et la mort.

Il réalise également, dix ans plus tard, une nouvelle interprétation du mythe dans Le testament d?Orphée. C?est son ultime long-métrage, Cocteau participant à l?occasion à l?écriture de certains films, mais consacrant surtout le reste de sa vie à la poésie. Il ne l?aura jamais délaissé, elle l?aura accompagné tout au long de sa vie. Il disait « je sais que la poésie est indispensable, mais je ne sais pas à quoi » ; à lui qui en vivait, très sûrement, à nous qui en héritons, c?est certain.

Jean Cocteau décède le 11 octobre 1963. La légende voudrait que son c?ur ait lâché prise après avoir eu connaissance du décès de son amie Edith Piaf. Force est de croire que cinquante ans plus tard, il reste encore bien des choses à dire sur le cinéaste, le poète, cet artiste fou et intemporel à la signature étoilée n?ayant pas fini de briller.

[lien]http://www.cineheroes.net/retro-introduction-jean-cocteau-le-magnifique[/lien]