117 Courants cinématographiques
Liste de -SlaCker-


Le cinéma peut être classé par écoles, mouvements, styles, traitements cinématographiques, ou plus généralement par courants cinématographiques.


Lire la description
 
Body and Soul
Race movies : 1912-1948

L'expression race film (ou race movies) désigne un genre de films produits aux États-Unis dans une période s'étalant environ de 1912 à 1948 et qui consistait en des films produits pour un public noir, avec des acteurs noir.

En tout, environ cinq cents films de de cette catégorie ont été tournés dont moins d'une centaine existent encore. Comme ces films ont été produits en dehors du circuit des grands studios hollywoodiens, ils ont été largement oubliés par les historiens du cinéma grand public. En leur temps, ces films étaient très populaire parmi les amateurs de théâtre afro-américains. Leur influence continue à perdurer dans le cinéma et la télévision commerciaux destinés aux Afro-Américains.

http://www.dailymotion.com/video/x1t9oha_a-l-ombre-d-hollywood-le-cinema-noir-independant-1910-1950-de-regis-dubois-doc-2014-40_shortfilms
 
Hurlements en faveur de Sade
Internationale Lettriste : 1952-1957

L'Internationale lettriste a été fondée « arbitrairement » à Bruxelles en juin 1952. Regroupement de certains lettristes dissidents (Jean-Louis Brau, Guy-Ernest Debord, Serge Berna, Gil J Wolman) ayant rejeté le lettrisme « isouïen », elle marque définitivement sa désolidarisation après un scandale perpétré à l'encontre de Charlie Chaplin qu'Isidore Isou refusa de cautionner.
 
La Rue
Nouvelle Objectivité

La Nouvelle Objectivité (Neue Sachlichkeit), qui s'exprime à travers les oeuvres de Georg Wilhelm Pabst (La Rue sans joie, Loulou, L'Opéra de quat'sous) ou de Phil Jutzi (Sur le pavé de Berlin). Ce courant cherche à décrire et à comprendre la réalité sociale en s'attachant notamment aux rapports entre les différentes classes de la société. Il traite aussi de sujets en rapport avec la morale et jugés scandaleux à l'époque comme la sexualité, l'avortement, la prostitution, l'homosexualité et la toxicomanie.
 
Naples millionnaire
Comédie à l'italienne : 1950-1985

En droite ligne de la Commedia dell'arte, l'art de la comédie est une des caractéristiques basiques du spectacle italien. Très tôt, le cinéma va marcher sur ses traces et ce sera d'autant plus aisé qu'il va s'agir d'une réaction au néoréalisme qui, dans l'après-guerre, porte un regard plus que sérieux sur la société de l'époque : défauts, excès, abus, le rendu est noir et dramatique.

Une première phase d'évolution du néoréalisme va consister à égayer un tant soit peu ce rendu : ce sera l'époque dite du néoréalisme rose où, tout en continuant de filmer des situations dramatiques et angoissantes, les réalisateurs vont ajouter des « happy ends », des fins moins pessimistes. La réalité italienne de l'après-guerre va, dès lors, bénéficier d'une lecture humoristique, souvent ironique.
 
Les assassins sont parmi nous
Rubble film (Trümmerfilm) : 1946-1949

Trümmerfilm was a short-lived movement in German cinema following their defeat in World War II, focusing on the challenges facing the German people in the aftermath of Nazi Germany and the war.

Often filmed in the ruins of actual German cities?which were heavily bombed by Allied forces in the last phase of the war?and dealing with everyday life and acute problems like poverty it stood in stark contrast with the glossy and over-simplified cinema of the Third Reich.

Much like with Italian Neorealism audiences soon grew tired of "mundane" social reality, and by 1949 the movement ended, and was replaced by more entertainment-minded films.
 
La Route parallèle
Young German Film : 1962-1967

West German movement of politically radical young filmmakers that rejected contemporary cinema, which they dubbed "Papas Kino". Their films were mostly critical of German society, which they saw as a land of "broken marriages, rebellious youth and casual sex". Allusions to political history were frequently used to suggest German society still harbored the spirit of Nazism. (Juxtapositions of fictional and documentary material was common.)

In contrast to many other young cinemas, Young German Film embraced literary sources and adapted works by experimental writers, or the likes of Heinrich Böll. Prominent director were Alexander Kluge (Abschied von gestern [Yesterday Girl])?who also became the movement's most articulate theorist?Volker Schlöndorff (Der junge Törless [Young Törless]) and the duo Jean-Marie Straub & Danièle Huillet (Nicht versöhnt oder Es hilft nur Gewalt wo Gewalt herrscht [Not Reconciled]).
 
Cantate
Nouvelle vague hongroise

The Hungarian New Wave was a movement founded by new Hungarian filmmakers in the 1960s, almost ten years after the 1956 Uprising. The then leader of the Hungarian Communist party, János Kádár, adopted a more liberalized approach to censorship of the arts in Hungary, which allowed filmmakers to confront previously taboo subjects (including the Uprising itself). Inspiration for the movement was taken from the films of the French New Wave. The movement drew attention to the Hungarian film industry in the West and famous directors include István Szabó and Miklós Jancsó.
 
Les Chevaux de feu
Ukrainian Poetic Cinema

Cinematic movement based in Soviet Ukraine in the 1960s and '70s. Films tend to focus on Ukrainian identity and folklore, and could be described as Folk modernist.

The two most famous films are Shadows of Forgotten Ancestors and The Eve of Ivan Kupalo which both broke heavily with the then-official Soviet policy of Socialist Realism and instead employed extravagant visual styles, together with experimental techniques and narratives. As a result, films of the movement were frequently seen as nationalist or anti-Russian by the rulers in Moscow, and thus often shelved or banned.
 
La cigogne de papier
Keiko-eiga

A popular Japanese film genre of the 1920s and early 1930s, which was characterised by the leftist tendency of its content and its strong criticisms of Japanese society. Keik?-eiga films were predominantly based in a contemporary setting, and often contained some of the most Western influenced films of that era.
 
La mariée sanglante
Barcelona School Films

Barcelona School (Escola de Barcelona) is a film movement that began in Barcelona during the 1960s. Largely influenced by French New Wave and Free Cinema, the Barcelona School rejected the centralist film-making coming from Madrid at the time. The films of the movement had an experimental, avant-garde edge and a clear anti-Franco bias. Notable directors include Joaquim Jordà, Vicente Aranda, Gonzalo Suárez and Carlos Durán.

The movement started disintegrating in the early 1970s, due to commercial failures and lack of support from cineastas.
 
Volver a empezar
El Destape : 1970-1985

El Destape is a film movement that emerged in Spain after censorship became more lenient in the late 1960s. The name El Destape referred to both taking clothes off and the opening of society. Franco's death in 1975 and the end of censorship in 1977 marked the era when the most important films of the movement were made. One of the main features was female nudity, made possible by the abolishment of censorship. Even though most of the films were comedies, the movement also encompassed realist dramas and thrillers among others.
 
Jonas qui aura 25 ans en l'an 2000
Groupe 5 - Nouveau cinéma suisse

Groupe 5 est une association de cinéastes genevois qui, au milieu des années soixante, ont contribué à l'essor d'une production cinématographique en Suisse. Ce groupe de cinéastes composé d'Alain Tanner, Jean-Louis Roy, Claude Goretta, Michel Soutter et Jean-Jacques Lagrange (remplacé par la suite par Yves Yersin) s'unit pour produire des films indépendants. Claude Goretta et Jean-Jacques Lagrange sont alors des réalisateurs sous contrat avec la Télévision suisse romande ; quant aux autres ils y collaborent régulièrement. Cette proximité permet au groupe d'obtenir un accord de coproduction avec la TSR ou plus précisément du préachat de leurs ?uvres à un tarif préférentiel. Cet accord prévoit une exploitation en salle avant toute diffusion à la télévision.
 
Le Sang
The School of Reis : 1977-1991

https://en.wikipedia.org/wiki/The_School_of_Reis
 
Pour une épingle à cheveux
L’humanisme d’après-guerre japonais

http://www.dvdclassik.com/article/l-humanisme-d-apres-guerre-japonais
 
Trois jours
L'esthétique Studija Kinema : 1992-1995

Pour pouvoir travailler dans son pays où le système soviétique s'effondre, Bartas crée un studio de cinéma "Studija Kinema" et devient, de fait, producteur de ses propres films et d'une vingtaine de films d'autres réalisateurs. Une génération de cinéastes lituaniens profite de cette structure pour réaliser leurs premiers et seconds films. On peut alors à proprement parler d'une "esthétique Studija Kinema" pour l'ensemble de cette production (1992-1995), qui contribue à faire apparaître une nouvelle génération de cinéastes lituaniens, depuis largement reconnus (Audrius Stonys, Kristijonas Vildžiūnas, Valdas Navasaitis). Au sein de Studija Kinema, Bartas a également produit le film de Viatcheslav Amirkhanian Arseniy Tarkovskiy: Malyutka-zhizn, documentaire sur le poète russe Arseny Tarkovsky, père du cinéaste Andrei Tarkovsky.
 
La société du spectacle
International situationniste

Formellement créée en juillet 1957 à la Conférence de Cosio di Arroscia, l'Internationale situationniste est née du rapprochement d'un ensemble international de mouvements d'avant-garde, dont l'Internationale lettriste (elle-même issue d'une rupture avec le Lettrisme d'Isidore Isou), le Mouvement international pour un Bauhaus imaginiste, le Comité psychogéographique de Londres et un groupe de peintres italiens. Son document fondateur, Rapport sur la construction de situations…, a été rédigé par Guy Debord en 1957. Dans ce texte programmatique, Debord pose l'exigence de « changer le monde » et envisage le dépassement de toutes les formes artistiques par « un emploi unitaire de tous les moyens de bouleversement de la vie quotidienne ».
 
Toxic
Troma : 1980-2011

Produits avec des budgets dérisoires, les films Troma sont appréciés par une communauté d'aficionados. Les thèmes récurrents, voire obsessionnels, des productions Troma sont le sexe, le gore, la violence et les mutations que peuvent causer les déchets nucléaires, et le politiquement incorrect satirique. Parmi les productions Troma qui ont accédé au statut de films cultes, on peut citer The Toxic Avenger et Tromeo and Juliet.

http://www.allocine.fr/video/video-19219056/
 
La Charrette fantôme
L'école scandinave : 1906-1924

Très tôt, le cinéma scandinave se libère des carcans traditionnels, et ses films dressent le portrait d'une société hissant bien haut ces valeurs fondamentales. Cela passe par un hommage à la liberté et au franc-parler, à tous les niveaux. Mais aussi par la liberté d'exposer une certaine nudité, pour le plus grand plaisir du public étranger, à une époque pas si lointaine où le cinéma faisait preuve d'une pudibonderie excessive.

http://www.festivalmarrakech.info/Presentation-du-Cinema-Scandinave_a1929_2.html
 
Le Cuirassé Potemkine
Cinéma muet soviétique 1917-1929

Par le décret du 27 août 1919, le nouveau régime nationalise la production et la distribution cinématographiques, changeant ainsi l'histoire du cinéma, puisque les années qui suivent verront émerger un cinéma d'état (à ce titre extrêmement bien financé et valorisé, mais également censuré) qui est en même temps un des cinémas les plus novateurs de son époque.
 
J'accuse !
Première avant-garde ou impressionnisme français 1918-1923

La première avant-garde est un mouvement d'avant-garde français des années 1920. Emmené par des cinéastes comme Louis Delluc, Germaine Dulac, Abel Gance ou encore Jean Epstein, ce mouvement a pour principal objectif la promotion de scénarios écrits par des spécialistes pour le support cinématographique (par opposition aux adaptations littéraires grandement majoritaires à l'époque.) Par conséquent, le langage visuel est primordial, et de nombreuses figures de styles cinématographiques sont inventées ou développées par ce courant : surimpressions, time-lapses, jeux de lumière, etc. C'est par cette volonté de faire passer un message ou une émotion au spectateur par le biais de l'image que ce mouvement a été rapproché a posteriori au mouvement impressionniste pictural de la fin du XIXème siècle.
 
The Glow of Life
Mouvement du cinéma pur 1918-1924

Le mouvement du cinéma pur est un courant de critique cinématographique et de réalisation du Japon des années 1910 et début des années 1920, qui prône ce qui est considéré comme des modes de réalisation de films plus modernes et cinématographiques. Des critiques tels que Norimasa Kaeriyama deviennent finalement réalisateurs afin de mettre en pratique leurs conceptions du cinéma. Kaeriyama dirige ainsi The Glow of Life au studio Tenkatsu en 1918. Ce film est souvent considéré comme le premier « film pur ».Le mouvement influence profondément la façon dont les films seront faits et pensés pendant les décennies à venir, mais ce n'est pas un succès complet : les benshi restent partie intégrante de la réalité du film japonais jusque dans les années 1930.
 
Le Cabinet du Docteur Caligari
Expressionnisme allemand 1920-1929

L'expressionnisme est un mouvement artistique apparu au début du xxe siècle, en Europe du Nord, particulièrement en Allemagne. L'expressionnisme a touché de multiples domaines artistiques : la peinture, l'architecture, la littérature, le théâtre, le cinéma, la musique, la danse, etc. L'expressionnisme fut condamné par le régime nazi qui le considérait comme un « art dégénéré ».
 
Nosferatu le vampire
Caligarisme 1920-1928 :mort:

Le terme caligarisme est utilisé en France, dès les années 1920, aussi bien par des théoriciens que par des journalistes de la presse cinématographique grand public pour désigner les films ayant une parenté stylistique avec Le Cabinet du docteur Caligari, sorti en 1919.
A la différence du terme expressionnisme, qui touche tous les domaines artistiques, le caligarisme est spécifique au cinéma.
 
La Sixième Partie du monde
Kino-pravda 1920-?

Kino-pravda (ou « ciné-vérité » en russe) est un mouvement théorique et esthétique marquant du cinéma soviétique des années 1920, et une série de films d'actualité du même nom.
Le mouvement Kino-pravda est liée au concept de kinoglaz (« ciné-oeil »), combinaison de l'objectif de la caméra (alors pensé comme un « oeil machinique ») et de l'opérateur qui filme et monte les images, nommé kinok.
Ainsi, le processus du Kino-pravda permettrait non seulement une représentation de la réalité, mais la révèlerait encore plus profondément grâce aux possibilités formelles du cinéma : arrêts sur image, surimpressions, accélérés et ralentis, etc. Il s'agit donc de restituer le réel de façon plus complète, d'en dévoiler des pans inaccessibles à l'?il humain par la voie d'un ?il prothétique.
 
Le Dernier des hommes
Kammerspiel film 1920-1929

Le Kammerspiel (ou Kammerspiel film, en français film de chambre) est un courant de l'histoire du théâtre et du cinéma allemand des années 1920. Le nom signifie « jeu (au sens du jeu d'acteur) de chambre » et évoque la musique de chambre (Kammermusik).
Issu des travaux du metteur en scène de théâtre Max Reinhardt, le Kammerspiel respecte le principe des trois unités : unité de lieu, unité de temps, unité d'action.
Le Kammerspiel est un naturalisme intimiste et social contrairement à l'expressionnisme, mais ils entretiennent l'importance des éléments symboliques, l'intériorisation et le dépouillement de l'interprétation.
 
La jeune fille au carton à chapeau
Fabrique de l'acteur excentrique 1921-1931

La Fabrique de l'acteur excentrique (FEKS) est un collectif d'avant-garde soviétique, actif dans le domaine théâtral puis cinématographique, fondé en 1921 à Leningrad.
Plus qu'une école, c'est un collectif d'artistes dont le but était d'anéantir l'art bourgeois par le biais d'arts folkloriques non académiques comme le cirque, le cabaret et même le carnaval. Aussi bien les acteurs, par leur jeu outrancier incluant la pantomime, la caricature et des clowneries, que le travail de montage et l'utilisation d'effets spéciaux (trucages) y participeront. Ce collectif de personnalités donnera au cinéma soviétique une stupéfiante originalité dont s'inspireront les grands réalisateurs européens et annoncera l'expressionnisme allemand.
 
Le jour se lève
Réalisme poétique 1930-1945

Le courant, influencé par la littérature naturaliste, par les avant-gardes et par le cinéma expressionniste allemand, est illustré par les films de Jean Vigo, René Clair, Jean Renoir, Marcel Carné, Marcel L'Herbier, Marc Allégret, Jacques Becker, Jean Grémillon, Jacques Feyder et Julien Duvivier, notamment. Il faut également souligner l'importance de personnalités telles que les scénaristes et dialoguistes Jacques Prévert et Henri Jeanson, l'écrivain et producteur Marcel Pagnol, le scénariste belge Charles Spaak, le directeur artistique Lazare Meerson et le décorateur hongrois Alexandre Trauner.
Les acteurs emblématiques du réalisme poétique sont Michel Simon, Jean Gabin et Michèle Morgan.
À son tour, le réalisme poétique aura une influence importante sur le cinéma néoréaliste italien et sur la Nouvelle Vague.
 
La Divine
Deuxième génération chinoise 1932-1949

La deuxième génération, qui jalonne l'année 1932 jusqu?à 1949, représente le premier âge d?or du cinéma chinois. Cette épopée fait place à de nombreux chefs d??uvres muets, mais aussi aux oeuvres sonorisées initiées en 1930. Le social est déjà au centre des réflexions cinématographiques (notamment avec un mouvement des cinéastes de gauche) et ce sont des réalisateurs comme Sun Yu, Wu Yonggang et Yuan Muzhi qui offrent leurs premières lettres de noblesse au cinéma chinois.
 
Le Triomphe de la Volonté
Cinéma de propagande 1933-1945

Les films de Leni Riefensthal et Hitler; le mélo et Mussolini, le réalisme socialiste et Staline. Trois pays, trois dictatures, trois façons d'instrumentaliser le cinéma à des fins de propagande.
 
Sazen Tange, le pot d'un million de ryos
Narutaki-gumi

« le meilleur des réalisateurs du nouveau jidaigeki fut peut-être Sadao Yamanaka. (...) Son ambition était de moderniser davantage encore le film historique. Ce projet figure dans le manifeste d'un groupe de huit jeunes cinéastes japonais qui se nommait le Narutaki-gumi, d'après le district de Kyoto où ils habitaient et écrivaient sous le pseudonyme commun de Kajiwara Kimpachi. Yamanaka, (...), ne s'intéressait ni aux héros nihilistes ni aux sauveurs de l'humanité. Il voulait plutôt "filmer le gendaigeki comme on filme les jidaigeki contemporains", c'est-à-dire tourner le genre de films qu'Hiroshi Inagaki appelait un "drame contemporain avec chignon de samouraï. » (in : Le Cinéma japonais, Éditions du Rocher, p. 89).
 
La folle aventure de Macario
Téléphones blancs 1937-1941

L'appellation de ce courant est due à la présence quasi-récurrente de téléphones blancs dans au moins une scène des films en question. Le thème de ces films est le plus souvent une romance à l'eau de rose avec des intrigues qui se nouent et se dénouent au... téléphone. La mode était passée des téléphones classiques, noirs et discrets, et toute scène d'intérieur se devait presque de montrer un de ces téléphones qui sous-tendaient un certain luxe, une certaine classe pour son propriétaire. Plus que d'un courant, il s'agit d'une mode cinématographique.
 
Le mariage de minuit
Calligraphisme 1940-1944

Au début des années 1940 se développe dans le cinéma italien un mouvement de grande attention à la forme auquel on donne, par référence à la belle écriture des manuscrits enluminés, le nom de « calligraphisme ».
Les films qui représentent le courant calligraphique privilégient les sujets historiques, ils se réfugient dans le XIXe siècle ou à la Belle Époque. D'où une certaine surabondance des éléments décoratifs : broderies, dentelles, guipures, hauts-de-forme, miroirs. Cette inflation ornementale allait de pair avec une photo très travaillée
 
La Soif du mal
Film noir 1940-1958 :fete:

Bien qu'il s'agisse d'un genre typiquement américain, le terme film noir est né sous la plume d'un critique de films français, Nino Frank, par assimilation à la Série noire, une collection de romans de détective privé. Le film noir met généralement en scène un personnage emprisonné dans des situations qui ne sont pas de son fait et acculé à des décisions désespérées. Le meurtre ou le crime, l'infidélité, la trahison, la jalousie et le fatalisme sont des thèmes privilégiés.
Le film noir est pessimiste par essence. L'archétype du protagoniste du film noir est un détective privé de second ordre, cynique et blasé, embauché pour une enquête dont les véritables implications lui sont cachées par son commanditaire. Son enquête l'amène le plus souvent à rencontrer une femme fatale qui le manipule par avidité, causant ainsi leur perte.
 
Le Voleur de bicyclette
Néoréalisme italien 1943-1955

La principale caractéristique de ce courant est de présenter le quotidien en l'état, en adoptant une position moyenne entre scénario, réalité et documentaire et en se servant souvent de gens de la rue à la place d'acteurs professionnels, en quelque sorte en romançant la « vraie vie ». La pénurie de moyens pour les films hors de la ligne du gouvernement fasciste avant sa chute en 1943 puis pour tous après, l'indisponibilité par manque de finances des plateaux de tournage après 1944 contraignent de tourner dans la rue, d'acclimater les longs métrages dans les lieux authentiques : cela devient une sorte de code stylistique du néorealisme qui va puiser dans ces apparentes contraintes une incontestable qualité de vérité.
 
Traité de bave et d'éternité
Lettrisme 1945- :question:

Ce nouveau cinéma appelé ciselant détruit ses bases référentielles pour révéler des beautés destructrices et d'anéantissement. Pour cela, Isou démantèle le synchronisme du son et de l'image et intervient directement sur la pellicule pour la nier, la détruire puis l'oublier. Après des réalisations sur pellicule, les lettristes poseront donc la question suivante: peut-on faire des films sans pellicule?
 
Un tramway nommé Désir
L'Actors Studio 1947-1982

À l'origine, l'Actors Studio a pour fonction de permettre à des comédiens confirmés de perfectionner leur art dans l'intimité d'un atelier, sans la pression d'un tournage. Dirigé à partir de la méthode créée par Strasberg suivant le « système » de Stanislavski, née dans ses Cahiers de régie, rédigés à l'occasion de la création des premières pièces de Tchekhov, l'Actors Studio connaît son apogée sous la direction de Lee Strasberg de 1951 à 1982.
 
Les mauvaises rencontres
Caméra-stylo 1948

La caméra-stylo est un concept développé par le réalisateur et théoricien du cinéma Alexandre Astruc, exposé pour la première fois dans l'article Naissance d?une nouvelle avant-garde paru dans le magazine « L'Écran français » le 30 mars 1948. Astruc décrit une transformation du cinéma comme un moyen d'expression se suffisant à lui-même, un langage à part entière, affranchi de ses parents artistiques comme le théâtre ou l'« image pour l'image ». Il promeut une vision du cinéaste pleinement auteur de ses films, comme un écrivain l'est avec ses romans.
 
Le Détachement féminin rouge
Troisième génération chinoise 1949-1966

Le parti communiste arrive au pouvoir et le cinéma chinois vacille entre cinéma de propagande et gloire aux films de guerre, prolétariens... Toutefois, il n?en reste pas moins quelques ?uvres sociales d?une force exceptionnelle comme celles de Wang Bin, Xie Jin ou Xie Tieli.
 
Ballade berlinoise
Heimatfilm 1949-1960

Les films de terroir allemands, dont la majorité furent tournés dans les années 1950 et 1960, suivent un canevas où certaines constantes ne sont pas sans rappeler certains drames des romans de Jean Giono.
 
La Complainte du sentier
Parallel Cinema ou Nouvelle vague indienne 1952-1976

Ce courant d'une volonté de s'opposer à l'importance croissante que prennent les stars dans le cinéma populaire, à la dégradation de la qualité de ce dernier, et à son coté très codé, très loin de tout réalisme. Il se caractérise par la présence de certains acteurs (au point de finir par créer ses propres stars), par des codes plus proches de ceux du cinéma occidental que de Bollywood, par des histoires se situant souvent dans des milieux défavorisés ou marginalisés, et par une conception du cinéma comme démarche politique, soutenue par les gouvernements de l'époque.
Cependant, malgré leur originalité par rapport à la masse du cinéma indien, la grande majorité de ces films ont eu un écho assez faible et sombrent rapidement dans l'oubli, au point d'être difficiles à trouver aujourd'hui en DVD.
 
Le petit fugitif
Cinéma Indépendant Américain 1953-2014 :bave:

Le cinéma indépendant américain est né d'un refus. Celui, dans les années 50 et 60 d'une poignée de réalisateurs qui décidèrent d'échapper à l'emprise économique des grands studios et rejetèrent la mythologie hollywoodienne.
 
Le Dieu noir et le Diable blond
Cinema Novo 1953-1964

Durant les années 1950, sous l'influence du courant néo-réaliste italien, le cinéma brésilien tente de se remettre en question devant la menace hollywoodienne. Les films d'Alex Viany en 1953 (Agulha no palheiro) et de Nelson Pereira dos Santos en 1955 (Rio, 40 graus), tous les deux à petit budget, explorent alors des thèmes populaires qui suivent au plus près la réalité brésilienne. Rio, 40 graus est interdit par la censure, ce qui déclenche une campagne massive de la part des étudiants et des intellectuels en faveur de sa diffusion.
Le coup d'État de 1964 pousse la plupart des réalisateurs emblématiques du mouvement à l'exil devant la monté de la répression durant les années qui suivent.
 
Une fille a parlé
École polonaise du film 1955-1963

À partir de 1955, les travaux faits par l'École polonaise du film ont eu une forte influence sur des mouvements cinématographiques tels que la Nouvelle Vague, le Néoréalisme et même le cinéma classique hollywoodien. De plus, des réalisateurs polonais comme Roman Polanski, Krzysztof Kielowski, Agnieszka Holland , Andrzej Wajda, Andrzej uawski ont eu un impact fort sur le développement de la cinématographie.
 
The Warped Ones
Nouvelle vague japonaise 1956-1973

Comme dans de nombreux pays à cette époque-là, le Japon connut à la fin des années 50 sa Nouvelle Vague s'en prenant à un "cinéma de qualité" et à un cinéma commercial de formules. Le dynamisme de la Nouvelle Vague japonaise n'eut rien à envier à celui des Nouvelles Vagues d'autres pays. Au Japon, il s'agissait pour de jeunes cinéastes de rompre avec le classicisme d'OZU, NARUSE ou MIZOGUCHI, la génération de cinéastes ayant débuté dans les années 20-30 en somme.
Mais bien avant que le terme existe la Nouvelle Vague avait commencé à exister avec le travail de rupture d'un NAKAHIRA ou d'un MASUMURA. Tandis que les cinéastes de cette génération poursuivirent leur travail bien après les sixties de leur explosion.
 
Samedi soir, Dimanche matin
Free Cinema 1956-1968

Le Free cinema est un courant cinématographique britannique novateur et contestataire que l'on peut situer entre 1956 et 1963, voire 1968 selon quelques auteurs.
Ce courant cinématographique va de pair avec le courant littéraire des Angry Young Men (« jeunes gens en colère »), dont il a adapté certaines des oeuvres majeures : La Solitude du coureur de fond et Samedi soir, dimanche matin d'Alan Sillitoe, par exemple.
Bien que parfois encore trop liés au théâtre et non totalement exempts de clichés, les films du free cinéma ont conduit au rajeunissement du cinéma commercial britannique et creusé "un large fossé entre l'ancien et le nouveau.
 
Moi, un noir (Treichville)
Cinéma-vérité 1958-1969

Le cinéma direct est un courant du cinéma documentaire qui a vu le jour en Amérique du Nord, au Canada et aux États-Unis, entre 1958 et 1962. Si dans son acception initiale il se caractérise par un désir de capter directement le réel et d'en transmettre la vérité, il sera au cinéma de façon plus durable, une manière de se poser le problème du réel, voire de tenter d'y agir par le cinéma.
 
À bout de souffle
Nouvelle Vague 1958-1965 :bravo:

La Nouvelle Vague est communément utilisée pour décrire la nouvelle génération de cinéastes français qui a émergé à la fin des années 50. Ces jeunes cinéastes anti-conformistes vont bousculer les règles très établies du cinéma français et permettre ainsi à un nouveau cinéma d´émerger : le cinéma d´auteur.
Ils ont en général une trentaine d´années, sont accros des salles obscures et pour la plupart critiques pour la revue "Les Cahiers du Cinéma". Ces jeunes cinéastes en herbe en ont marre de l´académisme cinématographique dans lequel s´est enfermée la France depuis de nombreuses années. Il condamne le fossé entre la réalité et sa représentation à l´écran.
 
Le cabotin
Kitchen sink realism 1959-1970

Kitchen sink realism (or kitchen sink drama) is a term coined to describe a British cultural movement that developed in the late 1950s and early 1960s in theatre, art, novels, film and television plays, whose 'heroes' usually could be described as angry young men. It used a style of social realism, which often depicted the domestic situations of working-class Britons living in cramped rented accommodation and spending their off-hours drinking in grimy pubs, to explore social issues and political controversies.
The films, plays and novels employing this style are set frequently in poorer industrial areas in the North of England, and use the rough-hewn speaking accents and slang heard in those regions. The film It Always Rains on Sunday (1947) is a precursor of the genre, and the John Osborne play Look Back in Anger (1956) is thought of as the first of the idiom.
 
Mémoires du sous-développement
Cuban revolutionary cinema 1959-1969

Le premier acte culturel de la Révolution cubaine est la création, en 1959, de l'Institut cubain de l'art et de l'industrie cinématographique (ICAIC). Ses objectifs idéologiques sont les suivants : en premier lieu, le cinéma doit être considéré comme un art ; en deuxième lieu, il doit contribuer à affermir les conceptions révolutionnaires.
 
Faster, Pussycat! Kill! Kill!
Film d'exploitation 1960-1979

Certains qualifient de films d'exploitation l'ensemble des oeuvres à budget généralement réduit, inspirées de grosses productions, tirant parti de modes, et souvent racoleuses, mais on peut également parler du cinéma bis, expression moins péjorative et au sens plus large. Ce type de cinéma est en effet conçu comme une "exploitation" de la mode née de précédents succès. Le terme "film d'exploitation" peut être attribué au bis en ce que la plupart de ces films étaient destinés à une exploitation commerciale propre aux produits de consommation rapide et de qualité secondaire (circuits de distribution de seconde zone avec les "cinémas de quartier" en Europe ou les drive-ins et "grindhouses" aux Etats-Unis, campagnes publicitaires parfois putassières, etc.).
 
Charles mort ou vif
Le nouveau cinéma suisse : 1960-1980

La Nouvelle Vague est une nouvelle façon de produire, de tourner, de fabriquer des films qui s'oppose aux traditions et aux corporations pour imposer une nouvelle esthétique plus proche du réel. C'est en Suisse romande que l'on trouve le nouveau cinéma de fiction, la Suisse allemande créant surtout des documentaires.
 
Le Soleil dans le filet
Nouvelle vague tchécoslovaque 1962-1968 :rire2:

La Nouvelle Vague tchécoslovaque (Nouvelle Vague tchèque) est un courant cinématographique constitué des premiers films de réalisateurs tchécoslovaques ayant percé durant les années 1960, avant le Printemps de Prague. La qualité et la franchise des films du genre conduisirent à appeler ce mouvement le miracle tchèque.
Son précurseur le plus marquant , puis son principal représentant, est Milos Forman, qui tourne, en 1963, le premier film tchèque sur le modèle du cinéma-vérité, L'as de pique.
 
Les Vertes Années
Novo Cinema 1962-1974

Des jeunes rebelles, venus des milieux ciné clubiste et universitaire, réussissent à contourner les obstacles et, séduits par la Nouvelle Vague française, avec l?aide financière de l'institution culturelle Fondation Calouste-Gulbenkian, lancent le mouvement qu'on appelle le Novo Cinéma. Le cinéma portugais commence alors à être vu en dehors du pays. En même temps que la fiction, le film documentaire prendra un nouveau souffle.
 
L'Heure des brasiers
The Liberation Film Group 1962-1973

The Grupo Cine Liberación (The Liberation Film Group) was an Argentine film movement that took place during the end of the 1960s. It was founded by Fernando Solanas, Octavio Getino and Gerardo Vallejo. The Grupo Cine Liberación became linked to the Peronist Left, and in later years, other films directors (grupo Realizadores de Mayo, Enrique and Nemesio Juárez, Pablo Szir, etc.) revolved around this activist core.
 
Wavelength
Cinéma structurel 1962-1974

Les quatre caractéristiques du cinéma structurel sont : plan fixe (image fixe du point de vue du spectateur), effet de clignotement, tirage en boucle et refilmage d'écran. Très rarement on trouvera ces quatre caractéristiques rassemblées en un seul film et il y a même des films structurels qui modifient ces éléments de base.
 
La Vache
Nouvelle Vague iranienne 1964-1980

La Nouvelle Vague iranienne est un mouvement du cinéma iranien. Elle a débuté en 1969 avec le tournage du long métrage Gv de Dariush Mehrjui, suivi par Massoud Kimiaei avec Qeysar, et Nasser Taghvai. Ils ont mis en place une tendance culturelle dynamique et intellectuelle. Le cinéma iranien est alors devenu plus ouvert, encourageant cette nouvelle vague.
Dans les trois ans après sa création, ce sont plus de cinquante films notables qui ont été réalisés.
 
Aguirre, la colère de Dieu
Nouveau cinéma allemand 1965-1979

Le nouveau cinéma allemand est un courant cinématographique né dans la RFA des années 1960 et 1970 et représenté par les metteurs en scène Hans-Jûrgen Syberberg, Alexander Kluge, Wim Wenders, Volker Schlöndorff, Werner Herzog, Werner Schroeter et Rainer Werner Fassbinder. Ces cinéastes plaçaient la critique sociale et politique au coeur de leur travail, se démarquant ainsi du film de pur divertissement. Leurs productions, relevant du "cinéma d'auteur", furent en général réalisées en dehors des grands studios de cinéma. Le Nouveau Cinéma Allemand a été influencé par la « Nouvelle Vague » française ainsi que par les mouvements de protestation des années 1968.
 
Hitler, tiers monde
Cinema Marginal 1966-1981

Une nouvelle génération de cinéastes réagit à cette situation politique de manière très radicale, avec un cinéma marginal, à l'esthétique volontairement dégradée, appelé « udigrudi », en référence au mouvement de contre-culture américain des années 1960, le mouvement underground. Les cinéastes marginaux cherchent à rompre avec les formules traditionnelles de narration et d'esthétique, et puisent leur inspiration dans un cinéma expérimental. Les principaux représentants de ce mouvement sont Rogério Sganzerla, avec notamment son film O Bandido da Luz Vermelha de 1968 dans lequel on peut noter l'influence de cinéastes comme Jean-Luc Godard et Orson Welles, ainsi que Júlio Bressane (Matou a familia e foi ao cinema, 1969). En 1970, ils réalisent ensemble six long-métrages à petit budget en moins de trois mois.
 
Amour libre
Nouvelle Vague Finlandaise 1966-1969

La Nouvelle Vague des années 1960 sont incarnés par Risto Jarva avec le Jeu de la chance (Onnenpeli, 1965), et plus tard par Jörn Donner (Noir sur blanc (Mustaa valkoisella, 1968) ; Les hommes ne peuvent pas être violés (Män kan inte valdtas, 1978) ...
 
Il a tué sa famille et est allé au cinéma
Mouth of Garbage film 1967-

Mouth of Garbage film (Cinema da Boca do Lixo) is the collective name for a film genre associated with the Boca do Lixo ("Mouth of Garbage") downtown area of São Paulo, Brazil. On par with French Nouvelle Vague and American slasher films, films of this genre are exploitational and often considered B movies. These films often feature eroticism.
 
Ice
Newsreel 1967-1990

Newsreel était une agence cinématographique alternative fondée aux États-Unis dans les années 1960.
Nous faisions des films de l'intérieur du mouvement pour le mouvement. Pour le film des Panthers, par exemple, les Panthers eux-mêmes ont participé au montage, avec tous les problèmes que cela peut poser. Les premiers films de femmes sont issus de discussions des groupes de femmes. Les films n'étaient pas conçus à l'avance. Nous n'écrivions pas de scénario. Il s'agissait d'apporter le matériel de tournage à un groupe, un mouvement ou un événement et d'exprimer ce qui se passait là.
 
Killer of Sheep
L.A. Rebellion 1967-1989

The L.A. Rebellion film movement, sometimes referred to as the "Los Angeles School of Black Filmmakers", or the UCLA Rebellion, refers to the new generation of young African and African-American filmmakers who studied at the UCLA Film School in the late-1960s to the late-1980s and have created a Black Cinema that provides an alternative to classical Hollywood cinema.
 
Une affaire de coeur : La tragédie d'une employée des P.T.T.
Vague Noire yougoslave 1965-1972

La Vague Noire est le terme utilisé pour décrire le mouvement cinématographique yougoslave des années 60 et du début des années 70.
Le terme Vague Noire est utilisé pour le première fois en 1969 par le critique Vladimir Jovicic dans le périodique Borba, afin de définir les films des jeunes cinéastes yougoslaves.
Les principales caractéristiques des films de ce mouvement sont une mise en scène moderne, un examen critique de la société de l'époque et l'humour noir.
 
Who's that Knocking at My Door
Nouvel Hollywood 1967-1983

Le Nouvel Hollywood désigne un mouvement cinématographique américain de la fin des années 1960 au début des années 1980, qui modernise de façon significative la production de films à Hollywood. Ce cinéma, inscrit dans la contre-culture et influencé par le néoréalisme italien, la modernité européenne et la Nouvelle Vague française, se caractérise par la prise de pouvoir des réalisateurs au sein des grands studios américains et la représentation radicale de thèmes jusqu'alors tabous comme la violence, la corruption des pouvoirs politiques, le massacre des Indiens ou la sexualité.
 
À bientôt, j'espère
Groupe Medvedkine 1967-1974

Les groupes Medvedkine sont une expérience sociale audiovisuelle menée par des réalisateurs et techniciens du cinéma militant en association avec des militants ouvriers de la région de Besançon et de Sochaux entre 1967 et 1974. Le nom des deux groupes a été choisi en hommage au travail du réalisateur soviétique Alexandre Medvedkine.
 
Détruisez-vous
Groupe Zanzibar 1968-1973

Le groupe Zanzibar est un collectif d'artistes d'avant garde et de cinéastes, actif à la fin des années 1960 comprenant notamment Philippe Garrel, Jackie Raynal, Pierre Clémenti, Daniel Pommereulle ou encore Jean-Pierre Kalfon. Les films du collectif Zanzibar ont été financés par Sylvina Boissonnas.
 
Un film comme les autres
Groupe Dziga Vertov 1968-1972

Le Groupe Dziga Vertov est un collectif cinématographique d'obédience maoïste fondé en 1968 par Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin afin d'y produire des films militants influencés par les idées de Brecht et du marxisme. Tous les films ont été signés collectivement. Le groupe se dissout peu de temps après avoir complété Letter to Jane en 1972. Le collectif tire son nom du réalisateur soviétique Dziga Vertov (1896-1954).
Le groupe Dziga Vertov naît de la volonté de Jean-Luc Godard de rompre avec sa pratique cinématographique et notamment avec ses méthodes de production. Pour Jean-Henri Roger, les films du groupe Dziga Vertov sont avant tout des films de Godard mais des films de Godard réalisés en discussion avec d'autres personnes.
 
Les filles
Feminist film theory 1970-1980

Feminist film theory is theoretical film criticism derived from feminist politics and feminist theory. Feminists have many approaches to cinema analysis, regarding the film elements analyzed and their theoretical underpinnings.

http://www.annekesmelik.nl/TheCinemaBook.pdf
https://en.wikipedia.org/wiki/Feminist_film_theory
https://www.princeton.edu/~achaney/tmve/wiki100k/docs/Feminist_film_theory.html
 
Reconstitution
Nouveau Cinéma grec 1970-1980 :malade:

Le Nouveau Cinéma grec se distingue du cinéma traditionnel sur plusieurs plans : production d'abord, style et scénario ensuite, public visé enfin. L'opposition entre les deux cinémas se fit très dure après la chute des colonels principalement au cours des festivals de Thessalonique, avec même une rupture franche en 1977 où deux festivals concurrents se tinrent. La première et principale différence entre les deux cinémas se faisait au niveau de la production. Les nouveaux réalisateurs refusaient les circuits traditionnels, commerciaux et finalement industriels de la production
 
La Randonnée
Ozploitation 1971-1987

Contraction des termes "Aussie exploitation", qui désignent les films d'exploitation produits en Australie du début des années 1970 au milieu des années 1980. L'Ozploitation est souvent considéré comme la petite vague dans la Nouvelle Vague australienne.
 
Shaft, les nuits Rouges de Harlem
Blaxploitation 1971-1978

La blaxploitation est un courant culturel et social propre au cinéma américain des années 1970 qui a revalorisé l'image des Afro-Américains en les présentant dans des rôles dignes et de premier plan et non plus seulement dans des rôles secondaires et de faire-valoir. Le mot est la contraction, sous forme de mot-valise, des mots « Black » (qui signifie Noir) et « exploitation ». On parle parfois de blaxplotation, autre contraction issue de « Black » et de « plot » (le sujet d'un film).
 
Pique-nique à Hanging Rock
Nouvelle vague australienne 1971-1989

Cette nouvelle vague est composée de deux types de cinémas radicalement différents : un cinéma d'auteur - Fred Schepisi (né en 1939), Peter Weir (né en 1944), Gilles Armstrong (né en 1950) qui racontent des histoires typiquement australiennes riches d'intégrité artistique et de grâce tranquille - et l'ozploitation, florissante industrie des séries B qui propose un défilé de comédies sexuelles crues, faites de braquages violents et d'horreur inventive.
 
Le Nid familial
Budapest school 1972-1984

The Budapest school, or documentarism, was a Hungarian film movement that flourished from roughly 1972 to 1984. The movement originated from Béla Balázs Studios, a small-budget filmmaking community that aimed to unite the young avant-garde and underground filmmakers of Hungary and give them an opportunity to make experimental works without state censorship. The Balázs studio gave birth to two main movements in the early 1970s: an experimental, avant-garde group (led by individuals like Gábor Bódy), and the documentarist group, whose main goal was the portrayal of absolute social-reality on screen. This movement was called "Budapest school" by an Italian film critic on a European film festival. Soon they adopted this name.
 
Le théâtre des matières
Diagonale 1974-1994

Diagonale est une maison de production fondée par Paul Vecchiali en 1976, alors qu'il monte le financement de son film la Machine, Vecchiali se met à rêver d'une structure libre où les cinéastes partageraient la même équipe technique, la même troupe d'acteurs, occuperaient tour à tour les postes de monteur, machino, acteur, entreraient dans la production de leurs films à participation et n'obéiraient qu'à une seule loi : ne jamais dépasser le budget, tourner vite, tourner libre. Diagonale donc, au singulier et par goût du singulier, pas en marge du cinéma, le traversant plutôt de but en blanc.

Dans une interview accordée au journal Libération en 2007, Serge Bozon cite Diagonale comme la « dernière école importante dans le cinéma français après la Nouvelle Vague ».

http://next.liberation.fr/cinema/2006/01/04/la-ligne-diagonale_25377
http://www.festival-entrevues.com/2006/hommage_productions_diagonale.htm
https://fr.wikipedia.org/wiki/Diagonale_(productions)
 
L'Amateur
Le cinéma de l'inquiétude morale 1975-1981

Après les Andrzej Munk, Wojciech Has, Andrzej Wajda, Jerzy Kawalcrowicz... les années 70 voient apparaïtre un nouveau courant du cinéma polonais, "le cinéma de l'inquiétude morale", en réaction au système en place. Gnieszka Holland et Krzysztof Kie?lowski sont ses deux plus éminents représentants.
 
Rome '78
No Wave Cinema 1976-1985

Dès leurs débuts, ces jeunes cinéastes amateurs ont le sentiment que c'est à travers la fiction (narrative ou non) qu'ils attesteront le mieux de leur quotidien, de leur vie de quartier, des relations qu'ils entretiennent entre eux et de leurs sentiments sur le monde ; en bref la vie new yorkaise d'alors. Et puisqu'ils pensent que leurs vies mêmes détiennent déjà quelque chose de cinématographique, le passage au cinéma ou du moins à une activité cinématographique se fit naturellement. En revanche, il faut d'ores et déjà annoncer que très peu de cinéastes issus de ce mouvement auront ensuite une véritable carrière dans l'industrie cinématographique. C?est pourquoi presque aucun des films du mouvement n'est édité en DVD et qu'il s'avère très difficile, même à l'heure de la diffusion pirate sur internet, de pouvoir les visionner.
 
Le sanglot de la vie
Quatrième génération chinoise 1976-1982

La quatrième génération est la plus éphémère (même si elle continuera de tourner dans les années 80 et 90) et constitue un préambule à la cinquième génération. Elle marque une nouvelle étape dans le cinéma chinois de 1976 à 1982 et a comme chef de file Wu Tianming sans qui le septième art de ce pays ne se serait pas relevé de dix années d'inactivité.
 
Jubilee
Art Cinema 1978-1989

Avec Film on Four, et une politique de promotion du cinéma « artistique » vers un public plus large, Channel 4 devait également concourir à une certaine réussite de ce genre particulier que constitue l?« Art Cinema ».
C'est en fait la sortie, dès 1978, du film de Derek Jarman Jubilée (Jubilee) qui marqua le début d?une période de réussite pour l?Art Cinema au Royaume-Uni, un courant dont est proche le travail de Ken Russell ou de Nicolas Roeg, par exemple, aux styles visuels et aux thèmes narratifs hautement personnels.Contrairement à la précédente génération de réalisateurs britanniques, qui s?étaient tournés vers la mise en scène et la production après des carrières au théâtre ou à la télévision, les réalisateurs de l?Art Cinema étaient en grande partie issus d'écoles d?art
 
Final Victory
Nouvelle vague hongkongaise 1978-1984 :)

C'est en 1978 qu'émerge dans le cinéma hongkongais un mouvement que l'on a appelé « Nouvelle Vague » par analogie avec la Nouvelle Vague française, même si les deux « vagues » n'ont que peu de choses en commun, hormis la soudaineté de leur apparition et leur revendication d'un cinéma d'auteur.
 
Pepi, Luci, Bom et les autres filles du quartier
Movida 1980-?

La Movida est le nom donné au mouvement culturel créatif qui a touché l'ensemble de l'Espagne pendant la fin de la période de la transition démocratique espagnole, au début des années 1980, après la mort du général Franco.
Le terme « movida » vient de l'espagnol « hacer una movida » qui signifiait alors quitter le centre de Madrid pour s'approvisionner en haschisch ou en drogues en tous genres et revenir le consommer dans la capitale.
Le réalisateur Pedro Almodóvar ou la comédienne Victoria Abril incarnent l'esprit de la Movida à travers des comédies où s'illustrent la libération des m?urs, la vitalité, la joie et l'exubérance de ces années qui marquent la fin de la dictature franquiste en Espagne.
 
Mauvais sang
Cinéma du look 1981-1991 :cool:

Le cinéma du look est un mouvement du cinéma français qui a été organisé dans les années 1980. Il concerne les films qui ont un style visuel qui a un éclat plutôt superficiel et ils se concentrent sur les jeunes, les personnages aliénés qui représentait la jeunesse marginalisée de France pendant la présidence de François Mitterrand. Il y avait un accent particulier sur les relations avec les groupes de pairs, plutôt que la vie familiale et une image cynique de la police a été représentée. Les principaux réalisateurs de le cinema du look ont été Jean-Jacques Beineix, Luc Besson, et Leos Carax.
 
Poussières dans le vent
Nouvelle vague taïwanaise 1982-1987 :coeur:

De 1983 à 1989, environ dix jeunes réalisateurs (exclusivement des hommes) participent au mouvement. Chacun d'entre eux y développe son propre style et apporte sa contribution au Nouveau Cinéma. De fait, deux réalisateurs s'imposent comme les chefs de file de cette nouvelle génération cinématographique.
Dans le nouveau cinéma, on retrouve souvent des thèmes qui fonctionnent par paires : monde rural (retardé et paisible) vs. Monde urbain (moderne et turbulent) ; classe paysanne ou laborieuse (innocente) vs. Classe moyenne (sophistiquée et manipulatrice) ; passé (douce nostalgie) vs. Présent (dure réalité de la vie).
 
Vivre !
Cinquième génération chinoise 1983-1989

La cinquième génération est la première génération de cinéastes qui apparaît après la Révolution culturelle. Elle émerge au milieu des années 1980 autour de l'Université de cinéma de Pékin. Ils s'écartent des méthodes cinématographiques traditionnelles pour une approche plus libre et moins commerciale qui se rapproche du cinéma d'auteur à la française.
Les films déclencheurs sont One And an Eight (1983) de Zhang Junzhao et surtout Terre jaune de 1984, réalisé par Chen Kaige avec Zhang Yimou à la photographie. Le film, sous l'aspect d'un film historique, se permet d'attaquer indirectement le Parti communiste et devient l'événement du Festival du film de Hong-Kong en 1985.
 
Le thé au harem d'Archimède
Le cinéma « beur » 1985-

Au milieu des années 80, un cinéma engagé, inspiré de la Nouvelle Vague et du Néo-Réalisme arrive. Certains de ces films traitent de milieux sociaux populaires et de la banlieue. Ils sont parfois réalisés par de jeunes beurs avec de petits moyens. Et comme les maghrébins sont les plus nombreux parmi les immigrants, on ne tarde pas à désigner leurs films par le terme « cinéma beur ».
 
Nos années sauvages
Seconde vague hongkongaise 1985-1992

La seconde moitié des années 1980 voit aussi l'émergence de ce qui est parfois appelée la "seconde vague". Les jeunes cinéastes sont en général Stanley Kwan, Clara Law et Eddie Fong,Peter Chan, Evans Chan, Fruit Chan, Mabel Cheung, Lawrence Ah Mon et Wong Kar-wai. Comme ceux de la première nouvelle vague, ils sont en général diplômés d'écoles de cinéma occidentales et sont passés par la télévision. Ils cherchent à aller au-delà des styles et des sujets traités par le cinéma commercial.
 
Le jour où le cochon est tombé dans le puits
Nouvelle vague Sud Coréenne 1988-1999

À la fin de la dictature, les réalisateurs sud coréens vont être confrontés à la réticence du public envers les films tendant à une critique sociale. De ce fait, de plus en plus de jeunes réalisateurs vont passer par les films de genre afin de se libérer des traumatismes dus aux années de sacrifice que représente l'après-guerre sud-coréen.
C'est à la fin des années quatre-vingts qu'apparaissent les cinéastes dits de la Nouvelle vague Coréenne qui
cherchent à décrire une nouvelle réalité cinématographique comme arme subversive. Park Kwang-su en est
l'un des chefs de file.
 
Sexe, mensonges et vidéo
Génération Sundance 1989-1999

Sexe mensonges et vidéo de Steven Soderbergh marque un tournant radical dans l'évolution du Sundance Festival, où il est projeté en 1989. Son succès à la sortie dans les salles est une première pour un film indépendant. Le festival plutôt confidentiel, prisé surtout des réalisateurs, organisé dans une petite station de ski attire soudain davantage de visiteurs et, de plus en plus, les majors d'Hollywood (Miramax, Sony Classics, Lions Gate ...). Suitte à ce succées sundance deviendra un véritable vivier à talents, dans les années 90 ce ne sera rien de plus que Kevin Smith, Robert Rodriguez, Quentin Tarantino, Todd Field, David O. Russell, Steve James, Paul Thomas Anderson, Darren Aronofsky qui y feront leur premiers pas.
 
Pizza, Beer, and Cigarettes
New Argentine Cinema 1991-1999

In 1994, within the grey and sombre context that engulfed Argentinean cinema since the late 1980s, some young directors' short and first films motivated me to make a survey for the magazine Film, which I co-directed at the time. I sent out one single questionnaire for everyone, covering all the way from the filmmakers' training to the link between theory and practice, from advertisement as a training ground to what they considered to be the recurring problems of local cinema. One of the questions asked directors about the roots or filiations of their films with the Argentinean cinema before them. The answer was almost unanimous: "We are a generation of orphans".
 
Poison
New Queer Cinema 1991-1997

Les années 90 : le cinéma de la marge trouve son inspiration du côté des minorités sexuelles. Les films gays et lesbiens explosent, inventifs et revendicatifs.
 
Les rebelles du Dieu néon
Seconde vague taïwanaise 1992-2000

C'est cette génération de réalisateurs qui achève le processus de reconnaissance internationale du cinéma taïwanais, au moyen de leurs explorations néoréalistes de l'identité taïwanaise.
 
Innocence
Turkish New Wave Cinema 1994-2006

The mid-1990s witnessed a remarkable ?revival? of the Turkish cinema through commercial films? box-office success and through art cinema productions receiving critical acclaim and awards at both national and international festivals. Following this ?revival?, the new cinema of Turkey as a term covers the time frame from 1996 till present and underlines the ?new? and diverse ways of filmmaking suggested by these productions. Even though there are many differences between commercial and art house films in terms of style and production, there is an important connection point: a thematic continuity, ?characterized by an obsession with the tropes of ?home? and ?belonging?? (Suner, 2004: 307), which may be seen as a response to a growing anxiety around identities in transition because of the political, economic, and social changes marking Turkey in the 1990s.
 
Eurêka
Rikkyo nuberu bagu 1995-2002

Le Rikkyo nuberu bagu est un courant de cinéma plus récent regroupant des auteurs tels que Kiyoshi Kurosawa, Shinji Aoyama, Kunitoshi Manda, Masayuki Suo et Makoto Shinozaki dans une forte unité théorique (en particulier sous l'influence de l'ex-professeur de l'université Rikkyo Shigehiko Hasumi) mais une moindre unité stylistique.
 
Les Larmes du Tigre Noir
Nouvelle vague thaïlandaise 1997-2005

En 1997, en pleine crise économique asiatique, trois réalisateurs de publicité, Nonzee Nimibutr, Pen-ek Ratanaruang et Wisit Sasanatieng partagent l'idée qu'il faut améliorer la qualité artistique des films pour attirer à la fois les investisseurs et le public.
Ils mettent en pratique leurs idées immédiatement, en réalisant Dang Bireley and the Young Gangsters de Nonzee et Fun Bar Karaoke pour Pen-Ek, succès publics en Thaïlande et succès d'estime dans les festivals internationaux en 1997.
Nonzee réalise ensuite en 1999 un film de fantômes, Nang Nak, qui devient le plus gros box-office jamais vu en son temps.
Wisit, qui a écrit les scénarios de Dang Bireley's, réalise Les Larmes du tigre noir, un western stylisé. C'est le premier film thaïlandais à être présenté au Festival de Cannes.
 
Irréversible
New French Extremism 1998-2008

« New French Extremism », ou « New French Extremity », est un terme inventé par le journaliste américain James Quandt, et repris par le critique de cinéma britannique Jonathan Romney, pour qualifier et décrire une génération de films, jugés transgressifs et violents, de réalisateurs français de la fin du xxe siècle et du début du xxie siècle.
 
Les Idiots
Dogme95 1998-2005 :sleep:

Le Dogme95 est lancé en réaction aux superproductions anglo-saxonnes et à l'utilisation abusive d'artifices et d'effets spéciaux aboutissant à des produits formatés, jugés lénifiants et impersonnels. Le but du Dogme95 est de revenir à une sobriété formelle plus expressive, plus originale et jugée plus apte à exprimer les enjeux artistiques contemporains. Dépouillés de toute ambition esthétique et en prise avec un réel direct, les films qui en découlent cristallisent un style vif, nerveux, brutal et réaliste, manifesté généralement par un tournage entrepris avec une caméra 35mm portée au poing ou à l'épaule et avec improvisation de plusieurs scènes.
 
Marseille
École de Berlin 2001-2009

La pertinence du terme « école » est pourtant très discutable, car il n'existe pas à proprement parlé de groupe ou de mouvement revendiqué comme tel : pas de programme artistique ou politique commun, pas de manifeste ou de dogme. La Berliner Schule est plus un raccourci journalistique, un label de marketing, pour nommer un mouvement d'ensemble.
À défaut d'une école, il s'agit plutôt d'un réseau d'amis (bien que certains rattachés à cette « école » ne se connaissent pas) qui travaillent parfois ensemble (comme coscénariste ou assistant réalisateur), qui sont pour la plupart établis à Berlin, qui ont été formé par les écoles allemandes de cinéma, et qui ont comme envies communes de s'affranchir des règles du marché et de la standardisation du cinéma allemand, et d?inventer un cinéma d'auteurs, intimiste, qui soit le reflet de leur pays aujourd'hui.
 
Blissfully Yours
Avant-garde thaïlandaise 2004-

À la suite de la nouvelle vague "commerciale", se développe une production de films indépendants, courts-métrages et films expérimentaux.
Le chef de file de ce mouvement est Apichatpong Weerasethakul, dont le film Blissfully Yours a remporté le prix Un Certain Regard au Festival de Cannes en 2002. Comprenant une scène sexuellement chargée entre un Birman et une Thaïlandaise, le film n'a été que très peu diffusé au cinéma en Thaïlande et le DVD n'a pu y être distribué qu'amputé de cette scène.
Le film suivant d'Apichatpong, Tropical Malady, qui relate un amour homosexuel entre un soldat et un jeune homme de la campagne a remporté le prix du jury au Festival de Cannes mais n'a connu également qu'une distribution timide en Thaïlande.
Parmi les autres réalisateurs indépendants, on peut citer Pramote Sangsorn, Thunska Pansittivorakul et Sompot Chidgasornpongse.
 
4 mois, 3 semaines et 2 jours
Nouvelle Vague Roumaine 2005-2010

On peut trouver plusieurs points communs entre ces films : ils font preuve d?un certain minimalisme qui s?accorde avec la minceur des budgets. Leur style est direct et réaliste et rappelle le néo-réalisme italien d'après guerre. Enfin, les histoires sans véritables héros se passent durant la période communiste et en dénoncent les travers avec un humour souvent sarcastique, sans pour autant s?attaquer aux grands évènements politiques.
 
Mutual Appreciation
Mumblecore 2005-2009

Le Mumblecore est une mouvance du cinéma indépendant américain née au tournant du xxie siècle. Ces films sont caractérisés principalement par une production « fauchée » (souvent tournés en numérique), des sujets tournant autour des relations entre personnes de vingt à trente ans, des dialogues en partie improvisés et des acteurs non professionnels. Lynn Shelton, Andrew Bujalski, Mark Duplass, Jay Duplass, Aaron Katz, Joe Swanberg ou Barry Jenkins en sont les principales figures.
 
Tout est parfait
La Mouvée (Renouveau du cinéma québécois) 2005-2012 :ok:

Le Renouveau du cinéma québécois est un courant ou une mouvance de cinéma indépendant apparu au Québec en 2004-2005. On le dénomme aussi la « nouvelle vague québécoise » récente ou encore la « mouvée ». Les principaux cinéastes de cette mouvance sont Denis Côté, Stéphane Lafleur, Maxime Giroux et Rafaël Ouellet (considérés comme la « ligne dure »), Myriam Verreault, Henry Bernadet, Sophie Deraspe et Xavier Dolan (davantage franc-tireurs), ainsi que Simon Galiero, Anne Émond, Guy Edoin, Yvan Grbovic, Simon Lavoie et Sébastien Pilote.
 
Austern ohne Schale
Sehr Gutes Film 2008-

Mumblecore is not a strictly American phenomenon. Since about 2009, there is the Berlin Mumblecore movement, with its own manifesto Sehr gutes Manifest. Berlin Mumblecore is not a reaction to the American hype as it is a reaction to the lack of reform in the German public financial support system for the film industry (Filmfoerderung). Crowdfunding is a new possibility to finance movie productions with small and very small budgets independently from restrictions of the German Filmfoerderung
 
Strella
The Greek Weird Wave 2009-

Not only in Greece, but also in Spain and Portugal the film industry is experiencing a moment of explosive creativity. The unease and uncertainty seem to be channelled into a form of ?filmic cubism?, a nouvelle vague spawned by the crisis.
 
Un monde sans femmes
Nouvelle Nouvelle Vague française 2011-

Depuis 2 ans environs, on assiste à l'arrivée dans nos salles de plusieurs "premiers films" français, tous originaux dans leur forme et que les critiques rattachent au style de la Nouvelle Vague. Ce sont des noms que l'on entend de plus en plus : Brac, Peretjatko, Triet, Macaigne. Les cahiers leurs ont consacré un gros dossier il y a quelques temps déjà.
Statistiques
Longs
104
Films
4889
Notes
7.21
Moyenne
Vous
0
Longs
Courts
13
Films
461
Notes
7.26
Moyenne
Vous
0
Courts
Commentaires
harmonia 18/02/2014 12:54:57
Formidable liste
Hal 18/02/2014 13:57:58
Cinéma marginal

Et certains parlent de nouvelle vague iranienne et roumaine.
-SlaCker- 18/02/2014 19:48:27
Ce serait sympa d'organiser des petites rétrospectives de chaque courants sous forme de séance.
tadanobu 23/03/2014 09:29:03
Joli travail !
Goldi 23/03/2014 09:50:17
Liste vraiment essentielle ! Merci :-)
-SlaCker- 30/03/2014 23:24:50
pense-bête des mouvements à ajouter :
Proletarian Film League of Japan
Kitchen sink realism
Feminist film theory
Soviet Parallel Cinema
New Argentine Cinema
New Turkish Cinema
Greek Weird Wave Cinema

Source que l'on vient de me conseiller aujourd'hui : lien
Gantz_Graf 30/03/2014 23:32:03
En plus du Groupe Medvedkine (ouvrier) tu pourrais également ajouter le Groupe Dziga Vertov (maoïste)
Gantz_Graf 30/03/2014 23:34:10
- Kino-glaz (ciné-oeil) de Vertov
- Caméra style d'Astruc
Gantz_Graf 30/03/2014 23:34:29
*Caméra stylo
-SlaCker- 31/03/2014 00:27:42
MERCI Gantz_Graf j'ajoute tout ça dans la semaine. Si tu avais des liens sur lesquels je pourrais me baser ce serait cool. Par contre le concept Caméra-stylo étant purement théorique à ma connaissance n?auras pas vraiment ça place ici.

Objectif 100 mouvements :bave: