The Face Behind the Mask

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Grouchy 13/06/2021 20:59:12

De toute la vague des films de monstres dans le Hollywood de série B et Z des années 40, il y a de ceux qui proposent une lumière de réflexion sur l'homme,
sa place et sa condition sociale parmi les séquences de terreur, de transformation et de lutte physique contre le Mal.
"L'Homme derrière le Masque" (The Face Behind the Mask) réalisé par Robert Florey, auteur du premier film des Marx Brothers "Noix de Coco", en est un exemple flagrant, plus particulièrement dans son exposition. Un immigré hongrois naïf, profondément bon et sociable, à la limite de l'ange mielleux, débarque à New-York pour découvrir et prendre contact avec le Rêve Américain, et croise sur son chemin des citadins étrangement chaleureux, très avenants, instantanément prêts à aider l'étranger, l'autre, l'atypique. Le Rêve Américain dans son dessin le plus beau, le plus parfait, mais non moins le plus artificiel.
Car après un accident qui le défigurera, le retournement de veste hypocrite de ce monde pourtant tolérant et compréhensif le transformera en paria résolu à se venger d'une société prête à écraser l'inadapté et l'inutile économiquement et socialement.
Citons cette phrase de Baudrillard dans la Transparence du Mal : "L'Autre, c'est le microbe, dans son inhumanité radicale, celui dont on ne sait rien, et qui n'est même pas différent de nous". Le héros est un personnage inoffensif et étranger à l'humeur commune des hommes, et après être devenu un parasite, une bactérie, se couvre d'un faux visage pour empoisonner le monde, comme un virus se dissimule sous une peau de cellule morte.
Un film à la forme classique possédé par l'aura malaisante de Peter Lorre (connaisseur du sentiment de l'immigré ayant fui la persécution) et de son visage de mannequin vitreux, et implicitement et subtilement dénonciateur de la fausseté et de la cruauté du Rêve qu'a vendu l'Amérique à ceux qui n'en ont vu que les lumières de loin.