Le Trésor de la Sierra Madre

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Alphataurus 08/10/2013 23:27:15
Tiens, pas de commentaire encore pour ce film ! C'est bien dommage ! Je viens de le voir pour la première fois et j'ai particulièrement adoré ! Scénario très bien écrit, des acteurs crédibles à souhait, un rythme haletant et une belle leçon sur les déboires de l'avidité. C'est mon second Huston il me semble, après "Le Faucon Maltais", et je ne pense pas m'arrêter en si bon chemin. :)
Zering 15/03/2014 23:02:03
Je viens de le visionner en Blu-Ray à l'instant, et bon, pas de surprise : le film d'Huston se range les doigts dans le nez avec Lawrence of Arabia, Le salaire de la peur, Raiders of the Lost Ark ou The Man who would be king parmi les meilleurs films d'aventure de tous les temps. De toutes façons, j'étais convaincu dès le départ : j'adhère à 120% aux formules du genre... Démontrer la nature profondément mauvaise de l'Homme par le biais d'une quête uniquement matérielle, c'est une thématique forte car complètement universelle. Les films qui l'appliquent en pâtissent peut-être légèrement dans le sens ou la thématique impose une certaine formule prévisible, mais en soi, c'est une thématique tellement forte que les films demeurent surpuissants. La preuve : The Man who would be King et The Treasure of the Sierra Madre. Et même dans les codes esthétiques, c'est un genre que j'adore... Je SURKIFFE les déserts poussiéreux, les personnages charismatiques en haillons, les chapeaux troués, surtout en noir et blanc et avec des contrastes aussi forts que dans ce film. Question mise en scène, c'est évidemment du boulot de patron : Huston à la barre, l??uvre jouit d'une plastique absolument sublime, mais là ou ça relève du génie, c'est que la mise en scène m'a toujours paru complètement en accord avec le sujet. Chaque plan pousse le film vers l'avant, chaque cadre est conçu de sorte à mettre en évidence une action permettant de faire avancer la narration. La mise en scène d'Huston est d'une discrétion qui n'a d'égal que sa maîtrise, c'est grandiose. Et évidemment, j'en parle peu car d'autres l'ont mieux dit que moi, niveau interprétation, c'est juste monstrueux. Bogart est incroyable, quel charisme. Walter Huston aussi est mémorable.
bryans 18/04/2015 21:04:42
Un grand film sans aucuns doutes. J'ai été impressionné par Bogart pour ce rôle bien différent de ce qu'on à l'habitude de voir. On a un enchaînement de scènes très prenantes, tantôt émouvantes (le sauvetage de l'enfant, la lecture de la lettre ...) tantôt violentes (les nombreuses morts, les machettes, les bandits ...). Finalement le résultat est un film d'aventure efficace avec un message profond sur la nature humaine : devenir ami, sympathiser, aider au péril de sa vie, tout ça pour que peu à peu l'or consume l'esprit de ces hommes ordinaires jusqu'à les pousser à l'assassinat et à la folie ... Le décors et l'ambiance sont au service du propos et c'est maîtrisé de bout en bout. La fin est géniale aussi :) une belle leçon.

On pourrait reprocher au film l'ellipse énorme sur le minage ainsi que l'enchaînement parfois trop rapide et mécanique des éléments perturbateurs. J'aurais aimé plus de scènes montrant la solitude dans ce milieux si particulier, comme des plans silencieux du paysage par exemple.

Un grand moment de cinéma :bravo:
Mordechaye 12/04/2017 23:22:06
Tout à la fois grand film d'aventure et fable sur la faiblesse humaine, un Huston vraiment très complet même si on pourrait reprocher au film son recours un peu trop fréquent aux ellipses (j'aurais aimé voir plus de prospection, les digressions ne font de mal à personne).
Mordechaye 12/04/2017 23:22:54
Tout comme Bryans en fait, j'avais pas lu :o)) .
Yayap 18/09/2021 15:57:21
Avis

Je m’attendais à un récit d’aventure plus “léger” mais finalement cette noirceur m’a bien plu. On est très vite dans le bain avec ces américains sans le sou dans cette ville mexicaine paumée et cette ambiance poisseuse, prêts à tout pour se mettre quelques pièces dans la poche. Le concept est idéal pour lancer une aventure : on a deux types troubles et désespérés et un vieux chercheur d’or à moitié givré et c’est parti !

Le film a beau prendre un cadre relativement serré, il vend malgré tout cette idée d’escapade dans la nature, vers l’inconnu et vers la richesse. D’ailleurs l’aventure est vraiment bien rythmée, ça reste assez épuré mais avec suffisamment de péripéties pour maintenir l’attention, sans jamais perdre son fil thématique. Sans compter que Huston est, s’il est encore besoin de le préciser, un cinéaste extrêmement talentueux et précis qui n’a pas son pareil pour mettre en relief ces splendides paysages arides, pour dynamiser son cadre en superposant les actions au sein d’un même plan

Mais le film parle évidemment avant tout de l’humain et en particulier de son rapport à la richesse. L’or est perçu comme une maladie à laquelle il est difficile d’échapper et, même avant le moindre problème, on comprend déjà via le perso du vieux chercheur d’or que l’aventure va partir en sucette. C’est bien sûr le perso de Bogart qui prend le devant de la scène pour illustrer cette avarice et, si son parcours est plutôt prévisible, j’apprécie que le film aille vraiment au bout de ses idées. C’est est un vrai salaud et pourtant non dénué de fragilité, le rôle a de belles nuances et difficile de reprocher quelque chose à l’interprétation de Bogart. J’ai également adoré le rôle de Papa Huston, en revanche Tim Holt on sent qu’il est plus là parce qu’il fallait un bon gars auquel le spectateur peut s’identifier (pourtant il a une relative noirceur aussi au début du film mais ça semble s’évaporer par la suite). Disons qu’avec son charisme d’endive il ne fait pas le poids face à Bogart, et c’était probablement le but.

D’une manière générale, j’ai beaucoup aimé l’âpreté du film et d’ailleurs le film a plusieurs fois recours au hors-champ pour dissimuler des mises à mort, sans doute par censure en plein Code Hayes, sauf que l’effet suggestif accentue ce côté âpre et que finalement, même si rien n’est montré pas grand chose n’est épargné au spectateur.