Au poste !

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Dante 08/03/2018 14:11:50
Putain je viens de lire le synopsis et ça a l'air complètement fou :bave:
Et puis ce casting :rire:
holmesBarrett 01/07/2018 13:21:20
Un Dupieux simple et court mais efficace, assez "léger" comme il le dit lui même. Orelsan ne sert vraiment pas à grand chose par contre :rire:
Le film aurait peut être gagné à être plus long, au risque d'être lourd. Là j'ai eu l'impression qu'il manquait quelque chose entre la fin que je ne spoilerais pas et les scènes au post :hap:
Sinon il y a une ambiance qui m'a drôlement rappelé Buffet froid, sûrement à cause des flashbacks. Message édité
Mordechaye 04/07/2018 19:07:58
Ça donne parfois l'impression de faire du wtf pour le wtf. Ça peut-être un but en soi (et sur 1h15 ça passe, c'est vrai) mais c'est aussi un peu limité.
leprodiss 05/07/2018 16:01:55
Ce que j'aime bien avec Dupieux, c'est qu'en dépit des apparences son absurdité n'est jamais gratuite. Il y a toujours un moment quand une scène commence ou qu'un personnage débarque, où je me dis "Mouais à quoi bon ?" mais où cette réticence est dépassée par une réflexion sur ce qu'est une convention (une convention de cinéma ou de la vie quotidienne). Dans Au Poste !, cette interrogation intervient dès le générique et cette scène où un homme pas très habillé dirige un orchestre en pleine forêt. On pourrait se dire que c'est gratuit, que c'est de l'absurde pour de l'absurde, mais l'absence de mépris ou de malice rend la scène complètement premier degré, dénuée d'un regard qui pourrait être ironique. Du coup ce que dit Dupieux serait la chose suivante : "Pourquoi ne pourrait-on pas croire simplement que cette scène est possible ?" (et en l'occurrence elle l'est, puisqu'elle est devant nos yeux). Par extension, pourquoi la seule possibilité de voir un chef diriger son orchestre se ferait dans un lieu "approprié" (une salle de concert), avec ce même chef habillé, et habillé de manière classe ? Dupieux ne cesse de questionner la "normalité" du monde, et ça marche particulièrement dans ce film où chacun(e) des flics fait un écart à la norme : écart de langage pour Fiona et sa phrase-tic, ou écart physique pour Buron, Philippe et Champonin. Dans un premier temps les étrangetés liées au corps peuvent sembler complètement gratuites, mais l'absence de mépris évoquée plus haut fait que le film dépasse les limites de la simple plaisanterie, et Dupieux n'est pas juste un petit malin. Voir ces corps bizarres, ça nous ramène à notre humanité, et voir comment ils sont traités - surtout - ne les en exclut pas. Et là où les conventions de fiction et de la vie quotidienne se mêlent (mais il y a plein d'autres moments où c'est le cas), c'est quand on se rend compte qu'on est peut-être plus choqués par un homme borgne que par le fait qu'il y ait eu un meurtre. Notre consommation de films (là c'est un ressenti très personnel, je ne suis pas sûr que le film développe ça) fait qu'on est beaucoup moins sensibles à une mort qu'à une anomalie physique.

Par ailleurs, je trouve tout le traitement de la narration incroyable, et dans la lignée de cette manière de détourner des codes. Au moment où je commençais à être un peu ennuyé par le systématisme des flash-back, Dupieux balance une nouvelle bizarrerie, stylistique cette fois. Le parasitage des souvenirs par le présent est une belle idée de narration, de cinéma. Encore une fois, le côté wtf est vite dépassé par un questionnement sur ce que c'est que raconter (ce que fait le personnage de Grégoire Ludig dans une grande partie du film). Dans la lignée d'un des modèles en la matière - Usual Suspects - Au Poste ! interroge sur la croyance en une parole ou une image et dit aussi la toute-puissance de celui qui raconte sur celui qui ne fait "que" vivre l'événement (le personnage de Demoustier ne comprend pas ce qui se joue dans un des retours en arrière de Ludig).

Après je pense que c'est un film dont on peut tirer plein d'interprétations qui peuvent ou pas faire sens (comme l'apparence du film tiens !), et qui peuvent nous questionner sans qu'on soit sûrs de rien. Moi j'en suis ressorti avec le plaisir de voir une comédie qui parfois peut manquer de cinéma (mais on va dire que c'est justifié par la fin), mais qui a le mérite de ne pas se prendre au sérieux tout en restant constamment dans le premier degré et en évitant donc la parodie ou le pastiche.
Ripailloux 11/07/2018 18:04:29
Mouais, comme assez souvent avec Dupieux je me sens un peu à côté. Je suis pas franchement rentré dans le film, j'ai eu cette impression du "à quoi bon ?". Je veux bien qu'on puisse interpréter de telle ou telle façon l'approche absurde du cinéaste mais elle n'a jamais fait sens chez moi et ça m'a globalement laissé de marbre, en plus de ne pas tant me faire rire que ça.

Bien content d'avoir vu Marc Fraize par contre.
Yayap 15/07/2018 11:09:08
C'est mon premier contact avec Dupieux et je dois dire que je suis plutôt convaincu. J'ai bien accroché à ce délire minimaliste empreint de théâtralité, la manière dont on joue avec la banalité en étirant des situations complètement anodines tout en ayant un côté méta très prononcé (après ne connaissant pas Dupieux j'ai eu du mal à saisir s'il voulait vraiment dire quelque chose où si ça fait juste partie de son style). J'ai beaucoup aimé tout le casting aussi, ça fait plaisir de voir un Poelvoorde bien utilisé comme ça et j'ai trouvé Grégoire Ludig particulièrement bien dans son rôle totalement naïf.

Ça m'a bien fait rire, c'est intéressant et suffisamment court pour tenir le concept sans trop devoir se renouveler.
Saturne 18/11/2018 07:18:24
Ils disent beaucoup "c'est pour ça" quand même dans ce film non ? :hap:
Nitnek5091 18/11/2018 17:18:11
C'est pas gratuit, c'est pour faire de l'humour de répétition, c'est pour ça.
tadanobu 29/01/2019 16:21:40
J'ai autant aimé que j'ai été déçu par la fin.

J'adore la chute du 4e mur (Jodorowsky ! Terayama !) Mais ici non seulement la (pseudo) chute est une solution on ne peut plus facile pour régler la situation mais, surtout, elle coupe le récit à un moment où il pouvait atteindre le summum de l'embrouille et de l'absurde.

Côté casting en revanche c'est très bien.
Ashtaka 08/05/2019 00:15:31
tadanobu a écrit :J'ai autant aimé que j'ai été déçu par la fin.

J'adore la chute du 4e mur (Jodorowsky ! Terayama !) Mais ici non seulement la (pseudo) chute est une solution on ne peut plus facile pour régler la situation mais, surtout, elle coupe le récit à un moment où il pouvait atteindre le summum de l'embrouille et de l'absurde.


Il était temps pour Fugain de se réveiller ;-)
Il n'y a pas de suite à donner au récit car son histoire ne tient pas debout si on y réfléchit bien. C'est bien lui l'assassin et il rêvait ses futurs explications devant la police. Ce qui explique toutes les bizarreries rencontrées. Du moins c'est mon interprétation


C'est exactement le même film que Réalité mais construit différemment. Message édité