Recycled IMDb Streaming

Zhaopian huishou
Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
mos3n 26/02/2017 15:15:57
banana Je ne saurais pas vraiment expliquer comment ni pourquoi, mais ce court-métrage m'a complètement terrifié. J'avais des sueurs froides en le regardant. J'avais même hâte que ça se finisse... tout en étant totalement absorbé. J'ai rarement ressenti ça face à un film, un tel mélange de sentiments contraires. Qu'en as-tu pensé toi ? Tu as aussi perçu comme un "truc qui cloche" ?
banana 26/02/2017 15:36:41
ben non, de mon côté j'ai pas ressenti de malaise, mais je peux comprendre. Juste la mise en évidence d'une forme de conformisme qu'on pourrait trouver morbide. D'autant plus qu'on ne sait pas si ces gens sont toujours vivants ou non. Ajoute à ça la bande son particulièrement oppressante, les passages de films brûlés et les "mouvements" de la pellicule ( et ce foutu McDonald avec son sourire sadique ^^) et on a là un cocktail pas très accueillant c'est sûr :-)
mos3n 26/02/2017 16:36:40
Oui, je te rejoints sur le conformisme. Ce doit être ça qui m'a fait ressentir cette sorte de "vertige", face à un phénomène qui voudrait que rapporter à des milliers de photographies amateurs, on finisse par se rendre compte que l'on prenne toujours les mêmes photos. Il y a là quelque chose d'infiniment morbide effectivement. Mais pourtant, je trouve que quelque chose résiste, au sens où l'on pourrait ainsi y voir une sorte de lien inconscient (relevant de l'essence) des hommes à se représenter eux-mêmes, à mettre en scène leur propre mémoire photographique.
banana 26/02/2017 16:55:03
ah! c'est fort possible, mais j'ai bien peur que je l'ai pas ressenti. Ca m'arrive parfois de ressentir quelque chose de terriblement primordial au travail dans "l'inconscient" d'un film, et que je serai bien en peine de mettre en mot. C'est excessivement rare, mais c'est déjà arrivé (la dernière fois, c'était pour Thirst de Park Chan Wook, un tout autre genre donc). C'est un effet très puissant, et pas forcément (loin de là) partagé par tous sur le même film. Je sais pas si c'est dû à une rencontre singulière entre un spectateur et un film, ou que l'on soit particulièrement réceptif à ce moment là, ou que cela vient d'une démarche plus ou moins consciente du réalisateur. Mystère...
mos3n 26/02/2017 17:10:20
Quelques éclaircissements : Beijing Silvermine - Thomas Sauvin
kaelin 26/02/2017 17:13:29
Tout bêtement j'ai songé au fameux "la vie qui défile" avant le grand néant. Et aux Vanités (et divertissements pascaliens) donc.Message édité
tadanobu 15/03/2018 20:46:51
Moi je suis d'accord avec mos3n : complètement oppressant. La musique y est pour beaucoup, et le montage aussi.