Breaking the Waves

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
harmonia 11/10/2011 15:56:58
Un commentaire pour ce film quand même qui m'a beaucoup touché, Lars Von Trier affirme ici tout son talent :)
stevenn33 22/06/2012 17:49:46
VF à éviter. :ok:
Mordechaye 07/12/2013 00:09:09
De grosses longueurs heureusement rattrapées par un final dingue et des acteurs au poil tout au long du film.

Stellan :coeur: .
JesusQuintana 10/01/2014 14:26:42
Au poil ou à poil? Avec Von Trier on peut se poser la question :hap:
Mordechaye 12/01/2014 01:11:01
J'ai pas compris :snif: .
JesusQuintana 21/01/2014 00:49:31
Bah faut pas chercher trop loin :hap: (au poil = parfait ; à poil = nu)
Patate 28/01/2014 18:19:51
Bah les deux en fait.
Park_Chan_Wook 21/06/2016 10:44:33
"All in all it was just a breack in the waves."

Pardon :honte:
Melaine 12/08/2016 19:04:52
Le cinéma de Lars Von Trier me frustre beaucoup. Il y a quelque chose de fort dans ce qu'il fait, il recherche le vrai et parvient parfois à le trouver, lors de quelques fulgurances, mais c'est malheureusement noyé dans un trop plein d'artifices qui nuisent à son cinéma.
Yayap 02/12/2020 01:56:12

Voilà que je découvre enfin Breaking The Waves après l'avoir longtemps mis de côté. 


Difficile de ne pas penser à Dancer in the Dark, les deux films ont beau être différents, on retrouve un peu le même principal : celui d'une femme trop pure pour le monde qui l'entoure, qui vit un peu dans son monde et est prête à absolument tout pour l'être qu'elle chérit. Et il ne fallait guère mieux qu'une Emily Watson absolument fantastique pour nous vendre le personnage, son innocence qui passe pour de la naïveté voir de l'idiotie, mais aussi les multiples facettes parfois surprenantes que dévoile son personnage, et tout ça la rend d'autant plus déchirante que connaissant Lars on sait qu'il va lui arriver des horreurs. 


A ce niveau-là ça ne manque pas et si le film ressemble dans sa première moitié à un drame, âpre et réaliste mais relativement "classique", on sent que LVT s'amuse à progressivement tordre le sens moral pour emmener le film dans une direction que je n'aurais jamais soupçonnée. Et on pourrait croire qu'il se délecte de cette histoire cruelle et perverse, mais tout me semble finalement avoir un sens, servir le propos et la beauté du parcours des personnages. C'est un mec qui sait comme personne allier la beauté et la laideur, montrer un amour, une dévotion dans ce qu'elle peut avoir de plus pur et l'instant d'après étaler toute la saleté humaine. Sans compter que ça attaque salement la tradition et l'église (mais pas la religion, bien au contraire). 


En terme de mise en scène, il y a peu de surprises si on a déjà vu du LVT mais son style à base de caméra portée, de faux-raccords et d'ellipses fonctionne toujours aussi bien pour porter à l'écran la viscéralité que ce type de récit appelle. Sans compter qu'il sait trouver une certaine beauté dans ces paysages écossais pourtant assez arides. Et j'aime beaucoup les petits écarts stylistiques formés par les panneaux qui annoncent les chapitres, on y retrouve son amour du pictural et son goût pour la musique (ici une superbe sélection de classiques rock des 60's/70's). 


Prochaine étape : revoir Dogville :bave: