Les Amours d'Astrée et de Céladon

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
MacGuffin 06/10/2010 16:30:41
Ah... ce film :coeur:


Marie Rivière est pas créditée et elle apparaît vaguement, une vingtaine de secondes en arrière plan, donc bon :hap:
resolution 12/11/2010 19:40:33
Le film le plus érotisant que j'ai vu :oui:
marcosocho 14/01/2012 17:00:20
C'est sublime(ment intelligent)
Garbage 13/05/2012 13:00:41
Quelques difficultés à se mettre en place, mais après on est ébloui par tant de beauté.
Waho 19/02/2013 18:20:37
J'approuve chacun de vos messages !
Mordechaye 07/06/2014 23:08:54
C'était vraiment très beau,quoique un peu long à se mettre en place.

Si ce n'est à cause de la beauté des décors,c'est presque un film "à écouter" tant la langue parlée est belle. A travers cette histoire il y a aussi la sincérité du réalisateur qui est racontée,lui qui prend la peine d'insérer un carton en début de film pour expliquer son infidélité au matériau de base,ce que je trouve naïf et admirable à la fois. Le film est à cette image,il prend pour base une histoire simplette et naïve et parvient pourtant à être intéressant,essentiellement porté par la qualité de ses interprètes et encore une fois par le texte.

Rohmer parvient à nouveau à érotiser certains instants avec beaucoup de talent en dévoilant simplement une jambe ou un sein,l'imagination fait le reste et je trouve ça très beau.
belenos 04/10/2014 23:41:17
Beaucoup de charme, une grande intelligence d'écriture. Mais je n'ai pas eu beaucoup d'empathie pour les personnages, tout cela me semble au final un peu creux.
Kino 05/07/2015 02:30:07
Une jolie forme mythologique pour ce Rohmer, l'un des derniers, et un érotisme surpuissant. C'est encore la fraîcheur et la délicatesse du cinéaste qui fait la différence, même si ces Amours d'Astrée et de Céladon ont un versant un peu plus autiste et surfait que les précédents. C'est le jeu des acteurs qui dérange, au hasard, toujours plus dérangeants quand Rohmer rompt avec la modernité et le contrat naturaliste. Dans ses films historiques, en effet, ce qui semblait juste dans les oeuvres sociales fait aussi très faux. Qui plus est, les manières théâtrales sont un peu trop présentes.

Cela dit, le minimalisme du film séduit aussi, et offre de jolis éclats dans l'épure, dans sa façon de dresser de belles icones dans les personnages et de composer de jolis tableaux naturels.
Melaine 28/08/2016 19:24:41
Je trouve que c'est une fin de carrière vraiment très belle pour Eric Rohmer. Lui qui s'est toujours évertué à chercher l'authenticité, termine son film par la découverte d'un Être se cachant jusqu'alors derrière des artifices. S'en suit la joie d'un amour éternel...