Dans un recoin de ce monde IMDb

Kono Sekai no Katasumi ni
Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Yayap 21/01/2018 23:22:19
C'est pas évident de rentrer dedans au début à cause d'un rythme très particulier. On passe d'une scène à l'autre à la vitesse de l'éclair et certains évènements pourtant majeurs de la vie de l'héroïne sont complètement survolés. Fort heureusement, ça se pose un petit peu et le film gagne vraiment en intérêt passé le premier tiers.

Si le film prend pour contexte la seconde guerre mondiale du point de vue japonais, et plus particulièrement le drame de Hiroshima, le film met un point d'honneur à se construire progressivement en tranches de vie "normales" avant que la guerre ne s'immisce progressivement dans le quotidien des personnages. Ce sont d'abord des navires de l'armée stationnés dans la baie, l'ombre d'un avion que l'on voit passer, les rations de plus en plus difficiles à obtenir...

On se doute bien que de gros drames vont arriver et bien sûr ça ne manque pas, mais le film traite souvent ça avec pudeur. J'aime beaucoup comme la passion de l'héroïne pour la peinture et le dessin joue à plusieurs reprises un rôle dans la manière dont on perçoit certains évènements, comme si elle-même refusait de les affronter frontalement. Le film parvient à être émouvant justement parce qu'on prend le temps de s'attacher à ces personnages, qu'il y a plein de petits moments qui font exister les liens qu'entretient Suzu avec son mari, sa nièce, sa soeur...

Graphiquement, c'est très joli et dans la lignée de ce qu'a pu offrir Katabuchi par le passé : des personnages aux traits très simples et presque crayonné et de splendides arrière-plans. Et, comme je le disais plus haut, des petits sursauts dans l'animation lors des passages évoquant la peinture ou le dessin.

Pas forcément le meilleur film d'animation japonais situé dans ce genre de contexte mais j'ai trouvé ça très beau malgré un début laborieux.
Kama 12/02/2018 00:20:19
Yayap Bien d'accord avec ton avis

J'ai eu un peu de mal à rentrer dedans au début, mais plus ça avance plus le côté petite vie tranquille fait son effet (avec ce style graphique réconfortant, comme d'être au chaud sous une couette en plein hiver).
Et finalement ça livre une belle manière de représenter la culture nippone et la guerre. J'aurai même aimer en voir un peu plus sur "reconstruction" d'une vie après celle-ci.
Yayap 13/02/2018 11:03:25
Orphedas 07/05/2019 16:33:50
Le film m'a profondément touché, le chara-design rend les personnages tellement attachants et le travail des seiyu est formidable, ils remplissent de vie ces personnages à peine dessinés.
Le fait que les événements s’enchaînent pourra en gêner certains d'être pleinement concerné parce ce que les personnages vivent surtout lors de moments vraiment dramatiques.
Pour ma part ça ne m'a pas dérangé et j'ai vu ça comme une manière douce-amère de montrer qu'à cette époque les gens n'avaient pas le temps de trop s'apitoyer parce que c'était véritablement marche ou crève.
Pour finir je dirais que le film m'a un peu rappelé le cinéma d'Ozu pour sa mise en scène des discutions en famille ou des paysages urbains ainsi que "Je ne regrette rien de ma jeunesse" de Kurosawa pour l'héroïne ressemblant un peu à Setsuko Hara dans sa routine quotidienne.
Ineusleau 07/05/2019 16:40:07
Le manga original m avait bouleversé, alors s ils ont réussi à faire bien le film, c est toujours bienvenu Message édité
ein 01/09/2019 00:18:17
On a eu beaucoup de mal avec ma femme au début, comme tout le monde je crois, le rythme était très bizarre...

Mais c'était magnifique, quoique un peu long mais ça m'a rappelé Vivre! de Zhang Yimou dans cette manière de faire évoluer cette petite famille au fil des années par petits bouts de vie avec la guerre qui s’immisce lentement en arrière plan et cette jeune femme qui restera optimiste les atrocités qu'elle va vivre.

Le style m'a rappelé un manga que j'avais lu il y a Longtemps et que je conseille par la même occasion : Le pays des cerisiers.
Bah en fait c'est un autre manga de Fumiyo Kono tout simplement et ça me donne envie de lire le manga original.

J'ai adoré le contexte, l'action se place dans une petite ville non loin d'hiroshima surtout connu pour sa grosse base navale : la guerre est ici surtout aérienne, tout commence par des ombres gigantesques qui se reflètent au sol, des bruits de trompette, un bruit de sirène que l'on connait tous aujourd'hui et puis...l'art déforme la réalité "si seulement j'avais de la peinture" les tirs de mortiers deviennent des tâches de peintures et le chaos aérien un feu d'artifice, pour mieux protéger son héroïne et cette petite fille de cette horreur qui s'abat sur elles.
On a des décors très détaillés et des personnages réduits au strict minimum, au trait très naïf, c'est chose courante surtout dans les mangas traitant de la guerre : je pense à opération mort de Mizuki. Ici ce n'est pas seulement stylistique, mais le métrage entier baigne dans cette pudeur général comme dit plus haut. Il y a des choses très dures mais souvent traitées avec beaucoup de sobriétés ou d'astuces (encore une fois la peinture et le dessin accompagneront Suzu même dans les moments difficiles), logiques mais qui sont encore plus puissantes parce-que éloignées et en même temps tellement proches : Je pense notamment à la bombe larguée sur Hiroshima, pas besoin de montrer l'explosion en elle même pour me foutre en pls.
C'est dommage qu'une scène à la fin du métrage n'a à mes yeux absolument rien à foutre là la mère et sa fille...).
Les personnages sont très simples ça n'empêche pas Sunao Katabuchi de décrire le quotidien de cette famille de manière très touchante, tout sonne vraie, j'ai beaucoup aimé les retrouvailles entre Suzu et son ami d'enfance, j'avais vraiment l'impression de voir de vieux amis se chamailler tout en éprouvant de très forts sentiments l'un pour l'autre.

Sunao Katabuchi à touché l'essence d'une formidable chronique familiale bien qu'il s'éparpille à de nombreuses reprises tant il veut aborder beaucoup de choses
ineusleau 30/12/2019 15:53:22
Enfin vu. Je trouve ça vraiment très honorable comme adaptation du manga. Il y a un rythle hyper haché, intelligent, mais haché quand même, ce qui fait que dans l ensemble, le manga original se suffit à lui-même. Mais il y a des très belles séquences réadaptée, comme la bombe à retardement.

Ein Pour ce qui est de la scène à la fin, je pense que c est quand même dans le propos, mais ça fonctionne bien mieux dans le manga qui est un medium où c est plus facile de déstructurer le récit, avec ces inversions de personnages.

Mais la scène en question renvoie aussi totalement à un personnage principal de Gen d'Hiroshima. C est quelque chose d hyper improbable, mais c est une manière de travailler l acceptation de la perte d un proche et d aller de l avant et c est très japonais aussi.

Tu as le même procédé par ailleurs dans le manga Cross Game d'Adachi Mitsuru vers le dernier arc.
C est une ficelle scénaristique que les japonais ont tendance à utiliser pour travailler l acceptation de la vie, de ses aléas, avec leur manière de concevoir le destin et tout.
ineusleau 30/12/2019 15:54:45
+ je regrette quand même dans le film qu ils ont un peu sauté le personnage de Lin. Ce qui lui arrive servait d ailleurs de conclusion au manga, de souvenir.
ein 30/12/2019 21:00:59
Ineusleau Ah oui moi j'ai plutôt pris ça comme une (maladroite) piqûre de rappel sur les conséquences de la bombe, l'explosion vécu du point de vue de Suzu est tellement incroyable, je viens de revoir la séquence et j'en ai eu encore des frissons que j'ai eu du mal avec cette plongée bien frontale post explosion.

C'est peut-être cette grosse déstructure dans le ton qui m'a gêné (parce que ça me posait pas problème dans l'adaptation de Gen d'hiroshima) mais je me demande si la rencontre entre cette gamine et Suzu m'aurait touché (j'ai été très ému là aussi ) si la scène n'avait justement pas été traitée de cette façon finalement...


"Mais la scène en question renvoie aussi totalement à un personnage principal de Gen d'Hiroshima."

Ah bon?? de qui, quoi ? J'ai vu que le film et j'arrive pas à faire de rapprochement ...

Ah Adachi Mitsuru l'auteur dont je ne lirai aucun manga parce qu'ils sont très très long alors qu'il me fait très très envie...
J'ai beau chercher je ne vois que Idol a que je pourrais lire et qui ne compte qu'un tome.
Ineusleau 30/12/2019 21:36:55
C'est pas étonnant, c'est pas un épisode compris dans le film (du moins le premier Gen d'Hiroshima, c'est peut être dans le second) Gen après avoir perdu sa famille, dont son frère, va rencontrer le sosie de ce dernier. C'est un gosse orphelin de la guerre, Gen va l'adopter comme si c'était son nouveau frère. Ce sont des grosses ficelles improbables classiques (j'ai déjà vu la même chose dans Kamui Den, en encore plus con), mais je trouve presque impossible que Fumiyo Kouno ne s'en soit pas inspiré.

Après, je pense que c'est un truc qui passe vraiment difficilement en film sur 2h, ça passe bien mieux sur le manga où c'est chapité, espacé et rythmé sur deux tomes.
Je pense pas que ça cherche à insister davantage sur les conséquences de la bombe, parce que je suppose que Dans un recoin de ce monde a été réalisé (et dessiné) en prenant en compte le modèle de Gen d'Hiroshima qui a tout dit à ce sujet.

+ pour Adachi Mitsuru, ouais Touch (26 tomes) est un peu trop long, Cross Game légèrement aussi (16 tomes). Tente quand même plutôt Rough qui fait 12 tomes et qui a un rythme plus rapide que ses autres œuvres. (C'est souvent le préféré des fans d'Adachi, mais je préfère Touch, Cross Game et Miyuki)