L'avenir IMDb

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Melaine 08/04/2016 01:32:36
J'ai eu la chance de voir Mia Hansen-Love en personne lors de projection du film et d'échanger un peu avec elle. C'est quelqu'un de vraiment intelligent et réfléchi (et super sympa !), elle sait ce qu'elle fait et pourquoi elle les fait. Tout ce qu'elle disait sur son rapport à Rohmer, sur l'utilisation des silences ou encore sur ses films qui sont des reflets de la vie et non du cinéma, c'était passionnant !

Pour parler du film en lui-même, il est très beau, d'une grande subtilité. C'est un cinéma très littéraire, très écrit, mais qui n'oublie jamais de faire du cinéma. Contrairement aux Ogres, sorti récemment et dont la mise en scène était franchement fade, il y a ici de vraies idées de réalisation, c'est très réussi formellement. Puis Mia Hansen-Love est l'une des seules réalisatrices actuelles à sublimer les paysages français (la seule même, avec Bruno Dumont ?), on n'a qu'une envie, c'est d'aller dans le Vercors, comme on avait envie d'aller en Ardèche dans Un amour de jeunesse (ça tombe, c'est chez moi :hap: ) ! D'ailleurs je le trouve un cran au-dessus d'Un Amour de jeunesse, qui était déjà très bien mais un peu plombé par l'acteur catastrophique qui interprétait le garçon. Ici les acteurs sont tous excellents, à commencer par Isabelle Huppert, rayonnante ! Mia Hansen-Love disait au début de la projection qu'elle avait imaginé son film plus sombre qu'il ne l'était, et je pense que le vent de fraîcheur apporté par l'actrice est pour beaucoup dans le changement de ton, et c'est tant mieux ! J'ai regretté que ça se termine si vite, j'aurais voulu rester plus longtemps aux côtés d'Isabelle Huppert. Son personnage est tellement touchant, tellement plein de vie...

Bref c'est un superbe film, dans mon top de ce début d'année 2016.
Garbage 13/04/2016 17:55:30
Avec Hong Sang-soo et Mia Hansen-love, Rohmer n'est pas près de trouver sa descendance.
Melaine 14/04/2016 22:02:08
Garbage j'ai lu ta critique et je la trouve très intéressante. Je suis même assez d'accord avec pas mal de points que tu évoques, à la différence que les qualités ont clairement pris le pas sur les défauts selon moi. Mais je voulais revenir sur le paragraphe où tu parles des débats philosophiques ne sont que suggérés. Parce que dans la salle, un gars a dis à peu près la même chose à Mia Hansen-Love, lui demandant pourquoi le personnage d'Isabelle Huppert ne prenait jamais vraiment part au débat. Malheureusement je ne me souviens pas précisément de la réponse de la réalisatrice, mais en gros elle a dit qu'elle y a longtemps pensé mais qu'elle avait décidé, justement, de la garder constamment à distance, car, bien que le personnage est une réelle conscience politique, ses préoccupations ne sont pas là. Lorsqu'elle est en classe de philo, par exemple, l'important n'est pas ce qui se dit dans le cours mais le fait qu'elle soit là, en train de vivre sa vie de prof. Elle a fait ce choix pour ne pas déplacer les enjeux.
Garbage 14/04/2016 22:51:06
Melaine oui, ça se défend. Sympa qu'on lui ait posé cette question. Et ça se justifie en effet, car ça rentre dans le défi de la "distance" et d'éviter qu'on se mette pour/contre elle, qu'il y ait un quelconque jugement moral après, sachant qu'il y a cette pudeur vis-à-vis du personnage d'Huppert et qu'on n'a pas besoin forcément d'en savoir plus.

A vrai dire mon commentaire (certes provocateur) qui compare avec Rohmer est erroné, car c'est vraiment différent dans le traitement (malgré ce qu'elle même a dit :hap: ). Si on peut mettre des similitudes sur le cadre (vie peu bobo, cercle amoureux, espace bien précis, écriture des personnages), sur la perception même des personnages et notamment d'Huppert par rapport à la réalisatrice ça n'a rien à voir.

C'est particulier car c'est frustrant (bon toi tu as beaucoup aimé - même si peut-être que le fait de ne pas en savoir plus sur ces débats t'a aussi déçu ?), entre d'un côté ce défi, cette preuve de maturité qui est assez exemplaire, et de l'autre cette potentialité dans les dialogues avortée... Mais son choix se défend totalement et c'est tout à son honneur.
Melaine 14/04/2016 23:04:57
Ben avec Rohmer quelqu'un lui a aussi posé la question, et elle a dit que c'était évidemment un cinéaste qui l'inspirait mais que selon elle la grosse différence se faisait dans la perception des dialogues. Rohmer racontait tout par les dialogues, alors qu'elle osait les silences quand il y en avait besoin.
Enfin pour le coup sa réponse était assez courte (donc incomplète) mais je pense que c'est difficile de prendre du recul sur son propre travail par rapport à celui d'un grand cinéaste. Puis c'était une question assez large et elle n'avait pas tout son temps non plus. :hap:

Non moi ça ne m'a pas frustré. J'ai assez rapidement compris le parti pris en fait, et j'ai trouvé ça très bien. Pour tout te dire, dans ma tête, j'ai eu la réaction inverse à la tienne, je me disais "pourvu qu'ils ne s'enlisent pas dans un débat politique". Non pas que ça ne m'intéresse pas, mais parce que, d'une part, il n'y avait pas besoin de ça, et d'autre part parce qu'on aurait vite fait de taxer L'Avenir de "film pour bobo-Télérama" si le personnage principal avait émis quelques idées philosophiques et/ou politiques. Là non, elle est totalement dans ce milieu là, mais ce n'est pas ça qui importe, Mia Hansen-Love, qui n'en fait ni l'apologie ni la critique, c'est uniquement un contexte pour parler de ce qui l'intéresse vraiment.