L'Ange exterminateur

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Sasory 29/05/2011 15:16:26
Il passe ce soir sur fr3 a 0h45.
Hawai 31/05/2012 23:10:40
Le dernier plan :rire:
Garbage 17/06/2012 13:08:17
Sasory > Je l'avais vu à ce moment-là j'avais totalement oublié depuis mais effectivement c'est un bon film.
Ineusleau 03/02/2017 15:06:08
Vu en cours, c'était très sympa.
Bon, petit détail, je frémis encore en me rappelant de cette perche micro qui apparaît au début du film à une scène de cuisine, mais ça s'oublie. Mais n'empêche que ça faisait un peu mystique à voir : http://image.noelshack.com/fichiers/2017/05/1486130733-sans-titre.png
Rastignac 03/02/2017 20:49:25
Bien vu Michel !
A-Syagrius 13/12/2017 12:35:19
Bien vu effectivement ! La perche en question...
En action c'est encore pire on ne voit que ça.

Je m'étais demandé au départ si le faux-raccord avait une place légitime et désirée (rapport aux idées véhiculées par le film) mais finalement ça doit surtout être une erreur assez grossière.
Après ça ne jure en rien avec l'atmosphère du film et c'est somme toute assez subreptice et anecdotique.
Madlaine 15/06/2018 17:05:07
Je me suis demandé pendant un moment si la perche n'était pas volontaire, je vais persister à penser que oui. Lars Von Trier le fait bien aussi.
Yayap 20/12/2020 18:08:33

Encore une fois, Bunuel me surprend agréablement. 


Le film commence somme toute de manière assez classique, avec une réception bourgeoise huppée, et là on retrouve déjà avec délectation la manière qu'a le cinéaste de tourner ces frange de la population en dérision, c'est moins frontal que dans Le Charme discret mais assez savoureux, il faut bien l'avouer. 


On se doute toutefois que le vrai intérêt se situe ailleurs et en effet le surréalisme va progressivement s'immiscer dans le film via un phénomène étrange qui conditionne le récit dès son apparition. Dès lors ça prend une tournure des plus réjouissantes, on est face à une sorte d'expérimentation sociale sur pellicule et, plutôt que de comprendre le pourquoi du comment qui n'aurait de toute façon aucun intérêt, on se fascine pour la façon qu'a Bunuel de faire évoluer ses personnages en même temps que son cadre, en offrant constamment de nouvelles situations. Sans compter que le cinéaste ponctue le film de ces élans d'onirisme cauchemardesques dont il a le secret. 


Je me doute qu'il y a sans doute énormément à interpréter dans le film, on peut bien entendu lire ça du point de vue des classes, le voir comme une critique d'une certaine bourgeoisie renfermée dans son monde et ici mise à nu pour la réduire à l'état le plus primaire possible. Il y a comme souvent chez Bunuel une dimension sexuelle évidente, ainsi qu'un recours constant à la présence animale. Je n'ai pas forcément les clés pour interpréter tout ça mais le film n'en a pas forcément besoin et se savoure tout autant pour sa pure proposition surréaliste et sa satire mordante. Et la fin en conclusion de la farce est parfaite :hap: