Metamorphoses

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
banana 03/01/2015 23:09:11
La galerie donnait envie mais j'avais un peu peur de me faire chier quand même. Au final, c'est une bonne surprise.
Le film est bien rythmé, subtilement monté. Comme la galerie le suggère, la photo est vraiment sublime et très bien cadrée. Je suis un peu plus partagé sur l'usage de cet hypercontraste très utilisé en portrait et photo documentaire. Même si ça ajoute un côté dramatique aux images, ça me fait penser parfois (ici comme ailleurs) à une femme qui abuse un peu du maquillage. Un côté un peu factice. Ici, la brillance et le contraste donnent un côté surnaturel qui peut coller au propos malgré tout (une région ravagée par la radioactivité).
Les "personnages" sont dignes au milieu de cette catastrophe et le film leur rend un bel hommage, sans s'appesantir et sans superficialité non plus.
mos3n 17/01/2015 22:50:56
Hé ! Tu crois que je ne t'ai pas vu baisser ta note discrètement !!?
Intéressant ton rapprochement entre le contraste de l'image et le maquillage d'une femme...à une différence près cependant :
On est d'accord que dans les deux cas, le maquillage tout comme le travail sur l'image, servent normalement à embellir.
Mais effectivement, lorsqu'on abuse de poudre aux yeux, cela tend à camoufler la réelle face des choses et donne ainsi un côté factice ;
Pourtant ici, ce n'est selon moi pas le cas...dans cet autre cas précis, ce "maquillage" de l'image est différent, car il passe par travail esthétique de le part de Mez qui permet, non pas de soustraire au visible, mais au contraire de dévoiler, de révéler cette nature invisible, cette radioactivité informe et pesante qui rode et ronge l'âme de ces hommes et de ces femmes.
Cet hypercontraste dévoile de la sorte, l'inhumanité de leur condition dans cette "région ravagée", tout en faisant ressortir l'immense humanité de leur trait à travers ces portraits type photo documentaire.
banana 17/01/2015 23:07:07
:-) ah, je m'attendais à une réaction de ta part ^^. Mais ça correspond mieux à un 7 en fait.

Je suis d'accord avec toi. J'en parlais aussi, que ça pouvait coller au propos du doc. Après, c'est peut-etre parce que cet hyper contraste est trop utilisé à mon goût dans beaucoup de films doc et surtout photos doc, que ça m'agace un peu.
Surtout que je ne trouve pas ce genre d'effets nécessaires, et donc superficiels (possiblement moins dans ce cas précis).
mos3n 17/01/2015 23:24:46
Je te rejoins sur l'effet galvaudé que peut recouvrir cet effet lorsqu'il est utilisé à tort et à travers ; et c'est pourquoi il est d'autant plus important de souligner lorsque c'est fait de manière brillante et cohérente comme ici.
banana 18/01/2015 00:17:47
sûr, et la photo reste superbe malgré tout, et il y a un vrai travail de rythme dans le montage à souligner aussi. Parce l'autre truc casse couille qui m'énerve un peu, c'est ces films où les réals laissent les plans se dérouler interminablement, sans travail de montage nulle part, sans raison particulière non plus, comme si on devait faire tout le boulot nous-mêmes. Ce qui n'est absolument pas le cas ici. Mais je digresse :-)
Bardamu 01/11/2015 22:53:46
Sujet forcément intéressant, mais justifiée ou non par le propos, l'esthétique UNICEF bien vulgaire (noir et blanc ultra contrasté, plans clichés) me débecte autant que la scène de football sans ballon dans Timbuktu (qui elle fait pub pour opérateur de téléphonie mobile)
Quand banana tu parles de troublon trop maquillé pour bien se faire belle je dirai que tu es sur la bonne voie, je dirai même que c'est pour faire les yeux doux au télespectateur arte de moins en moins exigent.