Le chant des oiseaux

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Garrincha 18/08/2013 07:06:27
Déjà, le grand mérite de Serra, c'est l'intégrité intellectuelle dont il fait preuve face aux textes fondateurs. Les mythes sont irreprésentables dans la fiction classique, le traitement psychologique post-freudien, la caractérisation de personnages propres au récit lambda posera un problème majeur si on veut mettre en scène Oedipe et Jocaste par exemple. A moins bien sûr de faire dialoguer le mythe avec le monde contemporain (genre Giraudoux ou Anouilh), mais ça, ça n'intéresse pas Serra.

Son idée, c'est de contourner le problème en transposant le mythe dans le néant, dans un hors-temps absolu, ancrant la Nativité dans une sorte d'absurdité beckettienne. Sans récit, on ne peut pas salir les mythes. Serra se contente juste de filmer, de documenter le monde via un dispositif narratif ascétique au possible, la beauté plastique à tomber à la renverse du film jouant en contrepoint, parce que bon, le sujet reste quand même la naissance du monde judéo-chétien hein. Dans sa conception théorique, c'est assez génial, il occulte la problématique de l'adaptation "psychologique" en misant tout sur la puissance du cinéma, sur la spécificité propre au média à capter le réel.

Faire exister les Rois mages à l'écran, donc les inscrire dans le monde, rien qu'en pointant la caméra sur eux. Ou comment réconcilier modernité cinématographique et texte millénaire. Chapeau bas.