Le Sel de la terre

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Klael 16/10/2014 00:21:28
Drôle de moral, la fin gâche un peu tout le reste pourquoi parler des Hommes pour finir en une sorte de documentaire écologiste pour parler des arbres...
Sasory 16/10/2014 00:33:59
Bah en même temps le documentaire va dans le sens de la vie de Salgado et sa vie à pris cette tournure, plus écologiste qu'humaine du coup difficile d'aborder sa vie et son oeuvre sans finir ainsi surtout que cette fin écologiste comme tu dis n'est autre que sa dernière oeuvre et son dernier recueil de photo, donc je trouve ça plutôt logique
castor 16/10/2014 00:38:01
Ou alors tu essayes de te dire que le type a juste perdu tout espoir envers l'humanité et s'est donc tourné vers la nature, la seule vraie maîtresse de la Terre.

C'est à peu près ce que dit Sasory d'ailleurs. En plus défaitiste.
Klael 16/10/2014 00:42:00
C'est vrai, mais ça reste dommage, il photographie bien mieux les hommes que les autres choses (quoique certains moments de Genesis sont assez beaux).
Mais du coup le nom du film est légèrement mal choisi.
Klael 16/10/2014 00:43:35
* Dommage pour le spectateur, et tant mieux pour lui d'avoir découvert de nouveau horizon.
castor 16/10/2014 00:50:34
Le Sel de la Terre c'est l'être humain, nous sommes qu'une multitude de grains disséminés sur un espace incalculable et ne représentons au final pas grand chose par rapport à la Terre elle-même.

Enfin après chacun y voit ce qu'il veut.
Lt-Schaffer 19/10/2014 19:08:04
Je dirais même plus que le sel donne une forme de goût, une saveur, mais en parallèle le sel détruit la terre...

Film bouleversant.
Lt-Schaffer 20/10/2014 00:09:30
Un peu honteusement, je confesse que c'est mon premier film de Wim Wenders. Je ne dirais pas pour autant que je regrette de commencer sa carrière par là car j'en suis sorti bouleversé. C'est un documentaire d'une véracité exceptionnelle, où l'on sent que le cinéma peut définitivement toucher la vie.

De Salgado je ne connaissais que quelques clichés. J'y ai découvert un artiste impressionnant au regard inimitable, quelqu'un qui donne envie de parcourir le monde même si c'est au risque (inéluctable) d'y trouver des horreurs. L'oeil du photographe n'est cela dit jamais complaisant, jamais putassier, se contentant toujours de capter un moment de vie (ou de mort) dans un contexte fort qui insuffle un esprit à la photographie. L'amour des hommes de Salgado transpire dans chaque cliché, et quand celui-ci arrive à bouts, quand les horreurs sont trop nombreuses, son revirement vers un regard beaucoup plus panthéiste apporte une nuance qui m'émeut beaucoup. Malgré tout ce qui est décrit, le salut existe quelque part.

Derrière la caméra de Wenders, qui partage d'ailleurs la réalisation avec le fils du photographe, le voyage est saisissant. Le dialogue de l'interview est percutant et ce Français ponctué d'un accent sud-américain exulte encore plus le côté poète de Salgado. Je repensais à la poésie percutante à l'accent prononcé de Werner Hezog dans le grandiose La Grotte des rêves perdus. Certainement un immense film dont on ressort soufflé, grâce à ce regard qui voit à travers la terre et les hommes. On se demanderait presque si le côté sanctuaire de l'image d'un cinéma n'est pas le plus beau moyen d'apprécier une photographie, sur un écran plusieurs mètres.

Dans le top de l'année, assurément !
stebbins 21/11/2014 21:59:07
Film tour à tour noir et lumineux s'interrogeant à la fois sur la question du regard et sur celle, plus générale, de Dame Nature. Il y a tout de même une très belle idée de rédemption à la fin du documentaire le destruction de la Nature n'est pas irréversible. J'ai bien aimé !