Jimmy's Hall

Pas d'image
Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
lutece89 04/07/2014 13:56:18
Comme je l'ai lu quelque part, c'est effectivement un Ken Loach mineur, mais il me semble que c'est tout de même un bon film qui s'inscrit parfaitement dans l'oeuvre que le réalisateur britannique a construite depuis toutes ces années. J'ai revu Land and Freedom quelques jours avant de voir Jimmy's Hall et on y retrouver ces rêves de liberté, de prendre sa vie, sa terre et son travail en main.
De quoi donner envie de continuer à plonger dans cette belle filmographie.
Dallou 04/07/2014 20:36:04
Le fond est forcement bon mais parfois la forme est laborieuse pour celui ci je trouve, des scènes assez lourdes et des longueurs.
Lt-Schaffer 22/07/2014 02:09:47
Un Ken Loach gentillet. On se situe dans une sorte de continuité spirituelle par rapport au Vent se Lève, à ceci près qu'ici on resserre encore davantage sur la communauté (d'ailleurs le rapport à la communauté m'a à un moment fait penser à du Cimino) et que le film éjecte dans l'ensemble la poésie au profit d'un regard plus social. C'est probablement là où le bât blesse, car malgré certains efforts dans l'écriture, l'ensemble demeure passablement manichéen et passé la première heure on s'ennuie dans certaines séquences. Les enjeux ne marquent finalement pas tant que ça, à cause justement de ce manque de poésie. Je n'ai pas été tant que ça sensible à ces gens qui veulent danser et enseigner librement. Du coup je ne saisis pas forcément ce que le film apporte, donc je peux comprendre qu'on le catalogue en "film mineur" de son auteur. En revanche, bon point pour la photographie, absolument superbe, c'est vraiment une esthétique à la fois très simple et très travaillée que j'adore (sauf le bleu de la nuit, monstrueusement raté pour une raison incompréhensible).
Tchitchoball 22/07/2014 13:09:03
Je ne savais pas que Loach prenait sa retraite avec ce film. C'est toujours agréable le cinéma de ce monsieur. On retrouve ici les ingrédients essentiels à son cinéma et les thématiques qu'il brasse depuis des années comme énoncé au-dessus. Par contre on retrouve également cette mise en scène discrète voir paresseuse et ici, un rythme bancal. Je trouve que la première heure à tendance à s'étirer avec les flashback tandis que les péripéties s"enchaînent dans la dernière demi heure. Je continuerai avec plaisir de découvrir le cinéma de ce monsieur, mais ce dernier film ne m'aura guère marqué et restera à mes yeux "un petit film sympathique".