Zatoichi 12 : Voyage en enfer

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
ein 10/05/2015 14:04:50
Dommage je trouve que celui-ci se repose beaucoup trop sur ses acquis, beaucoup trop semblable au numéro 8 et au 1er, notamment concernant la relation avec le samourai (que je trouvais plus puissante dans le premier avec son côté homo), le jeu des dès, la rédemption du personnage, la famille...etc
Et puis ça manque quand même de grands moment de cinéma je trouve, l'ambiance champêtre du 8 était quand même plus jolie à voir, et ses travelling latéral derrière les champs de blé me manquent un petit peu aussi.
Pour le moment le moins bon Zatoichi que j'ai vu.
Yayap 27/09/2020 18:35:31

Quel plaisir de retrouver Misumi ! Pour la réalisation bien entendu, toute la saga est assez propre jusqu'à présent mais ici on sent la patte d'un cinéaste aguerri et entièrement maître de son sujet. Sans forcément faire grand chose d'extravagant, mais il y a un vrai style, quelques scènes de pure ambiance, des exercices de montée de tension par simple échange de regard. 


Mais surtout j'ai l'impression qu'au travers de la caméra de Misumi on retrouve vraiment l'essence du personnage. Toute la complexité d'Ichi ressort comme jamais ici, notamment son désir de famille et d'amour. Il y a un embryon de romance comme dans pas mal d'épisodes précédents, ainsi qu'une relation père/fille de substitution, mais ici j'ai trouvé ça plus juste que jamais, quelle mélancolie :snif: 

Et j'ai l'impression qu'on n'a a jamais autant insisté sur les conséquence que la vie d'Ichi ont sur ses désirs et sur toutes les relations qu'il construit tant bien que mal, le personnage est constamment traqué, rattrapé par les erreurs de son passé, contraint de tuer alors qu'il n'en a aucune envie. Ça cristallise bien pas mal d'enjeux qui étaient un peu présentés en dilettante dans les 2-3 films précédents. 


Et alors j'aime beaucoup comme le film fait ressortir la fragilité d'Ichi. Non il n'est pas infaillible, parfois il peut être piégé et contraint de s'en sortir en improvisant, parfois ses astuces aux dés se retournent contre lui. Au-delà du mythe, ça reste un humain avant tout.