Genius Party

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Klael 14/06/2012 14:37:55
Ce film est formé de 7 courts métrages faisant appel à des artistes de l'animation japonaise.

Limit Cycle, une énorme déception, propose un questionnement assommant sur l'homme, la spiritualité, Dieu, la mort et l'identité sous forme d'un monologue de 20 minutes.

Doorbell pas extraordinaire et doté d'un design assez moche.

Mais les 5 autres sont de vrais trésors d'ingéniosité et de talent. On a droit à un court qui se rapproche énormément de l'univers de Cat Soup, un autre possédant un univers gothique qui ferait pâlir Burton de jalousie.
Les 2 premiers sont absolument fabuleux, oniriques et extravagants.
Et le dernier, lent et nostalgique, clôt magistralement Genius Party.
Hal 04/07/2012 14:40:38
Tu devrais faire une liste d'animation jap' dans le genre, ça pourrait être interessant :oui:
Avec Mind games, cat soup, dead leaves...
Klael 04/07/2012 17:32:10
Ce serait pas mal, mais la liste risque d'être assez courte (4-5 films en comptant ceux qui tu as cités) j'en ai pas encore vu beaucoup dans ce style à moins que tu n'y inclus aussi les films comme Redline.
Hal 04/07/2012 22:34:29
J'en ai trouvé un aussi qui à l'air dans le genre: Tamala 2010: A Punk Cat in Space
Klael 04/07/2012 23:27:52
Justement j'ai failli le voir la semaine dernière celui-là et en regardant quelques extraits ça m'a fait penser à du O'Reilly, d'ailleurs certains de ses courts-métrages pourrait aussi entrer dans une liste de ce genre.
banana 11/05/2015 02:10:03
Y'a quand même pas beaucoup de génie dans cette fête... Le dernier est bien au-dessus du lot pour moi.
Comme par hasard, je découvre après coup que c'est celui réalisé par Shinichiro Watanabe, qui pour le coup est vraiment un grand et un de mes réals préférés :-)
kaelin 18/06/2017 01:01:32
Opening: sympa mais très court 5
Le Dragon de Shanghai: extrêmement niais, l'imagination d'un morveux sauvant le monde blablabla 2
Deathtic 4: très burtonien et enthousiasmant, une grenouille au pays des morts, architecture bien barrée 7
Party sonnette: moi est un autre, mais ça intéresse qui? 3
Limit cycle: pompeux, vain, défilement de moches images et de texte sentencieux 2
Machine rêveuse: croisement de Dali et de Carroll, mortifère et enfantin 7
Baby blue: escapade mélancolique, très classique 6

Très inégal donc.
Yayap 29/07/2020 03:06:43

En effet c'est assez inégal, le format veut ça mais je suis d'autant plus déçu que j'avais globalement grandement préféré le deuxième volet :-( 


Mes deux courts préférés sont sans doute l'ouverture et le court de Yuasa. Sans doute parce que ce sont les deux seuls sans dialogues et qui utilisent vraiment le plein potentiel de l'animation à des fins purement sensorielles. Puis ça fait toujours plaisir de retrouver le trait de Yuasa et ses concepts perchés :hap: 


Pour le reste, je suis plus mitigé. Le deuxième est assez classique et vaut surtout pour l'animation des combats et l'ode à l'imagination de l'enfance. Le troisième est intrigant par sa bizarrerie mais pour le coup l'animation m'a vraiment rebuté et j'ai eu du mal à m'impliquer dedans. Le 4e, mouais je voyais pas trop où ça voulait en venir, l'animation est quelconque et le design assez laid. Le 5e est le pire de tous : un monologue abscons ininterrompu, quel intérêt ? :sleep: 

Et celui de Watanabe m'a bien déçu, on retrouve son goût pour la mélancolie (et la musique !) mais j'ai trouvé ça tellement apathique dans l'expression, ça m'a limite plus fait penser à du Shinkai en début de carrière :snif: 


Le bilan est assez faible, alors que pour Beyond j'avais aimé tous les courts sauf un il me semble, et que l'un d'entre eux était une sacrée claque sensorielle. 

Message édité