Coma

Pas d'image
Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
impavide 15/06/2022 17:40:53
Avis

Je suis allée voir Coma dimanche dernier en avant-première suivi d'un débat en présence de Bertrand Bonello et de deux des actrices du film.

J'y suis allée avec un certain entrain mais quelques réserves car j'aime beaucoup le travail de Bertrand Bonello (notamment Nocturama !) mais je n'avais pas du tout accroché à Zombi Child.

Durant l'introduction, on peut entendre cette phrase de Deleuze : "ne soyez jamais pris dans le rêve de l'autre", alors même que l'on s'apprête à plonger au fur et mesure dans les songes de la personnage principale. En effet, le film porte sur une jeune adolescente dont on comprend qu'elle est confinée et qui petit à petit va nous laisser pénétrer ses rêves.

Le film s'ouvre et se ferme sur une lettre de Bertrand Bonello adressée à sa fille Anna d'environ 18 ans, à propos de l'époque et du futur à venir. Bien que le film soit noir - scènes caméras épaules dans une sombre forêt au milieu de la Free-zone matérialisant les songes cauchemardesques de la personnage principale - je trouve que la conclusion du film se révèle bien plus optimiste que le propos de Nocturama.

Bertrand Bonello développe toute une réflexion autour du libre arbitre au moyen de plusieurs procédés : utilisation de poupées, personnage de la youtubeuse et évidemment le jeu du Simon. Finalement, là où la personnage est pleinement libre de ses choix, en pleine possession de son libre arbitre, c'est dans cette Free Zone hostile et angoissante au cours de laquelle toutefois on rencontrera brièvement Bonnie Banane en train de chanter.

Le film comporte quelques scènes d'humour noir ( avec les barbies) que je trouve réussies et qui apportent un peu de légèreté dans tout cela.

J'ai adoré la liberté formelle de ce film et l'esthétisme qui s'en dégage.

Bertrand Bonello donne à voir un monde angoissant et pourtant, ce film se termine par une note d'espérance : une confiance accordée à la jeunesse et de véritables encouragements à l'égard de celle-ci. Bertrand Bonello, aussi inquiet et critique soit-il de l'état du monde actuel, a foi en la jeunesse et je trouve qu'il le montre de manière extrêmement touchante au travers de ce film.

Le film ne traite pas seulement de l'état du monde actuel mais également et peut être même prioritairement, de ce passage difficile - qui plus est en temps de confinement - à l'âge adulte de cette adolescente.

Enfin, la bande son du film est vraiment cool et participe bien entendu de cette étrange ambiance créée.

J'ai hâte qu'il sorte en salle car je pense vraiment qu'un second visionnage permettra d'affiner mon idée sur ce film.