House of Gucci

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Mordechaye 02/12/2021 23:10:58

Vraiment le nanar de l'année :rire:

Ineusleau 02/12/2021 23:44:33

J'en sors aussi, j'ai du mal à être hyper conquis sans m'être fait chier. Les persos étaient plutôt légers.

Mordechaye 02/12/2021 23:57:07

Disons qu'on sent qu'il y a deux projets dans le film : la peinture grotesque d'un entre-soi bling bling et le sempiternel thriller financier/rise&fall. Sauf qu'il y a absence complète de direction dans tout ça et on voit bien que Scott ne tranche jamais la question. Du coup je me suis juste marré à chaque fois qu'un personnage autre que Pacino contrefait un accent italien parce que c'est juste à mourir de rire.

blazcowicz 03/12/2021 10:09:51

On doit pas avoir la même définition de ce qui est à mourir de rire ni du terme "nanar", malheureusement de plus en plus vidé de sa substance :hap:

Mordechaye 03/12/2021 10:38:24

J'entends par "nanar" un film involontairement drôle dont le divertissement naît justement de cet accident. Et Gucci a de vraies moments nanardesques à mon sens. Son adn est suffisamment batarde pour que ça ne soit pas que ça mais quand même. Si je veux bien croire que Leto cabotine à dessein, que le reste du cast  soit à l'avenant m'a plutôt l'air involontaire.

Message édité
blazcowicz 03/12/2021 11:21:40

Je ne vais pas contredire que Leto a l'accent de Super Mario mais ça m'a semblé volontaire et ça m'a fait rire. A part ça les accents ne sont pas si marqués, et à part éventuellement celui de Lady Gaga je ne vois vraiment pas lesquels peuvent faire mourir de rire ni quels passages sont nanardesques à ce point.

Mordechaye 03/12/2021 11:52:22

Driver qui arrose son collègue des camions, la scène de cul, le look de Jeremy Irons, le fait qu'ils sont tous de la même famille mais que pas un n'a le même accent que son cousin/oncle/père, les transitions entre deux séquences qui passent du coq à l'âne (le passage de vie à trépas d'Irons en une fraction de secondes notamment) , la vente des parts d'Aldo aux irakiens, toutes les scènes de Jared Leto, l'accent russe de Lady Gaga, Salma Hayek, l'omniprésence des tubes de l'époque pour meubler l'image, ... Il y a un espèce de systématisme grotesque dans le film qui ne me semble pas toujours très assumé, et ça passe autant par le jeu des acteurs que par le montage qui est peut-être le truc le plus daubé de l'ensemble. Du coup je persiste vraiment à trouver ça nanardesque :hap: .

blazcowicz 03/12/2021 12:05:36

Au moins je comprends mieux, perso à part les accents très (trop) variables, je n'ai ressenti aucun de ses passages comme assez grotesques pour verser dans le nanar, ou du moins je l'ai perçu comme assumé. Même ce que tu dis sur le montage avec des transitions parfois brutales me semblait volontaire, après on aime ou pas bien sûr. Si c'est ça ton nanar de l'année ça va en tout cas :hap:

resolution 03/12/2021 13:03:28
Avis

Tu m'étonnes que j'ai trouvé ça atrocement trop long, ça dure 2h37...
Je ne comprends pas spécialement quel était le projet avec ce House of Gucci. Si les luttes de pouvoir en interne pour prendre le contrôle d'une entreprise familiales sont forcément intéressantes, ça ne suffit pas pour faire un film, il faut en faire quelque chose, avoir quelque chose à dire. Je sors de ce film, j'ai l'impression d'avoir perdu mon temps, qu'à aucun moment je n'ai été émoustillé.

Déjà je pense qu'il y a un vrai problème de narration. On commence le film avec ce qui est en fait la fin de l'histoire, Adam Driver qui fait du vélo, ça coupe et on reprend... sauf qu'on ne sait pas que ce passage là est dans le "futur", rien ne l'indique et surtout on ne comprend pas à quoi sert ce passage. Si on commence par la fin de l'histoire, ou par un événement marquant pour ensuite expliquer comment on en est arrivé là, on montre cet événement marquant. Là c'est juste un type qu'on ne connait pas qui fait du vélo.

Et puis tout ça manque de mise en contexte. Je ne connais pas Gucci. Lorsque le film commence et que Lady Gaga rencontre Driver on ne sait pas réellement à quel moment de la vie de l'entreprise on est. On comprend qu'il a des sous et elle non, mais je ne savais même pas si la marque venait d'être lancée, allait être lancée ou si elle était déjà bien établie parce qu'on ne parle pas de vêtements avant bien longtemps. Un peu de contexte bordel !!!

Encore une fois il faut souligner l'absence totale d'alchimie entre les personnages, je veux bien croire que ça ne soit pas facile à faire, mais quand même, tu filmes une rencontre amoureuse, il faut qu'on y croit... au moins un minimum, surtout si ça va entraîner une brouille familiale.

On comprend donc ensuite que Lady Gaga va pousser son mari à prendre le contrôle de Gucci, contrôle dont il ne voulait pas au départ. Je trouve l'idée intéressante, mais clairement la mise en œuvre est juste plate, morne et absolument fade. Il n'y a rien de jouissif dans cette prise du pouvoir. Tout va à la fois bien trop vite et est beaucoup trop long pour le peu qu'il se passe à l'écran et puis surtout rien de tout ça n'est réellement motivé. La fille on comprend, elle a toujours été intéressée, mais lui, quel moment a été le point de bascule ?

Ce qui aurait pu et dû être un thriller haletant, plein de coups fourrés, de trahisons, est en fait une longue et lente agonie... une torpeur absolue.

Et puis il faut qu'on parle de l'interprétation, autant j'ai râlé que the last duel ne soit pas tourné en ancien français, autant là, c'est honteux de tourner ça en anglais avec des acteurs qui cabotinent à mort en imitant l'accent italien... C'était pas possible de tourner ça en italien avec des acteurs italiens ? Parce que autant j'aime de plus en plus Adam Driver et le voir à l'écran avec son pull à coll roulé blanc m'enchante, autant dès qu'ils ouvrent la gueule c'est juste pas possible.

Surtout que je l'ai vu la veille dans l'autre Scott sorti quelques semaines auparavant. Je suis comme Bresson, je ne crois pas qu'un acteur puisse tout jouer comme ça, c'est un trop grand écart, trop vite. Que l'acteur enchaîne les projets différents je peux comprendre, mais que le réalisateur ne se pose pas la question de l'acceptation par le public de l'acteur dans deux rôles très différents aussi vite, c'est un problème.

Mais le pire c'est Jared Leto, il faut qu'il arrête de jouer les transformistes, il est pathétique.

En vrai, le film aurait pu être bon s'il en avait fait une satire, façon La mort de Staline, où on y va à fond dans la caricature des italiens, avec l'accent, la mafia, le café et les pizzas et qu'on soit là pour se moquer...
En fait il y avait quelque chose à faire de cette histoire, mais pas ça, c'est-à-dire pas cet étalage wikipédien sans ambition esthétique, sans réel propos, sans rien. Juste le vide. Thriller, comédie, il y avait de quoi faire... Là il choisit de ne rien faire...

Je m'en fous de Gucci, je veux la suite des aventures de David à bord du Covenant !
Del-Flavio 03/12/2021 14:14:54

Je rejoins un peu les différents avis de mes VDD. 
Le film a clairement le cul entre deux chaises et ne sait pas trop ce qu'il a à nous raconter. 
Je reproche aussi ce manque de contexte, le film démarre à une période un peu floue, on ignore à quel niveau se situe l'entreprise Gucci en terme de notoriété. Quant à la famille de Gaga (que j'ai trouvé néanmoins très bonne dans son rôle), c'est un peu la même chose. C'est une pauvre riche ou plutôt une riche du pauvre, et bien qu'on semble insister sur la différence entre le noble (Maurizio) et la bourgeoise (Patrizia) ça ne fonctionne pas vraiment.

Ah et énorme +1 pour la langue, j'en ai ma claque de voir des films tournés en anglais parce que c'est international. Surtout qu'ici, le sujet s'y prêtait vraiment, on cherche quand même à dépeindre une dynastie familiale dans un milieu de niche, ultra particulier. Alors oui on a quelques éléments de langage, des ciao et buongiorno e grazie de temps à autre. Certainement pour nous faire croire que c'est juste naturel pour eux de parler anglais dans le cadre de l'environnement dans lequel les personnages évoluent, mais en fait on y croit pas une seule seconde. J'ai également eu un drôle de sentiment quant à la manière dont la musique est utilisée dans le film (on se serait cru dans le dernier Cruella par moment, j'ai beaucoup pensé à Bohemian Rhapsody aussi). Et le montage n'est effectivement pas toujours très pertinent. 

Enfin, c'est BEAUCOUP trop long (bon je devais grave pisser aussi), le climax tombe un peu à plat, et en terme de mise en scène j'ai trouvé ça très très sage.


Cela dit, paradoxalement je n'ai pas boudé mon plaisir puisque je dois avouer avoir passé un bon moment.