Chambre 212 IMDb

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
leprodiss 11/10/2019 13:47:27
J'ai l'impression qu'Honoré est enfermé à vie dans son petit monde de la Nouvelle Vague. C'est super d'aimer Truffaut, c'est sympa de citer ses illustres aînés (surtout quand on se lance dans le cinéma, j'imagine que c'est difficile de se détacher de ses influences) mais à un moment les films personnels doivent avoir de la personnalité, non ? J'ai l'impression qu'il y a "Esprit de la Nouvelle Vague" qui clignote sur l'écran à chaque plan. Paradoxalement, je trouve que c'est un film qui manque de cinéma, je ne pense pas que ce soit si "anodin" que le générique au début décrive Honoré comme le "metteur en scène". Pas "réalisateur", "metteur en scène". Alors c'est assumé parce que c'est une sorte de vaudeville dramatique (encore un paradoxe), mais c'est pas parce que tu mets des arrêts sur image dans ton film que ça fonctionne. Il n'y a pas d'ampleur poétique, d'invisible comme disait Plume sur la fiche des Chansons d'Amour. Malgré l'incroyable postulat du film (des rencontres qui défient la logique du temps et de l'espace), je trouve que ça reste trop terre-à-terre.

Sinon j'aime beaucoup le fait que le personnage de Mastroianni ne soit pas décrite comme une nympho, que ce soit naturel dans l'histoire et pour elle qu'elle couche avec autant d'hommes. Disons qu'il n'y a pas de jugement moral et que ça fait du bien parce que le personnage peut exister.
Yayap 13/11/2019 18:24:50
Mon premier Honoré, je suis un peu circonspect. Je ne peux qu’être admiratif devant les qualités purement formelles du film et sa créativité constante, et concept dans son ensemble est super audacieux. Mais ça ne m’a pas vraiment transporté, j’ai trouvé que le film s’éparpillait un peu pour délivrer son propos, je n’ai pas adhéré au ton que prenaient les dialogues, ça manquait d’un truc sans que j’arrive à mettre le doigt dessus. Et Biolay m’énervait à marmonner, mais bon c’est du détail…