Une fille a parlé IMDb

Pokolenie
Galerie Une fille a parlé
Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
tadanobu 08/08/2012 19:55:36
Sympa l'ambiance sur la page d'accueil avec cette suggestion :hap:
absinthe 08/08/2012 20:12:39
J'me suis fais la même réflexion :hap:

Ça m'intrigue pas mal du coup, je télécharge.
Rastignac 12/07/2013 17:29:10
Ça a l'air joyeux tout ça. :hap:
CaptainGregg 30/10/2016 10:35:19
Premier film réalisé par Wajda, âgé alors de 27 ans, Generation annonce les futurs thèmes narratifs et stylistiques du cinéaste. C’est un film important pour le cinéma polonais mais je laisse à d’autres le soin de creuser cet dimension historique et politique.
Filmiquement, on trouve déjà énoncé des figures récurrentes de son style, entre réalisme ( voir néo-réalisme) et expressionnisme, symbolisme marqué et sens du baroque. Importance des lieux clos, cadrage serré des personnages, qui ne se regardent pas toujours quand ils parlent, mais regardent la caméra (!). Importance des personnages féminins et des amours contrariés par le poids de la société et de l’Histoire. Ce talent visuel, ce goût pour les images denses et une esthétique expressionniste marqué par le film noir sera davantage sensible et plus affirmés dans ses films suivants Cendres et Diamant et Kanal et qui forment ce qu’on a appelé sa trilogie sur la guerre et qui sont plus forts dramatiquement et plastiquement.
Je trouve toutefois le film décousu, pas toujours cohérent et plausible narrativement. Il y a des maladresses, des lourdeurs, mais le cinéma de Wajda est rarement léger. Manque de fluidité, de construction psychologique, mais il y a ici et là des moments forts de cinéma, surtout lorsque la caméra s’échappe des lieux clos. Wajda est très à l’aise avec les scènes d’action qui ont une puissance sèche et brute (les scènes finales avec les allemands et la mort de Jasio). Le plan séquence d’ouverture sur fond de générique est superbe aussi. La fin est belle aussi, sans pathos. C’est un film intéressant, une ébauche des grands films à venir, un début prometteur où l’on sent une vraie personnalité de cinéaste. Voilà mes impressions sur le vif sur ce film vu hier soir pour la séance.Message édité
Rastignac 01/11/2016 21:14:37
Petite déception pour ma part, c'est effectivement un cran en-dessous de ses deux films suivants. Ce qu'il m'a le plus agacé c'est l'utilisation de la musique qui vient souvent surenchérir lorsque ce n'est pas nécessaire; par exemple vers la fin lorsque Jasio est poursuivi, au début c'est silencieux et ça fonctionne car les images se suffisent à elles-mêmes, et puis vient se greffer là-dessus une musique tonitruante qui m'a fait penser à certaines compositions assez grossières de Roy Webb pour des films noirs... Il y a une scène semblable dans Kanal où deux protagonistes se retrouvent face à une grille fermée qu'ils ne peuvent franchir, mais au niveau sonore ça n'a rien à voir, ce n'est pas inutilement outrancier.

Sinon oui c'est déjà annonciateur de son style: les plans qui durent, l'utilisation de la longue focale, les cadrages très serrés sur des groupes de personnes... et puis il y a de très bonnes idées, les allemands qui font de la balançoire alors qu'à l'arrière-plan on voit le ghetto de Varsovie en flammes c'est peut-être pas très subtil mais moi j'aime bien. Tout comme avec ce plan dans Cendres et Diamant on voit tout de suite où il veut en venir, c'est marquant, efficace.
CaptainGregg 02/11/2016 15:44:43
D'accord avec ton commentaire et sur le rôle souvent déplacé, envahissant de la musique.
l'autre jour, j'ai du arrêter la vision du western Le Vent de la Plaine à cause de cela. Cela gâchait tout le début du film...