Symbiopsychotaxiplasm: Take One

Galerie Symbiopsychotaxiplasm: Take One
Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
marcosocho 28/05/2012 19:20:32
@asb Le problème c'est que ce n'est pas vraiment un documentaire. C'est un film qui croit qu'un film capte mieux la réalité qu'un documentaire.

Et il esquisse des pistes de réflexion alors qu'il y a des choses logiques: le cinéma ou le documentaire ne filme pas la réalité. C'est impossible. Ou alors c'est la réalité du tournage. Mais ça il ne le dit pas parce qu'il est plutôt préoccupé par le fait d'être original.

Donc pour moi le film est intéressant de par son synopsis mais pas par son matériau (à part la rencontre avec le SDF mais ça il n'a rien fait pour et on n'a pas besoin du film autour )
Waho 28/05/2012 19:23:34
Je ne crois pas qu'une interview du SDF dans un JT par exemple aurait eut le même impact. Là ça fait parti du film, dire qu'il en a pas besoin c'est faux,ça fait parti de la démarche.
Hal 28/05/2012 19:26:07
"C'est un film qui croit qu'un film capte mieux la réalité qu'un documentaire."

Ah bon ? C'était ça la finalité du docu ?

Parce qu'il ne filme pas la vérité parce que c'est impossible c'est un mauvais film ?

J'ai l'impression que tu trouve des défaut au film là ou il n'y en a pas.
marcosocho 28/05/2012 19:29:15
@Waho Ce que je veux dire c'est qu'on n'a pas besoin de ce qu'il y a avant pour apprécier cette scène.

Cette scène se suffit à elle même.


@Jarmusch Dans ce cas c'est quoi la finalité du documentaire?
Il essaye de faire quelque chose et il échoue.
Il essaye de dire des choses et il échoue.
Hal 28/05/2012 19:51:53
Je ne serais pas dire s'il échoue. En tout cas ça m'a plu donc il n'a pas si échoué que ça.
Il faut prendre le film comme il est.
Garrincha 29/05/2012 13:31:38
@marcosocho Ben si, c'en est un de documentaire, en tout cas ce n'est certainement pas une fiction. Parce que je sais ce que tu veux dire en opposant film et documentaire, mais un documentaire est un film hein. :rage: :hap:

Ensuite concernant le problème de la captation de la réalité par le geste cinématographique, je pense que c'est une vue de l'esprit : en soit, oui, il est impossible de capter la réalité dans son entièreté, mais au moins peut-on essayer de s'en rapprocher le plus possible, d'en donner l'illusion la plus probante. C'est ce que Greaves essaie de faire (d'ailleurs, je trouve ton argument sur sa volonté de "faire original" un peu HS, le système théorique qu'il développe à travers ce film a au moins cela pour lui qu'il est cohérent et mûrement réflechi), il veut neutraliser la représentation sous toutes ces formes, qu'elle soit celle d'un acteur jouant un rôle ou celle que tout individu joue au quotidien dès lors qu'il est en société, en concentrant justement son attention sur les à-côtés du tournage. C'est en cela que je trouve le film théoriquement coolos, c'est qu'il anticipe le dispositif panoptique de la télé-réalité, avec 40 ans d'avance, dans cette volonté de se rapprocher du vrai en faisant oublier aux sujets observés qu'ils sont observés.