Le filmeur

Galerie Le filmeur
Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
25/02/2012 22:50:57
C'est d'une justesse absolue. Il filme le vrai l'intime, la vie.
Et c'est encore mieux qu'"As I was moving ahead" parce que là il y a le son des évènements, on est là avec lui, on a sa réaction. Il arrive à rendre naturel ce qui devrait être le plus artificiel qui soit: un film. Et puis le film est beau même dans sa sobriété.
En le voyant, j'ai des larmes au yeux tellement c'est sublime.
25/02/2012 22:55:45
T'as quand même mis 10 points de plus qu'à Pater :hap:
25/02/2012 22:57:35
Non 9 :hap:
Mais Pater j'ai ressenti ça comme un foutage de gueule. Je vais le revoir pour en avoir le coeur net.
Parce que pour Cavalier j'ai comme notes 10 9,5 et 1 :hap:
25/02/2012 23:03:13
Honnêtement j'ai un peu de mal à concevoir qu'on puisse adorer Le filmeur tout en détestant Pater, les deux films sont assez proches, sauf que Pater rajoute de la fiction par dessus l'aspect documentaire.
25/02/2012 23:11:48
Justement la fiction n'aurait pas du être là dans Pater.
Ce qu'il fait dans Le filmeur c'est vrai alors que dans Pater c'est faux. C'est juste un concept sans rien autour j'ai l'impression. Au lieu de se livrer vraiment il s'est caché derrière son concept.
Mais bon comme je l'ai dit je reverrais Pater.
25/02/2012 23:14:52
J'avais adoré Pater pour ça justement, la fiction et le documentaire qui se mêlent sans arrêt. Même si t'as pas adhérer mettre 1 c'est sale :hap:
25/02/2012 23:18:32
Et sale le mot est faible. Revois le vite. :hap:
25/02/2012 23:20:30
Ben il y a les deux dans Pater et il y a ce jeu passionnant est ce que c'est la fiction, ou la réalité ? Est ce que Lindon qui imite Cavalier c'est le premier ministre qui imite son président ou l'acteur qui imite le réalisateur ?
Est ce que Cavalier qui dit qu'il aime bien Lindon c'est le Président qui aime bien son ministre ou le réalisateur content du choix de l'acteur ?

C'est fascinant :oui:
25/02/2012 23:24:22
Mais dans le documentaire il y a déjà une certaine ambiguïté entre la réalité et la fiction.
Ce film, les Marker, Disneyland mon vieux pays natal (que je conseille) ... vont plus loin que la simple réalité.

Alors pourquoi sur-surligner?
26/02/2012 01:20:39
Je ne crois pas que ce film présente forcément une ambiguïté sur la réalité et la fiction, quant à Marker le détournement de l'image est un thème qui le tient à coeur, faire dire autre chose à des images, mais ce n'est pas ce que veut faire Cavalier avec Pater, c'est encore autre chose.

Je ne vois pas en quoi Pater sursurligne quelque chose, le film propose un jeu de rôle, ça n'a à ma connaissance jamais été fait, et les personnages et les acteurs se confondent et justement c'est très subtile, personne ne vient nous dire ce qui est mis en scène, ce qui est improvisé, ce qui est réel.

Ici on est sur la limite en cinéma et réalité (enfin dans Pater), dans Le filmeur c'est moins original (enfin moins original c'est relatif), c'est Cavalier qui se met en scène, comme dans Irène d'ailleurs, il ne veut pas brouiller les pistes entre cinéma et réel, d'ailleurs c'est l'un des seuls réalisateurs à parler à sa caméra à dire : ok on va faire un fondu, ok on va faire ça, si quelque chose est mis en scène on le sait, son but là n'est pas de nous perdre.