Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Yayap 06/09/2020 02:35:13

Je dois bien dire que le film a le mérite, contrairement à Aladdin, La Belle et la bête ou autres, de ne pas essayer à tout prix de caser tous les éléments emblématiques du dessin animé. On évite les sidekicks animaliers, l’humour anachronique d’Eddy Murphy, les chansons, pour offrir un récit plus mature, ma foi pourquoi pas. Sauf que non, c’est bien mauvais :hap: 


Parce que le souci c’est qu’on remplace tous ces trucs par du rien du tout et que par-dessus on rajoute une bonne couche de rien. Le film dure tout de même 2h sans rien ajouter de tangible à l’original à part une méchante bien fade (pauvre Gong Li :-( ) qui ne sert qu’à renforcer le propos “féministe” du truc. Sinon c’est d’une fadasserie absolue, tout est sans vie, en plus d’être trop long pour rien. Mulan le personnage est juste une plante verte sans aucune expression faciale, tout ce qui faisait le charme de l’originale a disparu. Tout le délire avec le chi, comme quoi en vrai elle a des superpouvoirs mais c’est n’importe quoi :rire: tout ça pour en faire un faux remake de Frozen, on n’avait pas besoin de ça en plus. 


Et le film n’est même pas sauvé par sa forme. Si la photo n’est pas mal lors de certains passages (notamment les séquences en intérieur ou de nuit), ça manque tout de même cruellement de cohérence, on sent le truc sans vraie direction où on a juste fait péter les couleurs pour que ça évoque du Yimou ou je ne sais pas quoi, y’a des plans bien pétés quand même. Les scènes d’action sont vraiment mal réalisées, le découpage n’a aucun sens la plupart du temps et annihile toute tentative d’offrir des chorés potables. 


On pouvait reprocher des choses au DA, notamment tout le côté appropriation culturelle, mais putain c’était dynamique et bien emmené, on avait un minimum envie que le personnage s’en sorte, et quand le film voulait avoir de la gueule ben putain ça en avait (la charge des mongols est toujours aussi impressionnante). Rien de tout ça ici, c’est juste un film insignifiant et chiant qui ne semble jamais mériter son budget. 

Waho 06/09/2020 09:49:33

Qu'une envie: me faire un petit marathon Tigre et Dragon, Hero et 3 Royaumes pour voir des vrais réals maitriser leur sujet. :hap:


C'est ça pour moi l'erreur principal du projet, choisir une réal indé très loin de la culture Mulan et du Wu Xia, alors que tout le reste se voulait résolument chinois (bon à part la langue anglaise mais ça difficile de faire sans). Tu mets Zhang Yimou sur le projet au lieu de La Grande Muraille et je pense qu'on a quelque chose de beaucoup plus cohérent déjà. Comparer ce film à son Shadow c'est un autre monde, et pourtant Mulan doit avoir dix fois plus de budget..

Message édité
Waho 06/09/2020 10:06:25

Ah et aussi le film se fait défoncer sur les platformes cinéphiles chinoises donc j'ai l'impression que finalement ce film ne va plaire à personne.

Message édité
Yayap 06/09/2020 10:36:08

Tu m'étonnes, si on essayait de me vendre un ersatz des frères Dardenne réalisé par Michael Bay je ne serais pas très content non plus :hap: 

Dirty_Flichty 06/09/2020 12:20:30

"Choisir une réal indé"

La nouvelle marotte d'Hollywood, qui doit autant au succès de Wonder Woman qu'à un élan féministe des plus cyniques (à venir : Black Widow et Eternals). Après, elles savent où elles mettent les pieds...

Ils approchent la moindre réal qui a eu un prix à droite à gauche. Y avait Deniz Gamze Ergüven dans le lot, je sais plus qui d'autre...

Westen 06/09/2020 13:13:48

Faut bien qu'ils viennent de quelque part :hap:


Plus sérieusement je trouve que ça a déjà bien plus de sens de piocher du coté des cinéastes indé qui ont un minimum d'expérience derrière pour leur premier blockbuster (faut bien un début à tout) plutôt que de taper du coté des réal de télévision sans aucune expérience cinématographique (et qui sont trop biaisé à cause de leurs habitudes d'approche/réflexion télévisuelle, des types comme les Russo ou Alan Taylor).

Perso je préfère voir ce type de choix avec Niki Caro ou autre exemple Stephen Daldry (feu projet Obi-wan) même si ça se plante plutôt que du noname technicien tv.

Dirty_Flichty 06/09/2020 13:20:24

Mouais. Passer d'un budget modeste de film centré avant tout les relations entre les personnes à des prods à 150M avec toute l'infrastructure et la gestion d'effets spéciaux que ça implique, je vois pas trop ce que ça a de pertinent, à part broyer les réalisateurs/trices.

Mais c'est dans la continuité de ce qui est pratiqué depuis 15 ans maintenant : mettre des débutants sur des prods complexes pour mieux les contrôler. Alors qu'avant, dans la majorité des cas, l'expérience primait.


Là on ajoute la dimension féministe complètement hypocrite de la part des studios, c'est surtout cette dimension là que je soulevais.

Dirty_Flichty 06/09/2020 13:24:00

Sinon je signale quand même qu'une grande partie des cinéastes anglo-saxons (entre autres) des années 60 à aujourd'hui ont fait leurs armes à la télévision. C'est au contraire le terrain parfait pour apprendre le métier.

Westen 06/09/2020 15:11:29

Ce que je reproche c'est surtout le choix de real tv sans expérience cinéma qu'on place directement sur une grosse production donc une machine avec des enjeux de taille justement, ça n'a aucun sens (le truc bien casse gueule).
Ceci dit je suis d'accord avec toi que des cinéastes indé peuvent se faire broyer par la machine hollywoodienne comme ça l'a été pour des cas comme José Padilha mais eux au moins ont fait leur armes dans le cinéma avant ça c'est la où je voulais en venir, c'est bien plus pertinent que des reals tv qui débarquent de nulle part.

Je ne dis pas que la télévision ne peut pas être un bon terrain pour ses premiers pas, même un Verhoeven et un Tsui Hark sont passés par la dans leur jeunesse.
A mon sens la télé c'est - autant qu'un court-métrage - parfait pour s'amuser notamment en expérimentant mais rare sont ceux qui le font j'ai l'impression surtout aujourd'hui, beaucoup se cantonnent à être de simples techniciens au service des scénaristes et showrunner le tout sous des contraintes de temps et un cahier des charges, certes ce qui est le propre des séries télé (qui est plus un art du dialogue) c'est une autre manière de travailler.
Mais je trouve idiot de leur faire leur premières armes au cinéma par du blockbuster, je ne vois rien de pire que ça, la télé c'est bien pour les bases mais il y a tout un monde d'écart entre ces deux arts.
Pour reprendre mes exemples regarde Alan Taylor est pourtant un type avec un cv loin d'être dégueulasse dans le milieu tv (un vétéran de HBO) ainsi que les Russo mais une fois dans l'autre media ils abordent ça comme un énième épisode de série télé donc on se retrouve avec du néant cinématographique, même pas capable non plus d’iconiser leurs personnages, rien à sauver intrinsèquement parlant.

Petite parenthèse: Et encore c'est un peu paradoxal sur le cas des Russo, les types sont capables de réfléchir à leur cadre notamment comment être drôle sur une série comme Arrested Development donc un peu de réflexion cinématographique tandis qu'au cinéma il n'y a rien, mais je pense que la seule réponse cohérente ce sont des types trop dépendant (de la qualité) du staff derrière.

>Là on ajoute la dimension féministe complètement hypocrite de la part des studios, c'est surtout cette dimension là que je soulevais.


Cette manie du choix selon le sexe de l’individu voir aussi de son ethnie parfois ? j'ai toujours trouvé ça idiot et ringard, que ce soit des studios comme Disney voir Marvel Studios mais aussi la Warner qui s'y met malheureusement depuis quelques temps.

Westen 06/09/2020 15:30:44

>Passer d'un budget modeste de film centré avant tout les relations entre les personnes à des prods à 150M avec toute l'infrastructure et la gestion d'effets spéciaux que ça implique, je vois pas trop ce que ça a de pertinent, à part broyer les réalisateurs/trices.


D'ailleurs j'ai une question pour toi Dirty, tu trouves que les cinéastes indé ce n'est pas mieux alors soit mais dans ce cas qui choisir ? faut bien qu'ils viennent de quelque-part et il faut un début à tout.

Pourtant même un Rian Johnson vient de l'indé dont tu as visiblement été convaincu de son SW.


Exit des reals tv et des cinéastes indé, il reste quoi ? j'ai l'impression à une impasse.