A Gentle Breeze in the Village

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Shanghai 27/06/2014 00:57:48
Waho J'ai beaucoup aimé, merci de me l'avoir recommandé !
J'aime vraiment cette ambiance très tranquille dans ce village un peu à l'écart des grosses métropoles. L'école et ses sept élèves est un peu à l'image du village d'ailleurs, tout le monde se connaît et les relations sont toutes plus ou moins liées. Et justement une des forces du film c'est de se concentrer sur les relations entres nos personnages et surtout entre Osawa et Soyo. J'avais peur à un moment que le film ne s'attache trop à l'histoire des parents d'Osawa et prenne une tournure dramatique qui aurait juré avec l'atmosphère du film. Mais non c'est intelligemment fait et donc ça ne s'encombre pas de ça. Le seul moment où j'ai un peu décroché c'est le voyage à Tokyo, pour la simple raison qu'on n'est plus dans la tranquillité du village. Ca me rappelle Yellow Elephant tiens, même si les raisons sont un peu différentes.
Comme pour Linda Linda Linda il y a un coté assez nostalgique, ça parle de la fin d'une période où on était heureux sans trop savoir savoir ce qui attend. C'est toujours un thème qui me plaît particulièrement et j'ai tendance à ressortir du film avec une pointe de mélancolie, mais ça veut dire que le film arrive à me toucher donc c'est plutôt un bon point ! D'ailleurs le tout dernier plan est vraiment génial !

Et sinon dans la scène où les filles sont dans le centre commercial pour acheter des chocolats de Saint Valentin on entend une "remix" d'une musique qu'il y a dans Waterboys (celle-là, qui est déjà une reprise d'ailleurs mais que je préfère à l'original), je l'ai écouté en boucle après avoir vu ce dernier et la réentendre m'a fait plaisir. :hap:
Shanghai 27/06/2014 00:59:24
*j'ai vraiment aimé

Pourquoi je me relis jamais ? :snif2:
EIN 19/09/2019 23:29:37
Typiquement le genre de petit film que j'adore.
C'est un peu comme 15th spring mais en "beaucoup" plus léger.
Il n'y a pas vraiment d'intrigue dans celui-ci, on nous présente (l'actrice principale le fait en voix off) ce petit village où l'enseignement ne va pas plus loin que le collège (qui est regroupé avec la primaire) qui compte un total de 7 élèves.
Encore plus que dans le précédent film cité l'ambiance est encore plus enivrante, il y a vraiment un espèce de détachement général qui étonne au premier coup : il y a des petits conflits, de la tristesse, un regard porté dans une petite rue qu'on aurait préféré éviter de faire, des choix qui nous déçoivent et pourtant les personnages finissent par passer à autre chose ou prendre du recul et se dire "bon tant pis on y va on ressayera au bon moment" , il n'y a vraiment aucune tension dans ce film, aucune décision véritablement importante à prendre, on se laisse juste porter par se quotidien extrêmement banal où il se passe tout et rien à la fois.
Il y a toujours cette thématique traité de manière très pudique encore une fois du déracinement, de l'école à choisir pour l'année suivante, des choses à laissées derrière soit, c'est très nostalgique, mélancolique mais on en ressort avec plein de plénitude.
Nobuhiro Yamashita est vraiment quelqu'un de talentueux, on a toujours (ce qui m'avait bien marqué dans Linda linda linda) ses travelling de toute beauté : mention à celui qui quitte Soyo (l'actrice principale) sortant de la classe encore à l'obscurité du matin et cette caméra qui se balade tranquillement vers la fenêtre pendant que les premiers rayons du soleil se pointent et les premières pétales de roses qui entrent dans la pièce, juste whouaaa...
Les couleurs sont chaudes, les scènes magnifiquement cadrées et bien que les musiques soient très discrètes sont utilisées d'une façon très planante : souvent déconnectés des sons environnants pour se concentrer sur une ambiance bien précise, le gémissement des collines par exemple...

Un dernier mot sur l'actrice Kaho ( et son nom?) qui est juste magnifique, ce n'est pas mais alors pas du tout un canon de beauté, on l'appelle même "le raton laveur" mais son expressivité, ses gestes la rendent tellement mignonne, elle est étourdie, maladroite, gaffeuse, et pourtant plein d'amour pour les personnes qui l'entourent et faut la voir à Tokyo où elle se réveille la tête dans le cul, où elle tire une tronche pas possible de voir son mec se comporter comme un gamin, ça la rend vraiment attachante.

C'était un film tout mignon comme je les adore, je surnote sans doute comme beaucoup d'oeuvre de ce style mais c'est vraiment un genre que j'adore chez les réalisateurs japonais, j'en redemande encore et encore!
Emaxz 26/07/2020 12:20:25

Ah c'est vraiment le genre de feel good movie à la Japonaise que j'adore ! Je suis tombé amoureux de ce genre de film avec Notre petite soeur de Koreeda.


J'ai pas grand chose à ajouter de plus de ce qu'ont dit Ein et Shanghai, le film est très solaire, nous baigne dans l'insouciance et la vie paisible d'une bande de gamin dans la campagne japonaise, loin du tumulte bordélique de Tokyo.

Le sujet du déracinement est est vraiment bien traité, et faut avouer qu'il m'a été facile de m'identifier à eux, j'ai eu la même expérience en passant une partie de ma scolarité dans une toute petite école de campagne dans laquelle nous étions très peu nombreux. Forcément on s'y attache beaucoup et ça a pas été facile d'en partir. Alors pour Soyo qui y est restée de la maternelle jusqu'à la fin du collège, c'est comme une deuxième maison.


Comme pour les films de Koreeda et Iwai, c'est le genre de films qui te font tomber amoureux de leurs villes petites/moyennes et qui donnent envie de visiter la campagne japonaise. J'avoue que les films situés à Tokyo me touchent personnellement beaucoup moins.

EIN 27/07/2020 23:54:59

Copain du même genre de film préféré :coeur: 


Trop d'accord pour l'attachement aux petites villes (dans le même genre essaye de voir Wood Job, tu as tout autant envie d'y vivre!) et des personnes qui y sont domiciliés surtout! 

Franchement moi ce genre de plan ça me donne un putain de sourire alors que c'est tout con https://image.noelshack.com/fichiers/2020/31/1/1595885643-vlcsnap-2020-07-27-23h33m18s897.png quoi, c'est juste un gamin qui enfile pour la première fois l'uniforme mais la réaction du père et du grand père est tellement communicative :hap:


C'est un peu mélancolique comme film, d'une certaine façon on a tous d'une façon ou d'une autre du quitter un lieu/établissement qui nous a été cher et où l'on avait notre train-train quotidien, j'ai tendance à idéaliser ma période de primaire où tout me semblait tellement à porté de main, tout semblait tellement merveilleux, même le moindre petit détail et ça N.Yamashita  a su le transmettre au travers sa caméra, c'est vraiment euphorique malgré tout je trouve de se replonger dans cette période. Et puis tu as la petite scène durant le générique qui fait durer un petit peu le plaisir, c'est tellement plaisant comme moment.

Message édité