Waterloo Bridge

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
15/10/2014 01:18:02
Comme pas mal de gens j'ai probablement vu le très bon remake de Mervyn Leroy avec Robert Taylor et Vivian Leigh avant de voir celui-ci. D'emblée, le bon point qui surprend est le caractère plutôt différent des deux films. Là où la version de Leroy était beaucoup plus engagée dans le registre mélo-dramatique et beaucoup plus hollywoodianisée, cette version (d'ailleurs produite par Carl Lammle) s'ancre dans un registre bien plus réaliste, sobre et surtout pré-code Hays. Un indice est d'ailleurs donné assez rapidement lorsque l'on peut distinguer sans mal la poitrine de la ravissante Mae Clarke.

A la manière de Dracula, et ça n'est peut-être pas anodin puisque les deux films sont produits par Laemmle (pour lequel Whale a aussi tourné ses Frankenstein, décidément tout est connecté), Waterloo Bridge est d'une étonnante sobriété à travers son absence de musique. L'univers est plus direct, terre-à-terre et surtout sale. Le poupin mais enthousiasmant Kent Douglass nous rappelle à quel point la guerre était faite par des gamins, trop pleins de vie pour pouvoir se permettre de passer à côté du grand amour. Autrement dit, l'opposé exact du très "flynnesque" Robert Taylor. En parallèle, on aborde assez directement la thématique de la prostitution.

L'intensité dramatique de Waterloo Bridge est quelque part encore plus forte et authentique que dans le remake, qui était peut-être davantage "beau" dans un sens noble et hollywoodien de la bonne époque, comme en témoignait la très belle valse d'adieux. Ici la caméra de Whale épure le superflu, tout en conservant de superbes relations entre les personnages, notamment grâce à plusieurs seconds rôles très savoureux. Le dénouement, peut-être expédié, a quand même le mérite de clouer le bec.
22/09/2019 13:06:11
Comment t'as réussi à le voir ? Je ne le trouve ni en DVD ni en téléchargement :snif2:
22/09/2019 13:08:34
Il est sur KG.