Goodbye South, Goodbye

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
harmonia 25/11/2013 10:43:44
@972mumblecore Je n'avais pas vu ta note ! J'aimerais assez lire ton ressenti :)
-SlaCker- 28/11/2013 23:04:45
Rapidement je te dirais juste que le film possède ma séquence préféré de l'histoire du cinéma (critique à venir...) :bave:
-SlaCker- 28/12/2013 12:14:35
@Waho merci pour cette magnifique galerie
Waho 28/12/2013 12:24:55
Hou Hsiao Hsien continue son évolution avec un film qui préfigure déjà Millennium Mambo qui sortira quelques années plus tard. Déjà, fini la fibre nostalgique et autobiographique de ses films précédents, Goodbye South Goodbye se passe dans le présent et ça se voit. La ville ressemble à un bourbier dans lequel les trois personnages peinent à s'extirper. Ils tentent de s'enrichir en passant par des petite escroqueries qui ne se terminent jamais bien, ils vivent dans un appartement minuscules, ils sont constamment au téléphone, plus seuls que jamais dans une ville complètement aliénante. Mais la force d'Hou Hsiao Hsien, c'est de ne jamais tomber dans le pathos, et le film n'est pas vraiment un appel à l'aide ni un portrait cynique de l'urbanisation et de la solitude des grandes villes. Les personnages sont attachants, parce qu'avant tout ils ont des rêves, rêves d'Amérique pour l'une, rêve d'ouvrir un restaurant à Shanghai pour l'autre. Tous ces rêves d'ailleurs, commencent par ce besoin de s'extirper de cette situation et de cette ville.

Et la bouffée d'air frais va finir par arriver. C'était le Japon enneigé dans Millennium Mambo, c'est ici le sud de Taiwan, dans les montagnes. Et après vérifications, il s'agit bien du même endroit filmé pour Dust in the Wind, sauf qu'ici c'est le schéma inverse (dans Dust in the Wind la jeunesse quittait cet endroit pour la ville, ici on y revient pour s'échapper un peu). La campagne est d'ailleurs un vrai paradis dans le cinéma d'Hou Hsiao Hsien, rempli de symbole heureux que l'on retrouve dans toute sa filmographie : les rails, la gare, un train qui passe au loin dans une montagne, et surtout cette virée magnifique en moto, très paisible et réconfortante après une heure enfermée à étouffer dans la ville (et là encore ça préfigure Millennium Mambo et ses virées en voiture, où Shu Qi peut un peu se lâcher).

Mais cette séquence est belle surtout parce qu'elle est éphémère, on ne dit pas au revoir à Taipei si facilement, et bientôt les personnages seront aspirés à nouveau dans la spirale d'urbanisation, de petite combines et de solitude. Il y a quelque chose d'évident dans le cinéma d'Hou Hsiao Hsien, c'est facile d'aimer ses films (pour peu qu'on accroche au style) parce qu'ils sont sans surprises, toujours cohérents et se répondent d'un film à l'autre. C'est vraiment un plaisir de se plonger une bonne fois pour toute dans sa filmographie !
Waho 28/12/2013 12:29:26
972mumblecore > De rien ! Du coup c'est laquelle ta séquence préférée dont tu parlais plus haut ?
-SlaCker- 28/12/2013 14:01:39
Le plan séquence de la ballade en moto, ainsi qu'une autre demi douzaine de plan long magnifique. Ce film de plus de 2h est long & lent, il m'est arrivée de m'ennuyer en le visionant mais il reste l'un des film qui ma le plus marqué est auquel je pense le plus souvent avec stranger than paradise.

@Waho je ne sais pas si c'est le lieux de tournage qui est magique Dust in the Wind est mon film préféré de HHH sortie dans les années 80's.

PS: il me semble que le documentaire de la cinéaste de notre temps d'Olivier assayas sur HHH à été tourné dans la même ville [lien]http://www.cinelounge.org/?page=film&num=49173[/lien]
harmonia 03/03/2014 10:25:21
Seulement 7 notes pour ce chef d'oeuvre !
Shanghai 07/08/2014 19:34:04
Pourquoi le film que j'ai vu faisait 1h47 alors qu'il y a indiqué partout qu'il dure 2h04 ? En plus les sous-titres français que j'avais trouvé correspondaient avec ma version. Putain je suis dégoûté, l'émerveillement qui fait place à la frustration d'avoir vu un film incomplet.
Bardamu 28/02/2016 21:45:10
La séquence en scoot et moto relève de la pure hypnose. Je vais découvrir petit à petit ce réalisateur.