The Discarnates IMDb

Ijin-tachi to no natsu
Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
EIN 05/05/2020 18:37:45

Obayashi cinéaste nostalgique et mélancolique qui chérit ces précieux moments où tout paraissait tellement simple et sans contrainte, un temps idyllique que va revivre Harada (à priori en plein festival O'Bon si j'ai bien lu les sous titres) sur le chemin d'Asakusa et qui va tomber nez à nez durant une pièce de théâtre devant l'image de son père décédé 30 ans plus tôt.

Harada scénariste à succès mais noircie intérieurement par des échecs affectifs à l'image d'un Tokyo Argenté et sinistrement bleuté, consommant d'étranges relations sexuelles avec une mystérieuse femme en pleine nuit qui refuse de montrer sa poitrine, dans un bâtiment vidé de ses habitants. 


Ce film est merveilleux dans ces moments en plein Asakusa où l'on retombe dans un Tokyo d'après-guerre avec ses petites ruelles, ses commerçants traditionnelles et cette petite demeure rustique et chaleureuse où les rayons de soleil dorée illuminent le visage de cette petite famille qui se retrouve pour rattraper le temps perdu sous le sifflement des cigales. 

Bien entendu se noyer dans de telles souvenirs n'est pas sans conséquence et comme d'habitude les personnages chez Obayashi doivent apprendre à vivre malgré le poids des regrets.


C'est un des plus beaux Obayashi, esthétiquement le film est sublime, c'est juste dingue de ramener un Tokyo aussi chaud et affectueux en plein milieu d'un environnement aussi froid.

Message édité