Le Château ambulant IMDb

Hauru no ugoku shiro
Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
DarkToonLink 21/11/2011 12:47:05
Merci pour les screens, mais t'aurais pu les réduire quand même. :hap:

Faudrait supprimer ceux qui sont au mauvais format ou ayant des bandes noires du coup. :o))
Waho 21/11/2011 12:57:09
Bah étant donné qu'ils se redimensionnent automatiquement, je me donne plus cette peine. :hap:
blazcowicz 30/07/2012 16:01:54
Oh putain mais qui a ajouté les doublages anglais sérieux ? ...
Yayap 07/02/2021 16:48:27

Comme pour Porco Rosso, je sentais qu'il y avait une matière ici que je n'avais pas encore bien saisie. 


En fait je crois que j'ai toujours été un peu gêné par le côté fourre-tout narratif du film, ne priorise pas vraiment la clarté de son intrigue ou de ses enjeux, tout semble toujours un peu sortir de nulle part. Mais ici j'arrive à mieux l'apprécier, davantage comme un Voyage de Chihiro où je me laisse avant tout porter par la générosité du film : Miyazaki nous balance un peu tout ce qu'il veut, des personnages, des images, des sensations, le tout dans un torrent animé d'une richesse folle. Il faut accepter de se laisser balader, comme dans un rêve. 


C'est son film le plus extrême par bien des aspects (pas pour rien qu'après cette logique du "toujours" plus, il soit revenu à quelque chose de plus épuré sur ses deux suivants). D'ailleurs j'aime beaucoup comme il oppose sans cesse des images de beauté et de laideur : l'horreur de la guerre contre la luxuriance ostentatoire du palais royal, l'aspect monstrueux du château qui devient un foyer chaleureux une fois à l'intérieur (la scène où Sophie arrive dedans et s'endort face au feu est tellement apaisante :coeur: )... Et tout cela fait bien entendu écho au parcours des deux personnages principaux et à leurs transformations physique, puisque tout le film parle d'apparences, d'amour-propre et d'ouverture à l'autre. 


Et alors que c'était l'un des Miyazaki que j'appréciais le moins, j'en suis arrivé à un point où je serais prêt à le revoir n'importe quand, pour revoir ces personnages, revivre dans ce château, me faire bercer par cette musique...