Hamac paraguayen

Galerie Hamac paraguayen
Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
tadanobu 26/05/2011 04:31:50
Minimus et moi devons le voir aussi :ok:
marcosocho 22/05/2013 21:26:18
Vous en mettez du temps :hap:

Merci à Hawai d'avoir mis ce film dans sa liste de festival ce qui a attiré mon attention. Le film est magnifique. J'ai été totalement envouté. Le film n'est bien pas magnifique par ses images, de très longs plans fixes d'une maison et de ses alentours dans la jungle. Mais ces images participent au film en nous montrant des personnages seuls comme abandonnés. Le film arrive à raconter 2 choses différentes et complémentaires à travers son image et son son. Cela donne aux personnages une touche extraordinaire d'humanité. J'ai été ému avec ces personnages. Cette heure et quart est passée avec eux comme en temps réel, c'est le spectateur qui vit les scènes évoquées par les sons.
Ce terrible sentiment de tristesse, d'un certain dégout de la vie mais un dégout doux, ce film m'a fait ressentir des choses uniques.
Peu de moyens mais un résultat extraordinaire!
Hawai 23/05/2013 14:52:57
Simple et touchant :)
mos3n 14/09/2014 20:00:03
Dur ta note Minimus ...tu n'as visiblement pas trop adhéré au dispositif ?..
Minimus 14/09/2014 20:48:09
A une époque où j'étais à fond du côté obscur de la cinéphilie à voir beaucoup d'expérimental et de contemplatif, ce film m'aurait davantage plu, maintenant c'est moins mon truc. J'ai quand même été (un peu) touché dans les 20 dernières minutes.
kaelin 20/04/2015 19:04:28
On se croirait dans une pièce tragique classique: unité de temps, de lieu (ou presque), l'action se résumant à l'attente du retour du fils, entre espoir et résignation. C'est une mise en scène assez bouleversante de la condition humaine: les lieux sont investis par les réminiscences des instants douloureux, la parole se fond dans les sons végétaux et les aboiements funèbres de la chienne. Même s'il faut avouer qu'on s'ennuie quelque peu (les conversations météorologiques filent une métaphore trop appuyée), on est avant tout fasciné par le dispositif et le propos.