La première balle tue IMDb

The Fastest Gun Alive
Galerie La première balle tue
Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Lt-Schaffer 26/09/2014 16:45:07
Je n'aurais de cesse de le répéter mais ce qui est formidable avec le western classique, c'est que la plupart du temps, chacun est unique, aucun ne se ressemble réellement. Il y a toujours une promesse intéressante qui se traduit bien souvent dans un titre qui donne déjà le ton, et ici ça ne manque pas évidemment.

La Première balle tue est un western court et sec, comme on les aime. On y retrouve cette superbe thématique de la fin des héros, montrés sous un jour humain et faible, d'ailleurs je pense quelque part le film hérite pas mal du Train Sifflera trois fois. Encore une fois, Glenn Ford prouve qu'il était un acteur formidable dans ces scènes où il pète des plombs en cherchant à vivre une nouvelle vie alors qu'il n'a même pas encore vraiment enterré son ancienne, celle de fastest gun alive évidemment. Mais tout est finement écrit, l'enjeu dramatique avec sa femme et la ville est soigné et c'est terrible de voir un tel personnage dans cette position, alors défié par un quelconque meurtrier qui ne demande qu'à savoir qui a la plus grosse.

Je pense ne pas spoiler en disant qu'il y a évidemment un duel final, mais encore une fois, il ne ressemble à aucun autre, en étant de plus porté par un sens du cadre génial.

Encore une petite perle dénichée dans les westerns peu connus !
Saturne 27/12/2019 17:53:07
Un petit western limpide et en même temps plutôt original qui raconte beaucoup plus de vérités à propos de l’homme, de la femme et de leur relation que n’importe quel interminable débat à la mode d’aujourd’hui. Ici, l’homme est tiraillé entre son instinct de mâle dont découle son désir de se mesurer aux autres hommes afin de (se) prouver être à la hauteur du patriarche et la tentation du confort incarnée par l’idée de « se ranger ». La femme, elle, est partagée entre son instinct maternel lui intimant de confiner le futur père de ses enfants bien au chaud et bien près d’elle et le plaisir non avoué qu’elle éprouve à observer les exploits virils de son homme à elle. En gros, le film s’intéresse à cette tension qui existe entre l’instinct animal et les conventions sociales… Donc c’est intéressant. En outre, Broderick Crawford incarne un bad guy ô combien charismatique et à deux doigts d’être touchant malgré lui et le film comprend une interlude musicale totalement sortie de dernière les fagots mais néanmoins très réjouissante et pleine de charmes.

Une bien bonne surprise en tout cas.
Jauja 28/12/2019 04:53:23
Saturne a écrit :En outre, Broderick Crawford incarne un bad guy ô combien charismatique et à deux doigts d’être touchant malgré lui et le film comprend une interlude musicale totalement sortie de dernière les fagots mais néanmoins très réjouissante et pleine de charmes.


Tout à fait d'accord ! Je suppose que tu parles du moment où lui et ses acolytes attendent George au saloon ? Et d'ailleurs un des deux autres est assez touchant aussi, enfin toute la scène avec le gamin... En fait je trouve que les "méchants" sont pas aussi caricaturaux que dans certains films, ici ils sont humains et peuvent être touchants à leur manière, tout en étant des tueurs de sang froid. Comme par exemple le moment où Vinnie tue ce gars à la banque et comme dit un des témoins "pour aucune raison".

En tout cas clairement, dans toute la sélection je ne m'attendais pas à aimer autant ce film, il ne m'inspirait pas grand chose donc pareil très bonne surprise !