First Mission

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Ein 04/11/2012 17:35:17
Ouais le film est étonnant , Sammo préférant privilégier l'état psychologique de ses personnages et la condition d'handicapé mental de Do Do par rapport à la société Hong-kongaise , refusant toute différence et profitant de sa faiblesse .
Jackie Chan interprétant un frère égoïste , de part la trop lourde responsabilité que représente son frère .
Non toute la partie drame social est plutôt bien traité .

Mais bizarrement le mélange des genres m'a pas mal perturbé .
Le rythme est assez chelou aussi .
Dans ses films précédents , ça ne m'a posé aucun problème , au contraire , c'est pour ça que j'adore ce réalisateur , mais ici , j'ai trouvé que ce n'était pas dutout harmonieux , je ne saurais pas dire pourquoi ...
Le film m'a pas mal ennuyé en fait , en grande partie à cause de la VF je pense .

Un bon petit film , mais le Sammo Hung que j'aime le moins
Zering 31/07/2013 00:01:41
PUTAIN, qu'est-ce que c'est que cette merde?
Jackie, Sammo, si vous me lisez, il s'est passé quoi la?
Zering 05/08/2013 04:17:59
Sammo Hung et Jackie Chan s'attèlent à un film étrange de plus : un flic égoïste tente d'aider son frère mentalement handicapé lorsque celui-ci se retrouve impliquer à son insu dans une affaire criminelle... Pourquoi pas?

Parce que ça a donné First Mission.

Le problème, ici, c'est qu'on a affaire à un film prétendant au rang de drame social mais qui s'embourbe inévitablement dans un ridicule sans nom. L'aspect dramatique est extrêmement mal traité, et les scènes supposées être émouvantes et difficiles sont au mieux hilarantes, au pire véritablement embarrassantes. Si vous croyiez avoir vu des nanars, vous n'avez de toute évidence pas vu Sammo Hung courir partout en hurlant "Je suis Superman! Hop! J'ai atterri!" comme c'est le cas dans ce First Mission.
Comme si cela ne suffisait pas, Sammo et Jackie Chan sont aussi incapables l'un que l'autre d'insuffler une tonalité dramatique à leurs performances. Pire encore, leurs tics humouristiques habituels reviennent inévitablement à la charge, ce qui sème un doute majeur : le ridicule mentionné plus haut est-il volontaire ou non? Peu importe en soi, le tout n'aide pas le sujet, et si de toute évidence, Sammo Hung à des choses importantes à dire, le message ne passe pas parce que le film à perdu toute forme de crédibilité avant même d'avoir commencé à le transmettre.
En même temps, si l'interprétation de Sammo Hung dans le rôle du frère handicapé est ridicule et n'aide pas le message, ce n'est également pas le cas de cette horrible scène de fusillade au début du film où la musique dégueulasse et les survêtements jaunes tous pourris des personnages finiront, au bout de deux minutes, de vous achever à la fois les oreilles et les rétines.
Si encore Sammo avait abordé l'aspect dramatique via la comédie comme il l'a fait dans Prodigal Son, le tout serait passé tranquillement, mais on sent un sérieux dans ce film, une réelle volonté de changer de démarche... Les intentions sont bonnes, et l'échec est assez déprimant, mais ce serait excusable si ce n'était que maladresse... Non. First Mission va bien au-delà de ça : c'est une bouse qui pue. Une bouse assez sympathique, certes, mais une bouse quand même.
Du coup, le drame social vire d'un coup en film de gangsters avec de l'action et des arts martiaux grâce à une péripétie narrative absolument ridicule, et sans qu'on comprenne trop pourquoi, on se retrouve embarqué dans une heure et demi de film ou tout le monde semble prendre un malin plaisir à taper un handicapé mental au travers de bastons et de courses poursuites en voiture à peine dignes d'un épisode de Derrick.
Car c'est bien là le pire de tout : Sammo Hung, qui a pourtant révélé pouvoir être un véritable génie formel avec des chefs d'oeuvres comme Pedicab Driver, Prodigal Son ou L'exorciste chinois, signe ici une ?uvre dont la laideur n'a d'égal que le manque total de rythme. Les chorégraphies sont bâclées, mal mises en images, les scènes d'action manquent de rythme et s'intègrent très mal à la logique interne du récit... Bref, rien ne va, d'autant plus que ça fait oublier la démarche initiale : passer à autre chose, innover un peu... Inévitablement, Sammo revient à ce qu'il sait faire de mieux : la baston, sauf qu'ici, c'est très mal fait, et en plus c'est chiant.
On rajoutera également qu'il aurait été préférable de laisser les sourcils de Lam Ching-Ying dans Mister Vampire et que la musique de Man Yee Lam fait très mal aux oreilles.