Intolérance

Mon CL
  • Connectez-vous
Outils
  • Connectez-vous
Gestion
  • Connectez-vous
Commentaires
Lewul 20/12/2009 06:06:16
J/me vois mal noter ce film, faut replacer ça dans un contexte, et j/ai eu le courage de le regarder entièrement et faut avouer que c/était assez pénible... Tout comme Naissance d/une Nation, j/me demande encore comment j/ai fait.
Sasory 14/05/2011 17:14:07
Je n'avais pas une super copie, et a certain moment la musique ne collais pas avec l'action, soit beethoven c'est jolie, mais ca ne collé pas avec le reste, dommage.
Mais punaise tourné des scènes de batailles comme celle ce passant a Babylone (ou celle a la toute fin sur la guerre (peut être la première, je ne sais pas) et des plans d'ensemble de babylone, avec autant de figurant, en 1915 c'est juste impressionnante, vraiment superbe a ce niveau la.
Par contre, le message et beau et sincère, mais comme le message raciste de naissance d'une nation, je le trouve un peu trop enfantin, pas que la fin soit ridicule, mais des fleurs partout etc... ca fait Hippie et un peu enfantin.
N'en reste pas moins une longue fresque vraiment intéressante et parfois très épique et exceptionnel pour 1915, le premier blockbuster :hap:
Sasory 14/05/2011 17:15:23
1916* , j'étais sur qu'il était sortie en 1915
Nel 25/07/2011 15:53:54
Je viens de me procurer ce film, j'ai la version qui était passé sur Arte HD :o))


[lien]http://hapshack.com/images/vlcsnabpb.png[/lien]
974_LeRetour 26/07/2011 02:50:35
L'image :bave:
Nel 26/07/2011 05:14:30
Je pourrais faire des screens après l'avoir vu mais il y aura le logo de Arte :hap:
Fuz 26/07/2011 05:33:16
C'est toujours mieux que rien :hap:

Un petit coup sur Paint pour supprimer le logo sinon.
Goldi 19/06/2012 16:16:52
Que c'est long :ouch:
stevenn33 14/06/2013 12:32:00
Long sur 4 histoires inégalement réparties. Par contre ça reste impressionnant, mais je trouve le montage assez hasardeux, on passe à telle histoire sans véritable transition. Et puis, l'intolérance, l'intolérance... le nombre de fois ou ce mot est répété... le message du film et ses moments d'intolérance restent facile, ça s'en rapproche un peu mais c'est pas encore du niveau de Von Trier ( ^^ ).
Cela dit, j'ai beaucoup aimé le rythme qui s'accélère pour la dernière partie ou chaque histoire est à son point critique. Aussi comme l'a précisé Sasory, la bataille de Babylone est marquante pour l'époque ( d'ailleurs je me demande si Jackson n'a pas été légèrement influencé par ceci quand il a réalisé LOTR ).
Et puis il y a la beauté des films muets, ces visages, ce silence, tant d'émotions. Mais je n'ai pas été touché plus que cela. Bref ce fut un visionnage finalement moins agréable que Naissance d'une Nation.
Yayap 25/01/2021 00:16:44

Contrairement à Naissance d’une nation qui malgré ses aspects stupéfiants m’avait un peu laissé sur la touche, ici j’ai vraiment été transporté par le projet. 


Griffith repart de tout ce qu’il avait accompli sur son précédent film et démultiplie tout : en jouant 4 époques, il s’offre autant de terrains propices aux tableaux grandioses dont il avait déjà le secret. Difficile d’être insensible face à ces fastueuses reconstitutions, ces décors démesurés remplis de figurants. Je pense ne pas mentir en disant que le film recèle quelques unes des séquences les plus impressionnantes que j’ai pu voir dans un film de ce genre, en particulier la bataille sur les murs de Babylone qui est une petite leçon toujours d’application 100 ans plus tard. Griffith a un génie indéniable pour composer de véritables tableaux qui marquent par leur pure puissance classique, où il juxtapose avec aisance les actions, et verse parfois dans la pure iconographie. 


En termes de dramaturgie, ce n’est pas forcément ce qui me touche le plus. J’ai cependant trouvé plus facile de s’impliquer dans ces 4 récits que dans l’entièreté de Naissance d’une nation à la narration trop éparpillée. Ici on s’y perd un peu au début mais chaque histoire est finalement assez simple dans ses enjeux, surtout que les parallèles sont évidents entre les différents tableaux. On peut trouver ça naïf, pas subtil pour un sou dans la manière dont le message est délivré (tout est dans le titre :hap: ), reste que grand Griffith lie toutes ses histoires autour d’une tension dramatique commune par le seul biais du montage, ça a son petit effet et je n’ai pu m’empêcher d’être complètement sidéré par ce long climax. On pourrait également reprocher cette répartition inégale entre les segments, même si ça me semble en somme relativement logique de se concentrer principalement sur le présent (l’histoire la plus importante car porteuse du message d’espoir du film) et Babylone qui est tout simplement le segment le plus démesuré, le plus impressionnant, je comprends le besoin d’exploiter cette fastuosité jusqu’à la moelle. 


Une belle petite leçon de cinéma.