La Nuit

Scènes que j'aime bien par Garrincha


DateVousGarrinchaMoy.TitreNotesGuides
195488.21 L'intendant Sanshô

Anju s'enfonçant dans l'eau, sans bruit et en plan fixe : magic Kenji in da place !

54
196988.14 L'Armée des ombres

Ventura chez le barbier. Ce que j'aime beaucoup, c'est que Reggiani n'en rajoute absolument pas, tout en retenue du début à la fin.

126
19457.58.07 Les Enfants du Paradis

Le carnaval, un classique de chez classiques, mais elle n'en dépote pas moins du feu de dieu.

55
19427.58.03 Casablanca

Bien plus que de le voir, c'est d'entendre la voix de Bogart dire son "Here's looking at you, kid" qui me fait frissonner.

224
197488.01 Une femme sous influence

Dans la deuxième partie, quand Peter Falk dit à Gena Rowlands dans le couloir "I'm with you. There's nothing you can do wrong. Just be yourself !" Rien que d'y penser, ma gorge se noue.

49
195288 Le Plaisir

Le "merci" de Darrieux à Gabin, le plus beau jamais prononcé dans le cinéma français.

53
19807.57.97 Shining

Danny poursuivi par son père dans le labyrinthe : la quintessence de la terreur la vraie, celle qui fait flipper bien après la séance, et pendant longtemps.

522
194287.94 Jeux dangereux

Hitler chez Carole Lombard, y avait que Lubitsch pour le faire.

85
193187.91 Les Lumières de la ville

La dernière scène, forcément ; peut-être la plus belle du cinéma.

97
195587.88 Beau fixe sur New York

Les trois soldats dansant dans les rues de New York pour finir là où leur soirée avait commencé.. Ma scène préférée du tandem Donen/Kelly.

4
199087.87 Trust me

Quand Martin Donovan et Edie Falco se rencontrent dans le bar : dialogues ciselés, imprévisibles et à la géométrie incertaine... Hartley dialoguiste, quand il est en forme, c'est irrésistible.

35
19677.57.81 Le Lauréat

La dernière scène, forcément (bis) : difficile de faire plus succinct et juste à la fois quant à la représentation sans ambage de l'amour.

121
193287.75 Freaks, la monstrueuse parade

"One of us ! One of us !" Synthèse de l'humanité pour moi.

161
19926.57.72 Twin Peaks: Fire Walk with Me

"Welcome to Canada" : Lynch, le seul réalisateur capable de me faire rire et frissonner en même temps.

80
20067.57.71 Les fils de l'homme

Le temps qui se suspend au cri d'un nourrisson, ou quand la frange la plus moderniste du cinéma contemporain rencontre la pyrotechnie hollywoodienne.

316
194487.68 Laura

L'apparition de Gene Tierney : idée assez élémentaire, mais génialissime.

80
198887.67 Mon voisin Totoro

Totoro et le parapluie : un bonheur simple, pour lui mais surtout pour nous.

129
20126.57.65 Django Unchained

Quand Tarantino nous explique que, même pour l'une des plus sinistres organisations de la civilization occidentale, le plus dur, ça reste quand même les débuts..

187
19758.57.64 Nashville

La sérénade de Keith Carradine dans le bar ; le temps de cette scène, Lily Tomlin est la plus grande actrice du monde.

18
195887.63 Fleurs d'équinoxe

La mère de la famille qui marche à petits pas vifs dans la maison.. Il faut un peu être fan d'Ozu pour comprendre à quel point c'est une scène magnifique.

26
19947.57.6 Vive l'amour

C'est beau quand même, une fille qui pleure (au cinéma hein)..

29
19257.57.58 La Ruée vers l'or

Chaplin arrivant dans le saloon, se tenant seul devant la foule dansante.

78
201087.54 The Social Network

Ma séquence d'ouverture préférée of all time, ou la Sorkin touch dans toute sa superbe.

175
20017.57.52 La Famille Tenenbaum

Margot Tenenbaum qui marche au ralenti sur fond de Nico. Gratuit mais puant la classe.

115
199187.5 Les enfants de la nature

Lorsque nos deux runaways du troisième âge retourne sur leur terre natale, et qu'images du passé et du présent s'entremêlent... Une des plus belles mises en image du concept de "paradis perdu".

9
200567.5 The Puffy Chair

Pas tant la scène de mariage, très belle en soit, mais plus celle qui vient juste après, quand le garçon d'honneur, à peine la cérémonie finie, balance à sa fiancée encore très émue que tout ça, c'est vraiment très fake au fond... Best mumblecore scene ever.

4
196597.47 Pierrot le fou

"Ma ligne de chance", ou Godard nous disant "Bon certes, j'aime bien dynamiter les conventions, mais juste pour le fun, je vais te montrer que j'en ai dans la bouteille".

267
19297.57.44 Chantage

La scène du "Knife!", Hitchcock faisant étalage de tout son génie avec un usage assez démentiel du son, apparu quelques mois à peine auparavant.

8
20087.57.44 Tokyo Sonata

Une des scènes qui ont grandement participé à mon éveil cinéphilique, celle de fin : le Clair de lune de Debussy, la foule de spectateurs qui s'épaissit en silence et ce rideau blanc qui vole au gré des vents.

33
20087.57.44 Wall-E

Un plan très large, lorsque Wall-E est perdu dans l'espace et que Eve part à sa rescousse : alors que Eve part en ligne droite, Wall-E, le robot fan de musicals, avance en zig-zag, par saut et par gambade comme aurait dit Montaigne. C'est pas extraordinaire de subtilité, mais ça reste effarant de beauté ; ou l'art du pas de côté selon Pixar.

158
200487.41 Before Sunset

Si t'as vu le film, tmtc.

52
196887.31 La Party

Quand la girl chante sa chanson, Peter Sellers et son envie pressante. Tous les comiques se sont forcément déjà frottés à cette gestuelle, mais, et c'est là qu'on reconnaît son génie, quand Sellers le fait, on a l'impression que c'est la première fois que l'on voit un homme lutter avec sa vessie de notre vie.

52
20097.57.29 Inglourious Basterds

Séquence d'ouverture préférée terce... Un jour, on étudiera cette scène dans les facs de cinéma du monde entier, tant Tarantino condense une densité théorique prodigieuse sur cet art qu'est le cinéma en l'espace d'à peine quelques minutes.

510
196287.29 Vivre sa vie

A ce jour, je ne sais toujours pas comment interpréter ce regard.

85
195777.25 Elle et lui

Cette idée géniale de laisser le premier baiser entre Cary et Deborah Kerr dans le hors-champ..

20
197377.25 Mean Streets

Avant Mean Streets, Jumpin' Jack Flash n'était pour moi qu'une chanson correcte du répertoire de la bande à Mick ; après, l'une des chansons les plus fabuleuses de l'Histoire du rock. CQFD.

194
20048.57.25 Tropical Malady

Une nouvelle fois, la scène de fin. Je ne me souviens jamais de ce dit le personnage à ce moment-là, mais peu importe, elle me bouleverse terriblement malgré tout.

46
19957.2 Before Sunrise

Céline et Jesse écoutant Kath Bloom chez le disquaire : LA scène que je plagierais allègrement si jamais je devais réaliser un film.

62
20027.57.19 Monstres & Cie

La dernière porte, le regard de Sully et le contre-champ que l'on espère et qui ne viendra pas : Lubitsch, es-tu là?

154
19927.57.18 Les rebelles du Dieu néon

C'est un travelling suivant Lee Kang-Sheng et le jeune homme qui le fascine et auquel il tente désespérément de se lier, mais celui-ci l'envoie finalement balader, et ce de manière assez sèche. Tsai aurait pu décider de stopper le travelling et rester avec son acteur-fétiche, mais au lieu de ça il le laisse seul disparaître dans le plan au loin, choisissant plutôt de suivre l'autre. Je crois que c'est ce plan-là qui m'a irrémédiablement transformer en wannabe cinéphile.

28
20117.57.18 Take Shelter

Un moment très bref durant la scène de dispute entre Shannon et Chastain, quand celle-ci dit "You wanna waste money on a stupid tornado shelter", et cette chute de phrase hallucinante : alors que toutes les actrices du monde auraient modulé leur intonation de voix en un crescendo plan-plan, Jess la magnifique nous fait une brisure tout en délicatesse qui m'a chamboulé pendant tout le reste de la projection. Acte de naissance d'une immense actrice.

126
19387.57.13 La Huitième femme de Barbe Bleue

Edward Everett Horton voulant rentrer dans un asile. Un gag complètement con mais tellement bon, digne d'un Homer Simpson des grands jours.

15
20094.57.07 Visage

Laetitia Casta et ses allumettes. D'un point de vue purement formel, dans les 3-4 scènes les plus cinégéniques que j'ai pu voir de ma vie.

7
19986.57.04 Rushmore

Un ralenti de Wes encore, celui concluant le film, avec les Faces en apparat sonore. Ca m'émeut, les gens qui dansent en slow-motion.

67
200677 Adieu Falkenberg

Une voix-off lisant le passage d'un journal intime d'un jeune homme dépressif, dans lequel il se projette dans un avenir radieux mais plus qu'hypothétique : quelques minutes rendant le spleen de Sofia Coppola soudainement très artificiel.

2
19567.57 Thé et sympathie

Le héros et un de ses camarades décortiquant la meilleure façon de marcher... Ou comment parler d'homosexualité quand le code Hays verrouillait les moeurs hollywoodiennes à double-tour.

6
195187 Un Américain à Paris

Gene Kelly et les enfants français : exemple parfait de ce qui faisait la magie du musical hollywoodien.

30
19627.56.99 Cléo de 5 à 7

La sortie de Cléo dans Paris, (re)découvrant le monde avec les sens en éveil. Ma scène parisienne préférée.

36
20096.96 Watchmen

Le générique réécrivant l'Histoire des Etats-Unis sur The Times They Are A-Changin' de Bobby D.

134
196276.94 Jules et Jim

En elle-même, la scène est pas exceptionnelle, mais Jeanne Moreau qui chante LA chanson, ça suffit amplement.

74
200186.94 Millennium Mambo

Bon okay, ex aequo avec The Social Network...

52
20107.56.92 Les rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch

Lorsqu'une des collégiennes explique avec ses mots adolescents comment elle perçoit son personnage dans Kontakthof. Un des moments qui me fait croire que le documentaire est peut-être le plus beau genre cinématographique qui soit.

13
193986.89 Ninotchka

Les trois soviets et le room service. L'ellipse lubitschienne qui me fait le plus rire de toute sa filmo.

18
20124.56.78 Holy Motors

L'accouplement des créatures de fond vert, qui pouvait faire croire que le film allait être un chef-d'oeuvre absolu.

158
200586.75 La Guerre des Mondes

Dakota Fanning et la rivière de cadavres... Spielberg qui marche sur l'eau.

378
201166.72 La Guerre est déclarée

L'annonce du diagnostic : que ce soit le cri inhumain d'Elkaïm, le sorte de gloussement désespéré d'Elina Löwensohn ou l'emploi judicieux de Vivaldi, tout sonne juste là-dedans.

86
20086.56.7 Sparrow

Les parapluies d'Hong Kong, le génie formel de To à son paroxysme.

37
19866.56.67 La Folle Journée de Ferris Bueller

Ferris, les Beatles et Chicago : le temps d'une chanson, John Hughes nous fait croire que non, le musical n'est pas mort avec Arthur Freed.

62
19257.56.63 La Grande parade

La première scène de front, où l'on voit les héros avancer au premier plan, tendus, inquiets, et, derrière au loin, des silhouettes s'effondrant sous le coup de balles invisibles. J'ai beau chercher, en scène de guerre, je n'ai jamais vu mieux.

4
193386.63 Sérénade à trois

Le coup de pied d'Edward Everett Horton dans le pot de fleur : un plan de quelques secondes, mais absolument tout Lubitsch est là.

23
200476.57 Les Indestructibles

Dans l'avion qui s'apprête à se crasher en pleine mer, lorsque la maman explique à ses bambins que parfois, dans la vraie vie, les enfants meurent aussi.. J'aurai pu choisir la séquence d'ouverture de Up, ou la fournaise de Toy Story 3, mais celle-ci encapsule parfaitement tout ce qui m'enchante dans le cinéma made in Pixar.

149
20128.56.53 Tabou

La transition entre les deux parties, et l'apparition de ce "Paraiso" : ou comment transformer en quelques secondes un film chiant et peu compréhensible en joyau absolu du cinéma mondial.

39
196586.5 Histoire d'une prostituée

La cavalcade d'Harumi dans le no man's land, sublime image de la passion amoureuse.

17
201076.5 Memory Lane

Il y a dû en avoir, mais là tout de suite, c'est le seul dont je me souvienne : un "Je t'aime" vraiment juste et émouvant.

6
198666.5 Rose bonbon

Jon Cryer lipdubbant Otis Redding comme s'il avait le diable aux fesses et l'amour pour unique point de fuite. Alors ouais, Scorsese, Tarantino, Wes Anderson... Mais bon, John Hughes est le seul à avoir appréhendé et capté sur pellicule la pop-music pour ce qu'elle est véritablement, à savoir un outil de transcendance pour tout teenager un tant soit peu romantique ; c'est-à-dire tous, sans aucune exception.

5
20026.42 L'auberge espagnole

Pour des raisons n'ayant pas grand chose à voir avec mes goûts cinématographiques (quoique), mais la sortie de boite avec Daft Punk, qui a longtemps été un idéal de vie.

107
19417.56.25 Dumbo

"Pink Elephants", hors Pixar, ma scène d'animation préférée.

183
20097.56.2 Les herbes folles

Le final, le moment le plus WTF de toute ma cinéphilie.

30
20107.55.76 Comment savoir

Un homme fait une poignante demande en mariage à la femme qu'il aime, sous le regard de Paul Rudd et de sa caméra.. Qu'il oublie de mettre en marche. La magie du moment est donc définitivement perdue ? Non, nous dit Brooks, car le secret de l'Amour ne réside pas dans le geste romantique en lui-même, mais dans la capacité de deux coeurs à le remettre inlassablement en scène. Apatow, c'est hilarant, mais Brooks, c'est bouleversant !

19
20075.55 En cloque, mode d'emploi

Seth Rogen incendie Paul Rudd pendant la fête d'anniversaire d'une des filles de ce dernier, lui expliquant en long, en large et en travers pourquoi il est un mauvais père. Rogen part, laissant Rudd hébété quelques secondes. Celui-ci sort enfin de sa torpeur et, gâteau d'anniversaire dans les bras, commence à chanter "Happy birthday to you"... Sérieusement, Judd, j'exige plus de scènes comme ça, quoi !

72
19874.86 Dirty Dancing

Quand Baby découvre les quartiers du personnel d'hôtel, ou quand les '80s revisite (avec largesse hein) le "We're not in Kansas anymore" de Dorothy.

49
20024.7 17 fois Cécile Cassard

Le slow trioliste, qui faisait également office de bande-annonce. Si seulement le reste du film avait été de ce niveau..

5
20003.29 Taxi 2

Je ne sais pas si ce serait toujours aussi drôle si je la revoyais aujourd'hui, mais au début, dans le hangar, quand la police se prépare à l'arrivée des "niaks", un des policiers vient voir le commissaire Gibert pour lui demander s'il est prêt, et que celui-ci répond avec un aplomb que je ne pourrais qualifier que de confucianiste un "J'suis bien chaud, là" qui est encore gravé dans ma mémoire...

126
20031.64 The Room

Cool article, It was funny.
The Jewelry Store http://www.e2by.info/

33

74 films et 5132 notes, moyenne de 7.16

Cette liste a 7 fans

Qui connait ? - Qui aime ? - Qui déteste ? - Dérouler les infos - Dernières modifications - Filtres - Détails longs

Moriarty08/01/2013 21:43:26

5.5 à Before sunrise et 9 à before sunset

Garrincha08/01/2013 21:45:06

Sunrise m'horripile, Sunset me transporte de joie.

HenryFonda08/01/2013 22:07:10

Je pensais que ça allait être une scène de Chantons sous la pluie pour le tandem Donen/Kelly En tout cas tu me donnes envie pour Beau fixe sur New York.

HenryFonda08/01/2013 22:07:47

En tout cas j'aime beaucoup ta liste

stevenn3308/01/2013 22:19:23

C'est vrai que tu aimes bien Nashville toi, je devine la scène que tu penses.

Va vraiment falloir que je revois Shining, il m'a bien surpris lorsque je l'avais vu, mais il n'est pas resté un grand souvenir, ni même souvenir d'avoir eu peur.

Garrincha08/01/2013 22:20:01

Ah, mais ça m'étonne d'ailleurs que tu l'aies toujours pas vu, il est phénoménal, il vaut largement Singin' in the Rain en terme d'inventivité dans les numéros musicaux ; ce qui lui manque, c'est juste la grâce de tous les instants de Singin', mais à part ça, Donen et Kelly qui balancent idée de folie sur idée de folie.

bouboul08/01/2013 22:22:43

Quelqu'un peut-il me rappeler la dernière scène des Lumières de la Ville?

Garrincha08/01/2013 22:25:59

[lien]http://www.youtube.com/watch?v=LHBHdYgg9fI[/lien] (Bien sûr, spoil )

Yorda08/01/2013 22:26:47

@bouboul : [lien]http://i828.photobucket.com/albums/zz207/Chernishevskiy/City%20Lights/010.jpg[/lien]

Belle liste sinon.

Garrincha08/01/2013 22:34:13

Merci. Je ferai des ajouts par-ci par-là au fil du temps.

Top