Ténèbres

Présentation par ilovemuesli

J'aime beaucoup les thrillers coréens, et ce gros succès commercial est clairement l'un des meilleurs! C'est un très long et prenant thriller avec pour thème la corruption de la politique, du business et du journalisme. Il y a une histoire bien écrite, une intrigue complexe, des personnages mémorables, et une bonne musique. Privilégiez la version de 3h!
Présentation par tadanobu

Un documentaire marquant de plus de la part de Kazuo Hara. Cette fois, il choisit pour sujet un groupe de personnes handicapées qui tente tant bien que mal de se faire entendre et trouver sa place dans la société. Les scènes sont par moment difficiles à soutenir, mais elles ont le mérite de filmer frontalement les problèmes auxquels ils sont confrontés.
Présentation par Madlaine

C'est une histoire platonique mais un peu sale dont le scénario ne dépasse pas la longueur du titre, avec une photo sale aussi, qui donne l'impression d'être dans une banlieue de Tokyo en 89 même si je n'y suis jamais allé.
Présentation par Ineusleau

Chef d'oeuvre d'un maître de la stop-motion russe. Épopée chevaleresque, grande bataille, lyrisme poétique, plusieurs contes réunis sans assemblage artificiel.
Incontournable de l'animation et inimaginable dans sa conception.
Présentation par Zoomat

Dans Los Angeles Plays Itself, Thom Andersen en avait fait le meilleur film de course-poursuite à L.A., j'apporte mon grain de sel en en faisant le film de course poursuite le plus grisant que j'ai vu. Si vous pouvez passer outre un début un peu mollasson, vous serez récompensé par une séquence d'action de 40 minutes qui vaut son pesant de cacahuètes.

Suggéré par tadanobu

And and 
Mirai Mizue - 2011 - Japon

Présentation par tadanobu

Bonne Année 2018 à tous !

Entamons cette nouvelle année cinématographique dans la joie et la bonne humeur avec les sucreries créatives de Mirai Mizue dont la qualité d'animation est hallucinante et l'accompagnement musical entrainant. Liens streaming dispos.

Suggéré par Crutch

Walker 
Alex Cox - 1987 - USA

Présentation par Crutch

Entre Herzog pour la folie, Oliver Stone pour la satire et Peckinpah pour le style (et écrit par le scénariste de Pat Garret et Billy the Kid), défoncé par la critique U.S. à sa sortie, ce qui a flingué la carrière de son réal. Histoire "vraie" d'un barbouze U.S., joué par Ed Harris, dont les grands idéaux mènent à la destruction. B.O. de Joe Strummer.
Présentation par Zoomat

Déjà suggéré mais j'en remets une couche : drôle mais aussi extrêmement émouvant, on a ici Yôji Yamada au sommet de son art. Ce mec est capable de faire transparaître tout le poids de la condition d'un personnage en un regard, une larme, un mot... Si vous ne pleurez pas des larmes cathartiques devant ce film c'est remboursé !
Présentation par Park_Chan_Wook

A l'heure de l’Amérique de Trump et du mul que celui-ci veut ériger, Sleep Dealer nous plonge dans un mexique futuriste où la main d’œuvre réalise à présent ses tâches de manière digitale, sans dépasser la frontière.

Sleep Dealer réussit en peu de mots à exprimer énormément et à dénoncer frontalement sans prendre un parti manichéen.
Présentation par Dante

Bien que moins marquant que son équivalent allemand, TSPE est une bonne manière de découvrir l'une des expériences scientifiques/sociologiques les plus marquantes du 20ème siècle. KP Alvarez retranscrit fidèlement le moment hors du temps qu'à été l'expérience, et les acteurs, de Crudup à Sheridan à Miller, donnent une force inespérée à l'oeuvre.

Suggéré par Dante

Zorro 
Duccio Tessari - 1975 - Italie

Présentation par Dante

Peu de nouveauté ou d'audace dans ce film académique de Duccio Tessari, mais une certaine grâce de l'instant, magnifiée par l'interprétation de Delon, qui sauve véritablement l'édifice. Pour votre culture cinéma, vous pouvez vous en passer. Pour l'amour de Delon cependant...
Présentation par Ineusleau

Labellé comme maudit pour son scandale religieux, Béatrice Cenci (en VO) aura fort menacé la carrière de Fulci alors en pleine naissance. A travers une narration décousue et sur thèmes de famille, crime, intervention, sanction, tout ce qui bouge en prend pour son grade. Mais avec sobriété (si si !), ambiance baroque et du répulsif.
Présentation par Dante

Alors qu'il a reçu le Grand prix à Deauville, qu'il était en compétition à la Berlinale et qu'il a été nommé aux Oscars, "The Messenger" est inexplicablement sorti directement en DVD en France. La mise en scène est certes en retrait, mais la force du sujet marque durablement. Rien que pour ça, c'est un film à voir.
Présentation par Ineusleau

Et un irrésistible feel-good movie pour le dernier Powell-Pressburger, un ! Un italien débarque en Australie pour faire sa vie, initialement pour faire du journalisme, puis il se retrouve maçon, tombant entre autre amoureux de sa créancière... une rousse, sans surprise. Charmant tout plein !
Présentation par tadanobu

Im Kwon-taek est probablement le réalisateur le plus important qu'ait connu la Corée et pourtant nous avons à peine entamé sa filmographie longue comme le bras.
Dans celui-ci, on suit la vie d'une jeune femme qui, entre vie sentimentale et professionnelle, tente de suivre les préceptes du Bouddhisme, en particulier l'ascétisme.
Présentation par Ludovico

Une grève en amérique latine se prépare, un prisonnier politique cherche à s'échapper de prison afin de la mener à bien.A partir de cette trame politique, Abram Room fait un film surprenant, notamment dans sa seconde partie, où s'entre-mêlent expérimentations visuelles, chasse à l'homme et quête existentielle d'un homme en prise avec la modernité.
Présentation par Siry

Je le suggère car j'en peux plus de voir un film de Robert Guédiguian en page d'accueil.
Mais sinon le film est très très bien, Cayatte cas parmi tant d'autres de réalisateurs oubliés car démolis par Truffaut, fort malheureusement.
Présentation par Melaine

'Faut aller le voir au cinéma, c'est un beau film. Il y a des vieux, des enfants, des trentenaires, des quarantenaires, des militaires, du théâtre, du poisson : ça peut plaire à tout le monde. En plus ça cite Brecht et Bob Dylan et ça se passe au pays de Jul.
Présentation par kaelin

Magnifique poème visuel et sonore: vie, essor et mort des éphémères au sein d'une frémissante canopée à travers le regard d'une jeune nymphe. 39 minutes seulement et sur Arte + 7 jusqu'au 27 décembre.
Présentation par Date_Masamune

Encore du yakuza !
Sorti de prison après 10 ans, Tachibana ne se retrouve plus dans ce monde de la pègre qui a troqué le code d'honneur pour l'argent facile du trafic de drogue.
Une autre perle noire du yakuza eiga des années 90, à tendance existentialo-dépressive où la violence crue explose avec parcimonie tout au long de cette étude de personnage.

Suggéré par mos3n

Deceiver 
aAron Munson - 2017 - Canada

Présentation par mos3n

Pure poésie visuelle mise en image par l'artiste canadien Aaron Munson dans le cadre de sa série de courts métrages "a depiction for depression", et accompagné pour l'occasion par les nappes du monument de l'ambiant Loscil. On passe tour à tour du moléculaire au cosmique, de la cellule à la galaxie. Un voyage extraordinaire aux limites de la perception.
Présentation par Ineusleau

Des nazis sont sur un bateau, le bateau coule, 6 survivent, le pied dans le Canada. Divers portraits marqués de canadiens en chemin (interprétés par des vedettes). Objectif, la frontière ouverte côté US (pas encore engagés).
Powell en 1940 avait l'enjeu de mettre en garde les Canadiens, tout juste rentré en guerre.
Présentation par Date_Masamune

Une espèce de gros bol de ramen qui fait chaud au coeur et qui tient au corps pour tous les amateurs de films de yakuza à l'ancienne, avec un casting tip-top (Kobayashi, Natsuyagi, Kitano, ...) et du défouraillage de compèt'.
Présentation par Crutch

Un mélange entre fiction et documentaire dans le milieu de la prostitution à Bangkok, traité sans aucun racolage. C'est un film magnifique, à la fois beau, doux, triste, engagé et comique. Le travail sur l'image numérique est très impressionnant, y a toute une dimension musicale bien riche aussi, et c'est super intéressant. En salles en ce moment à Paris.
Présentation par Zering

Un grand Fukasaku, qui fait preuve de la furie inhérente a son cinéma des années 70 mais aussi d'une certaine légèreté et d'un humour qui ne sont pas sans évoquer le Charley Varrick de Don Siegel. Bien sur, c'est d'une noirceur absolue sous des airs de pur film de braquage divertissant, emporté par un rythme soutenu et une mise en scène en grande forme.
Présentation par Zering

Curiosité thaïlandaise imparfaite, Hotel Angel traite de la prostitution et de son impact sur une fille de la campagne, interprétée par une Viyada Umarin a craquer. Comme la plupart des Yukol, c'est un peu trop long ; mais aussi très beau esthétiquement, avec de grands moments de bravoure.
Présentation par rlmtruffo

Drôle, touchant, humain et poétique, "Le grand'tour" est le voyage surréaliste d'une bande d'amis en crise. Présentée à la manière d'un certain cinéma vérité, cette comédie dramatique est une excellente surprise venue de Belgique. A découvrir !
Présentation par tadanobu

Je connaissais Vandeweerd pour ses documentaires passionnants sur l'Afrique, je le redécouvre avec cette œuvre mystique qui entremêle nature, folie et spiritualité, tant dans son thème que dans sa forme. Envoutant !
Présentation par Siry

Grosse claque anglaise avec certainement l'une des meilleures performances d'acteur, Richard Harris dans un rôle marlonbrandoesque d'ancien mineur devenu rugbyman, une carrure imposante et une perpétuelle colère intérieure prête à exploser.
Présentation par Siry

Un documentaire sur deux familles, vivant en autarcie au fin fond de la Taïga, séparées par une barrière due à une haine profonde. De la chasse, de la tension, du survivalisme et une parenthèse : l'île où les enfants des deux familles jouent ensemble, un monde presque imaginaire.
C'est prodigieusement bien filmé, parfait entre un JC Hue et un Herzog.
Présentation par Ineusleau

Le diable qui prend la forme du pêcheur ou le pêcheur dans son délire ? Voilà l’ambiguïté menée plan par plan par Wojciech Has, qui nous happe sans ciller avec cet univers bipolaire qui se métamorphose quasi autant que dans La Clepsydre.

Suggéré par Zoomat

Shiny Moss 
Kei Kumai - 1992 - Japon

Présentation par Zoomat

Survival ultra sombre et halluciné à la porte morale très poussée, Hikarigoke, en plus d'être une très bonne introduction à un excellent cinéaste qui ici totalise honteusement 15 notes (dont 10 de moi il faut le savoir) est une expérience étouffante que je recommande chaudement, portée par un Rentarô Mikuni éthéré comme souvent.
Présentation par mos3n

Comme à son habitude, Ben Russell s'amuse à brouiller les pistes entre documentaire et fiction, s'appuyant sur un mythe local pour (re)créer sa propre mythologies à travers le cinéma. Les enfants (re)jouent tour à tour leur propre rôle et celui du monstre anthropophage devant sa caméra. Mais qui se cache réellement derrière ce masque ?
Présentation par Crutch

Documentaire de 7h47 (pas une minute de trop) sur la vie d' O.J. Simpson, footballeur, acteur, symbole du self-made man noir, et accusé dans le procès le plus médiatisé de l'histoire. Les ramifications de cette histoire sont énormes et le docu donne une compréhension précise du contexte et des conséquences de cette triste affaire.Et y a des choses a en dire.

Suggéré par tadanobu

Here 
Tzu Nyen Ho - 2009 - Singapour

Présentation par tadanobu

A mi-chemin entre surréalisme et expérimentation, ce faux documentaire réalisé par un artiste vidéo nous plonge dans une clinique spécialisée qui propose à ses malades une "vidéocure". En plus de sa photographie, volontairement excessivement travaillée, le montage et la bande-son prolonge cette belle découverte à la plastique particulière.
Présentation par Date_Masamune

De la Big comédie nipponne avec de la sukeban et des nazis, que demande le peuple. De bons gags ? Il y en a ! De l'action ? En veux-tu, en voilà. Le système éducatif japonais n'a pas attendu Battle Royale pour se faire descendre en règle ! (Yasushi Yokoyama faisait partie d'un duo manzai ultra populaire en son temps, aux côtés de Kiyoshi Nishikawa.)
Présentation par tadanobu

Une sucrerie Bolivienne complètement déjantée qui ne recule devant rien, ni le kitsch, ni la surenchère, ni l'invraisemblance. Audace ou mauvais goût ? Nanar ou film d'inspiration Obayashienne ? A défaut d'un chef d'oeuvre, je vous promets au moins de l'originalité. Ouvrez vos chakras !
Présentation par 20thCenturyBoy

Le film le plus drôle inconnu du site. Le remède absolu aux coups de blues. Déjà suggéré y a quelques mois, mais je me permets d'insister, parce que seulement 4 notes... Je sais pas, faites-vous une séance ou quelque chose. Et comme tous les mots ne suffiraient pas à effleurer l'ampleur du truc : http://www.youtube.com/watch?v=CjwMinoxPeQ
Présentation par S-Bondarchuk

Un très beau film qui porte réflexion sur les avancées scientifiques et possédant des similitudes dans les thèmes abordés avec Blade Runner 2049. Nettement supérieur, à mon sens, au film de Villeneuve et méritant pour le coup beaucoup plus la comparaison avec Tarkovski, un ciném
Présentation par tadanobu

Sans conteste le film d'amination africain le plus abouti que j'ai pu voir. La stop-motion est de qualité. Le scénario est classique mais parfait pour les 30 minutes du court. La musique et les bruitages sont discrets mais efficaces, avec un thème final magnifique. J'ai aimé la balance entre doublages et narration. Et la gestion de la lumière est bluffante !
Présentation par Date_Masamune

Quand une soirée trop arrosée entre salarymen dérape, commence une descente aux Enfers tendues comme un string de Matsuko DX.
Une petite perle noire du v-cinema des années 90 comme le genre en compte pas mal, avec un festival de trogne (le "méchant" principal, au faciès glacial d'inexpression) et Riki Takeuchi au casting.
Présentation par Zering

Une perle de la seconde génération chinoise, considéré comme l'un des films les plus importants du mouvement, qui n'est pas sans préfigurer le Shanghai Blues de Tsui Hark. C'est un très beau film, empreint de beaucoup de poésie et d'humour, d'une innocence évocatrice des plus beaux moments du cinéma chinois.
Présentation par Dante

Huis-clos total, où les personnages ne bougent même pas, "My dinner with André" est un film vénéré dans la nébuleuse de la critique new-yorkaise. C'est en regardant d'anciennes interviexs de Roger Erbert que j'ai découvert le film. J'ai été agréablement surpris, et je vous conseille d'en faire de même.
Présentation par Zering

Une très jolie fresque historique sur une famille anglaise entre la première et la seconde guerre mondiale. Beau, émouvant, et réalisé d'une main de maître par un David Lean inspiré ; un petit indispensable pour moi.
Présentation par Zering

Un des chefs d’œuvres du grand Li Han Hsiang, chef de file du studio Shaw Brothers, The Winter est une romance d'une grande poésie et humanité, sensible et puissante. La qualité dans laquelle le film est disponible est certes médiocre, mais le film est si beau que ça n'a guère d'importance.
Présentation par S-Bondarchuk

La rencontre entre le monde de la ville et le kolkhoze filmé avec tendresse par Boris Barnet. Peut-être l'un des cinéastes soviétiques les plus importants, son oeuvre témoigne d'une sensibilité et d'un humanisme admirable. Godard disait bien "Il faut vraiment avoir un cœur de pierre pour bouder les films de Barnet"
Présentation par Zering

Joli drame familial au croisement d'Ozu et du film de studio hongkongais, Our Sister Hedy est une petite perle témoignant des grandes qualites des productions Cathay : acteurs exceptionnels, et somptueux noir et blanc. Regardez-le bon sang!
Présentation par Date_Masamune

Kung-fu comédie à la Drunken Master, à voir pour la performance de Leung "Beardy" Kar-Yan (acteur sans formation martiale mais à l'habilité innée de reproduire sans effort ce que lui montraient les chorégraphes). A voir aussi pour le dantesque quart d'heure final, faisant basculer la comédie dans l'ultra-violence via le plus gros pétage de plomb du Cinéma.
Présentation par Zering

Le meilleur du cinéma italien : une esthétique diffuse et brumeuse a tomber par terre, une atmosphère onirique et surnaturelle a la Carpenter, des éclats de violence baroque et puissants... Un des meilleurs films d'horreur italiens.
Présentation par tadanobu

Après plusieurs ennuis, le propriétaire d'une carriole jure d'abord de ne plus transporter de marchandises illégales, ensuite de bambou. Charmé puis déçu par une passagère, il jure enfin de ne plus transporter de femmes. Pourra-t-il tenir ses promesses ?
L'occasion de découvrir un classique de Bollywood avec Raj Kapoor, une de ses figures emblématiques.
Afficher les détails - Afficher mes suggestions

Qui connait ces films ? - Qui aime ces films ? - Activer le mode caméléon Suggestions plus anciennes Faire une suggestion
Top